Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
LE FORUM VA BIENTOT FERMER SES PORTES (cf annonces).
i think we should to talk.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison neuf -> Université
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Ven 10 Mai - 20:39 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant


    featuring Teresa Palmer.
    I THINK WE SHOULD TO TALK.

Citation:
FLASHBACK :
Nous ne sachions pas quoi faire, c'est ce qui expliquait sans doute pourquoi nous nous baladions bras dessus, bras dessous dans les rues d'Ottawa. Nous passions par les petites ruelles. La nuit, c'était d'autant plus amusant, surtout quand à vos côtés vous avez votre meilleure amie qui flippe de peur de se retrouver face à d'étrange personnage. Cependant, j'évitais de la faire passer dans les ruelles où je serai susceptible de croiser quelques clients à moi. Je ne voulais en aucun cas qu'elle se doute de quoi que ce soit.
    Eliott - Tu entends ?
    Teresa - Quoi ? Qu'est-ce qui a ?
    Eliott - Attends.. Ecoutes...
    Teresa - Putain Eliott tu me fais flipper là !
    Eliott - Non mais je suis sérieux, j'ai entendu un bruit derrière nous.
Pour rendre le tout plus réaliste, je me retournais afin de jeter un coup d'oeil derrière nous. Tandis qu'elle en faisait de même, je posais brutalement mes mains sur ses épaules.
    Eliott - Oh putain Teresa !
Cette dernière se mit à crier. Chose à laquelle je m'attendais. Je me mis alors à éclater de rire, rendant tout ceci nettement moins crédible.
    Eliott - Putain comme t'y as trop cru !
Evidemment, ma meilleure amie me tapait fortement l'épaule.
    Teresa - T'es vraiment con !
Elle se mit alors à marcher dans la direction opposée à la mienne, en faisant comme si elle faisait la tête. Je me mis alors à la rattraper.
    Eliott - Attends Teresa je plaisantais !
    Teresa - Tais toi, tu m'saoules !
Je ne sais pourquoi, mais spontanément, je posais mes lèvres sur les siennes. C'était la première fois que j'embrassais ma meilleure amie, c'était assez étrange mais ... une pulsion reste une pulsion.
    Teresa - T'es... Encore plus con !
Me dit-elle en me donnant un coup dans le torse. Quant à moi, je ne pus retenir de pouffer de rire. Elle me traitait peut être de con, mais cela ne l'avait pas empêché de profiter de ce baiser, en prolongeant ce dernier.
    Eliott - Allez viens ! Je fais plus le con.
Je ris légèrement, passant mon bras autour de son cou, puis nous regagnions sa chambre d'étudiante. Je me jetais sans plus attendre sur son lit, et mon regard se posait sur l'écran de télévision.
    Eliott - On se mate un film d'horreur ?
    Teresa - Tu crois pas que j'ai eu ma dose pour ce soir abrutit !
    Eliott - Petite nature !
    Teresa - Si je fais des cauchemars, je jure de t'étrangler pendant ton sommeil !
    Eliott - Marché conclu !
Ainsi, j'attrapais le premier film d'horreur qui me passait sous la main, puis j'insérais le dvd dans le lecteur dvd. Teresa quant à elle nous préparait un petit saladier de pop-corn, quand elle eut terminée, nous éteignions la lumière et mettions le film en route. Pendant que ce dernier tournait, j'attrapais un pop-corn, et lui en lançait un discrètement dessus, très vite, nous en venions à nous bagarrer sur son lit, à tel point que nous terminions l'un sur l'autre. De nouveau nous échangions un baiser, puis deux, puis trois, pour au final ne faire plus qu'un. Chose à laquelle je ne me serais jamais attendu, surtout pas avec ma meilleure amie. Pourtant, elle était très attirante, mais je n'avais jamais pensé à ce genre de chose, mais ce soir, tout ceci c'était fait naturellement.
FIN DU FLASHBACK.


Voici plus d'une semaine que tout ceci c'était produit, et depuis plus rien, plus aucunes nouvelles d'elle. A croire qu'elle filtrait tous mes appels, car la plupart du temps, je tombais sur la messagerie, j'osais espérer que son téléphone avait un sérieux problème, mais lorsque je lui envoyais un message, une petite information m'informais qu'elle l'avait bien lu. Tout portait à croire qu'elle ne voulait plus avoir à faire à moi. Pourtant, nous étions deux dans cette histoire. De plus, tout ceci c'était fait si naturellement que nous n'avions pas eu le temps de réagir. Ce n'est que le lendemain matin que nous avions vraiment réalisé que nous avions couché ensembles. Peut-être m'en voulait elle, et ne voulait-elle désormais plus me voir. Je l'ignorais. Tout ce que je savais, c'est qu'elle m'évitait au maximum. Je ne la croisais même plus à l'université. Tout ceci me rendait dingue. Même si je ne montrais rien, sa me prenait littéralement la tête. Elle me manquait, et je ne voulais pas qu'il y ait une cassure entre nous à cause de ça, même si je crois que c'était déjà trop tard. Puisqu'il en était ainsi, je décidais une nouvelle fois de prendre les devants, et de me rendre directement à sa studio universitaire. Au moins, j'étais sûr de la voir. Ou du moins, pratiquement sûr. Je parcourais le campus afin de regagner les logements universitaires, avant de me retrouver face à la porte du studio de ma meilleure amie. Sans plus attendre, je frappais deux coups contre sa porte, afin de lui faire remarquer que quelqu'un se trouvait derrière sa porte d'entrée. J'entendis les clés tourner dans la serrure, avant que la porte ne s'ouvre. Mais très vite, elle tentait de la refermer. Je remerciais mes réflexe pour avoir placé mon pied entre la porte et le mur, l'empêchant ainsi une nouvelle fois de me fuir. Là j'en avais la certitude, elle me fuyait comme la peste.
    Eliott - Tu comptes me fuir jusqu'à quand merde ! Je te laisserais pas fermer cette porte, et je ne te laisserais pas tant que nous n'aurons pas eu une discussion toi et moi !
J'étais déterminé à m'expliquer avec elle ce soir, quitte à ce que ce soit une discussion à sens unique. Il fallait que nous parlions. Nous n'allions pas rester dans cette situation pendant encore longtemps. Je refusais que l'on ne se parle plus suite à l'incident qui s'était produit une semaine auparavant. Je poussais légèrement la porte, et Teresa daignait enfin se décaler afin de me laisser entrer. C'est donc sans prononcer un mot que je pénétrais à l'intérieur. Quand mon regard se posait sur son lit, je me remémorais alors cette fameuse soirée. Je me retournais ensuite vers Teresa.
    Eliott - Bon écoutes, je crois qu'il faut vraiment qu'on parle. J'ai bien comprit que depuis ce qu'il s'était passé tu me fuyais comme la peste. Alors que tu regrettes, je peux le comprendre, que tu m'en veuilles aussi, c'est possible, mais ce que je peux pas comprendre, c'est que tu oses me fuir sans me dire ce que tu penses réellement. Dis quelque chose.
Tous ces mots étaient sortis de ma bouche, sans que je n'ai pu les contrôler. En réalité, je me lâchais parce que je n'avais pas pu lui dire ce que je voulais puisqu'elle ne voulait pas me répondre, seulement là, elle n'avait pas d'autre choix que de m'écoutais puisque j'étais chez elle, et qui plus est devant sa porte d'entrée, ainsi elle ne pouvait pas fuir.

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Publicité


MessagePosté le: Ven 10 Mai - 20:39 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Invité
Teresa Palmer


MessagePosté le: Ven 10 Mai - 22:01 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant


    ~ i think we should to talk. eliottfeatteresa.
    FLASHBACK:
    Comme promis j'avais réservé ma soirée à Eliott pour qu'on passe de bons moment ensemble, ce qui n'était pas anodin, on passait souvent du temps ensemble. Et comme souvent on ne savait pas vraiment quoi faire, alors on déambulé dans les rues bras dessus bras dessous, et comme à son habitude il ne pouvait pas s'empêcher de me foutre la trouille, vraiment je détestais ça, j'étais plutôt peureuse la nuit, rien qu'un bruit pouvait me foutre les chocottes et bien évidemment mon meilleur s'en amusé en me disant qu'il y avait du bruit derrière nous, il m'en fallait peut pour m’inquiéter et croire que nous étions suivis et que c'était la fin de ma vie. Eliott avait réussi à me faire peur, mais son rire l'avait trahi et je n'avais pas tardé à le traiter de tous les noms et le taper, je crois que mon cœur battait vraiment plus que la normale tellement j'avais eu peur. J'avais tourné le dos à mon meilleur ami pour prendre dans sa direction opposé mais je crois que j'aurais vite fait demi tour vu ma crainte. C'est à ce moment là qui me rattrapa et que sans même que je n'ai le temps de réagir il était venu déposer ses lèvres contre les miennes, la surprise avait grande que je n'avais pas réagis, mais le baiser rompu je l'avais traiter de con, et comme à son habitude il avait rigolé, vraiment il ne prenait rien au sérieux parfois, mais on avait finit par passer à autre chose comme si rien ne s'était passé, pour rejoindre mon studio d'étudiante. Et pour continuer dans la soirée je veux que ma meilleure meurt, Eliott avait proposé qu'on regarde un film d'horreur, ce n'était pas mon genre de film et surtout pas le soir avant d'aller me coucher, mais bon je pouvais bien lui faire plaisir quand même. J'avais préparé des pop-corns, on se serait vraiment cru au cinéma (a). Et puis comme souvent on ne pouvait pas rester sérieux cinq minutes, ça tourné toujours à la connerie, il avait commencé j'avais continué, et à vouloir jouer avec le feu on s'était brûlé. A vouloir s'amuser mes lèvres s'était encore retrouvé posées sur celles d'Eliott, mais ça avait été beaucoup plus loin, on avait franchit le cap que des meilleurs amis ne devraient pas franchir. Ça avait l'air tellement naturel qu'on n'avait rien fait pour stopper ce qu'on était en train de faire. Bordel j'avais couché avec mon meilleur ami.
    FIN DU FLASHBACK.

    Depuis un semaine, plus rien, plus de contact avec mon meilleur ami, je l'évitais du mieux que je le pouvais, je ne répondais à aucun de ses appels, pour fuir la réalité, j'aurais préféré que tout ça soit un rêve mais c'était bien la réalité et je craignais que tout change entre nous à présent et c'était quelque chose que je ne voulais pas. Je savais que cette situation ne pouvait pas durer infiniment et qu'il fallait bien qu'un jour ou l'autre j'affronte Eliott. Ce que je pouvais détester ça, je n'étais pas comme ça en plus. J'avais vraiment l'air d'une idiote et surtout d'une gamine qui n'était pas prête à affronter ses problèmes. Le fait est que mon meilleur me manquait réellement, même si une semaine paraissait peu, je n'étais pas habitué à ne pas lui parler pendant tout ce temps vu les circonstances actuelles. C'était le soir, j'étais devant ma télé perdu dans mes pensées lorsque j'entendis frapper à ma porte, ne m'y attendant pas je n'avais pas manqué de sursauter, je me levais alors de mon canapé pour aller ouvrir, j'aurais du m'en douter pensais-je lorsque je découvris que c'était mon meilleur ami qui se trouvé derrière la porte, j'aurais mieux de faire comme si je n'étais pas là. J'allais refermer la porte quand il se décida de m'en empêcher en mettant son pied pour m'empêcher de fermer. Je suis fatiguée Eliott, il est tard. Passes demain. M'exprimais-je nonchalante, je lui avais sans douter sortie une excuse banale mais même si j'aurais du m'en douter j'étais surprise de le voir ici. Mais il était bien décidé à vouloir parler ce soir, et quoique je fasse je savais pertinemment qu'il n'allait pas partir. J'écoutais alors les propos de mon interlocuteur avec attention avant de me décider à le laisser entrer, mes voisins n'étaient après tout pas obligé d'entendre ce qu'on avait à ce dire. Qu'est-ce que tu veux que te dises ?. On dirait que t'as toujours réponse à tout, je suis désolée mais moi non. M'exprimais-je alors dans un premier temps. J'ai juste pas envie que cette histoire change quelque chose entre nous, alors oui vraiment je regrette si c'est pour que ça vienne gâcher toute notre relation.Terminais-je alors en baissant mon regard après avoir croisé celui d'Eliott, c'est à ce moment là que mes yeux resté l'une de ses cuisses qui était blessé et puis ça se voyait à la façon dont il avait marché pour rentrer à l'intérieur. Tu t'es blessé qu'est-ce que tu as fait ?. Lançais-je en reposant mon regard sur lui, je n'essayais pas de changer de sujet, je ne pouvais pas faire comme si je n'avais rien vu, même si c'était difficile entre nous en ce moment je ne pouvais pas m'empêcher de m'inquiéter pour lui.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Ven 10 Mai - 23:57 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant


    featuring Teresa Palmer.
    I THINK WE SHOULD TO TALK.

Ne pas lui parler, n'avoir aucune nouvelles d'elle devenait de plus en plus dur. Je crois que depuis que nous nous connaissions, c'était bel et bien la première fois où nous ne nous parlions pas pendant une durée aussi longue. D'ailleurs en y repensant, nous ne nous étions jamais disputés. Ce qui me mettais le plus hors de moi, c'était qu'elle ne réponde à aucuns de mes messages, que ce soit par sms, ou sur facebook, pourtant, elle les lisait, mais ce n'est pas pour autant qu'elle me répondait. Et je crois que c'est ce qui m'énervais le plus. De nature impulsive, j'avais tendance à m'emporter bien trop facilement, et par moment j'avais envie de pousser ma gueulante, mais je me retenais pour la simple et bonne raison que je ne voulais en aucun cas l'agresser, ou aggraver les choses entre nous. J'avais longtemps espéré la croiser dans les couloirs, le self, ou le campus de l'université, mais rien à faire, à croire que c'était un fait exprès. En temps normal, nous nous croisions fréquemment, nous mangions ensembles, mais là, bien évidemment, quand je voulais vraiment la voir, nous ne nous croisions pas. Le seul moyen pour moi d'être sûr de la voir était de me rendre chez elle, sans la prévenir bien entendu, car je savais qu'elle trouverait une excuse stupide pour ne pas me recevoir. Hors si je venais à l'improviste, comme elle ne s'attendrait pas à moi, elle serait forcée de venir ouvrir la porte. Je déambulais alors dans le campus, en direction des logements d'étudiants, car c'est ici que ma meilleure amie vivait. Il me tardait d'arriver à son studio, car ma jambe commençait à me faire un peu mal. C'est d'ailleurs en ressentant la douleur que je me souvins avoir oublié de prendre mes anti-douleurs. Arrivé devant sa porte, je n'hésitais pas une seule seconde à donner deux coups d'index dans cette dernière afin de manifester ma présence. Sa réaction me surprit. Je ne pensais pas qu'elle aurait été jusqu'à me fermer la porte au nez, et pourtant, elle le fit. Seulement, j'eus le réflexe de placer mon pied entre la porte et le mur, de façon à laisser une petite entraille. Je ne pu me retenir de m'exprimer à propos de son acte. Ne supportant qu'elle ne veuille pas me parler, je forçais la porte, et Teresa, voyant que je n'étais pas du genre à abandonner, finit par céder, et décidais de me laisser entrer.
    Teresa - Qu'est-ce que tu veux que te dises ?. On dirait que t'as toujours réponse à tout, je suis désolée mais moi non. J'ai juste pas envie que cette histoire change quelque chose entre nous, alors oui vraiment je regrette si c'est pour que ça vienne gâcher toute notre relation.
    Eliott - Moi non plus, mais je vois bien que tout a changé, à tel point que tu refusais même de répondre à mes messages, mes appels Teresa. Ce qui nous ait arrivé n'aurait jamais du nous arriver, mais on ne peut malheureusement pas revenir en arrière, mais je ne veux pas que tout change à cause de ça. Tu sais que je suis pas du genre à m'exprimer sur ce que je ressens mais putain tu me manques Teresa.
C'était sorti spontanément. Comme si sa me rongeais de l'intérieur, et qu'il fallait que sa sorte pour me sentir mieux. Et là, on peut dire que je me sentais mieux dans le sens je venais de lui dire ce que je pensais de tout ça. De mon côté je ne regrettais pas, car si sa s'est passé, c'est que tôt ou tard sa serait surement arrivé. Mais ce que je regrettais le plus, c'est que tout ait changé entre nous. Je ne pouvais pas concevoir de la perdre pour une simple coucherie. Ce n'était pas possible.
    Teresa - Tu t'es blessé qu'est-ce que tu as fait ?
Soit c'est moi, soit elle était entrain de changer de sujet. Et puis merde, merde, merde. J'avais eu beau tout faire pour ne pas boiter devant elle, elle s'en était rendue compte. Comme si elle analysait chacun de mes faits et gestes. Que faire ? Lui mentir ou lui dire la vérité ? Non, je ne crois pas que lui dire la vérité était une bonne idée, surtout quand on sait qu'actuellement, notre relation n'est pas à son plus beau fixe. Mais lui mentir... Si un jour elle venait à l'apprendre d'elle-même sa serait pire. Mais là, je me devais de préserver notre amitié.
    Eliott - Ce n'est rien qu'une simple déchirure.
Et voilà, je m'embarquais dans un mensonge. Je ne pouvais plus revenir en arrière. Et puis, qu'est-ce que j'allais bien pouvoir lui dire "oh bah écoutes, c'est rien tu sais, samedi dernier, je suis sorti avec Chris, puis un client m'a envoyé un message, je l'ai rejoins dans une ruelle, il voulait pas me payer alors j'ai refusé de lui donner le petit sachet de coc' et du coup il m'a tiré dans la jambe, ah oui, et au passage, il s'est tiré dans l'abdomen. ah oui, tu savais pas mais je deale de la drogue depuis un moment". Elle m'aurait très bien reçu tiens. Je n'aimais pas lui mentir, mais ce soir, je n'avais pas eu d'autre choix que de lui mentir. Et je m'en voulais déjà intérieurement d'avoir fait ça. Je savais pertinemment qu'un jour elle apprendrait la vérité, et sa serait surement pire, mais je n'avais pas le choix.

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Teresa Palmer


MessagePosté le: Dim 12 Mai - 10:55 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant

    ~ i think we should to talk. eliottfeatteresa.
    Je n'avais pas vécu une semaine facile, je n'avais pas adressé la parole de la semaine à Eliott et ça avait été plutôt dur, je n'y été pas habitué et je n'aimais pas ça, il me manquait, nos taquineries me manquaient, mais c'était difficile pour moi de me dire que j'avais couché avec mon meilleur ami, c'est pourquoi je ne préférais pas lui adresser la parole, répondre à ses sms, ou a ses appels, mais je savais pertinemment que cette situation ne pouvait pas durer infiniment, il fallait bien qu'un jour ou l'autre je fasse face à tout ça en acceptant de discuter avec Eliott, et je ne crus pas si bien dire, lorsque que quelqu'un était venu frapper à ma porte. Je m'étais levée pour aller ouvrir la porte ne pensant pas sur le coup que ça pouvait être mon meilleur ami qui venait pour avoir une discussion, mais à la seconde ou je l'avais vu ça m'avait paru tellement logique que je n'en avais été bête de n'y avoir pas pensé. Malgré ma réticence à vouloir parler ce soir, je savais très bien qu'avec lui c'était peine perdu d'insister pour qu'il parte, il était autant borné que moi, alors il n'allait certainement pas lâché l'affaire, et puis le positionnement de son pied m'empêchais de pouvoir refermer la porte, je devais me faire à l'idée qu'on allé discuter ce soir. Et puis de toute façon je n'allais pas fuir toute ma vie, ça devait arriver, alors que se soit ce soir ou un autre jour, on en arrivera au même point: la discussion aura lieu. Il m'avait alors demandé de me dire ce que je ressentais mais il m'avait pris de court, mais j'avais exprimé les fond de ma pensée en lui avouant que j'avais peur que ça change quelque chose entre nous, et sans étonnement il m'avait confié la même chose, avant d'avouer que je lui manquais, je n'étais habituée à ce qu'il dise des choses comme ça, à moins que se soit sous le ton de la taquinerie, j'avais toujours su qu'il avait toujours du mal à exprimer ce qu'il pouvait ressentir, mais il me le faisait toujours ressentir par des expressions, alors dans un sens ça me faisait plaisir qu'il me dise que je lui manquais. Tu crois vraiment qu'on a eu besoin de faire ce qu'on à fait ? pourquoi il fallut qu'on couche ensemble Eliott. On était bien comme on était non. Et tu crois que tu manques pas toi aussi. Avouais-je alors, je me demandais toujours pourquoi on avait couché ensemble est-ce que c'était forcé que ça arrive, que ça nous arrive à nous, parce qu'après tout, tous les meilleurs amis ne couchent pas ensemble. Mais ce qui était certain dans toute cette histoire c'est que je ne voulais pas perdre mon meilleur amie et notre complicité, alors j'espérais vraiment que tout finirait par s'arranger. Alors que je venais de le laisser entrer j'avais remarqué qu'il s'était fait quelque chose à sa jambe, et je lui avais demandé spontanément ce qu'il s'était fait, ça pouvait paraître comme un changement de sujet, mais pour le coup ça n'avait pas été le cas, je m'inquiétais de ce qu'il lui avait pu lui arriver. Il m'informa alors qu'il s'était fait une déchirure. Comment tu t'es fait ça ?. Demandais-je alors, à croire que cet instant là, on arrivait à avoir une conversation normale et qu'on était pas en train de s'expliquer sur un autre sujet. Il s'en était passé des choses en une semaine finalement de son côté, et je regrettais de ne pas l'avoir su avant, sans tout ça je l'aurais aidé. Je ne me doutais pas qu'il pouvait me mentir, en tout cas je m'efforçais de croire qu'il n'était pas capable de me mentir.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Dim 12 Mai - 21:53 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant


    featuring Teresa Palmer.
    I THINK WE SHOULD TO TALK.

Franchement, quelle idée d'aller coucher avec sa meilleure amie. Je n'en revenais pas moi même. Le pire dans tout ça, c'est que cet acte nous avait éloigné plus que nous l'aurions imaginé. Enfin, je ne m'attendais pas à ce que Teresa ne veuille plus me voir suite à cela. Je veux dire, les garçons et les filles, nous avions chacun une manière différente de réagir. Pour ma part, c'était malheureusement fait, et nous ne pouvions pas revenir en arrière, mais je ne voulais en aucun cas perdre le lien qui nous unissait depuis si longtemps. Nous avons vécu tellement de choses tous les deux, que je ne pouvais pas me permettre de laisser ça, à cause d'une coucherie. Evidemment, ce n'est pas 'normal' de coucher avec sa meilleure amie. Mais il n'empêche que nous ne pouvions pas ne plus nous parler à cause de ça. Puisqu'elle ne voulait plus me voir, je la laissais quelques jours tranquille. Jusqu'à aujourd'hui. Alors que je marchais tranquillement sur le trottoir qui me menais tout droit à l'université, je décidais de pénétrer sur le campus de cette dernière, pour regagner le logement de ma meilleure amie. Il fallait que nous ayons une discussion. Je savais pertinemment que si je la prévenais de mon arrivée, lorsqu'elle entendrait frapper à sa porte, elle ne viendrait pas ouvrir, jouant les mortes, seulement là, elle n'était au courant de rien, ainsi, si elle était là, sa curiosité la pousserait à venir m'ouvrir. Bingo. Elle m'ouvrit la porte, cependant, elle ne perdit pas de temps à me la refermer au nez. Je m'attendais à tout, sauf à ça. Heureusement pour moi, je remerciais mes réflexes. Grâce à eux, j'avais eu le temps de passer mon pied dans la porte, l'empêchant de fermer complètement la porte. Ainsi, voyant que je ne baisserais pas ma garde, elle s'abandonnait à me laisser entrer à l'intérieur. Je la saluais, et entrais dans sa chambre. L'heure des discussions a sonné. Je pris la parole le premier, lui expliquant ce que je pouvais ressentir. Enfin, c'était un bien grand mot. Mais je ne pus me retenir de lui avouer qu'elle me manquait. Je voulais qu'elle comprenne qu'à mes yeux, rien n'avait changé, du moins, c'est ce que je m'efforçais de penser. Même si je voyais pertinemment que nous étions distant l'un envers l'autre, que nous ne sachions pas comment agir.
    Teresa - Tu crois vraiment qu'on a eu besoin de faire ce qu'on à fait ? pourquoi il fallut qu'on couche ensemble Eliott. On était bien comme on était non. Et tu crois que tu manques pas toi aussi.
    Eliott -Parce que tu crois que c'est ce que j'ai voulu ? Tu crois que j'ai voulu ruiner notre amitié ? Ton amitié est bien plus importante qu'une simple coucherie ! Je ne sais pas pourquoi on a couché ensembles, rien de tout ça n'était prémédité. Je ne veux pas que ça change quoi que ce soit entre nous.
Même si je n'en disais pas trop, je disais l'essentiel. Je voulais retrouver notre complicité datant. Celle que nous avions une semaine auparavant. Je voulais retrouver tous nos moments de complicité, mais pas que. Je voulais également retrouver nos moments taquins, où je l'embêtais tant je le pouvais. Ca, c'est ce qui me manquais le plus, la taquiner. C'est pourquoi, nous devions passer outre comme si cet acte ne s'était jamais produit. Bien sûr, sa n'allait pas être facile, mais je suis sûr que nous pouvions y arriver, uniquement pour sauver notre amitié.
Tout portait à croire qu'elle avait l'oeil de lynx. Alors qu'en rentrant à l'intérieur, j'avais tout fait pour qu'elle ne s'en aperçoive pas, elle l'avait tout de même remarqué que je boitais. Je grimaçais quant au fait de lui expliquer le pourquoi du comment. Deux possibilités s'offraient à moi, l'une était honnête, l'autre était malhonnête. Mais étant donné les circonstances, je préférais lui mentir, plutôt que de lui avouer la vérité, car je savais pertinemment qu'elle me forcerait à lui dire qui m'avait tiré dans la jambe, et comment tout ceci c'était produit. Et si elle apprenait que je dealais, alors je pouvais officiellement signer mon arrêt de mort. Je lui avais alors menti, en lui trouvant l'excuse la plus pitoyable qui soit : la fameuse déchirure qui me valait ce boitement.
    Teresa - Comment tu t'es fait ça ?
Pourquoi était-elle aussi curieuse. Finalement, j'aurais du attendre quelques jours de plus avant de me rendre chez elle. Cela m'aurait évité tout ce genre d'explication. Ce qui me bloquais le plus dans tout ça, c'était de devoir lui mentir pour préserver notre amitié. Mais je savais que je ne la préserverais pas longtemps et qu'un jour, tout finirait par éclater. Evidemment, je la voyais déjà de loin m'en vouloir, mais je ne pouvais pas faire autrement.
    Eliott - En jouant au foot avec Chris, on a été un peu trop brut et voilà le résultat.
Seul point dans lequel je ne mentais pas, c'était que le jour où je m'étais fais tiré dessus, j'étais avec Chris. Donc, je ne mentais pas sur toute la ligne... En fait si, je lui mentais, et ça c'était le plus difficile dans tout ça. Devoir lui mentir pour ne pas avoir à lui dire la vérité. Comment prendrait-elle le fait que je deale de la drogue, et que je me droguais donc. Je pense que cela serait sans doute fatal.

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Teresa Palmer


MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 16:34 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant

    ~ i think we should to talk. eliottfeatteresa.
    C'est fou comme on pouvait faire certaines choses sans en mesurer les conséquences, on se laissait aller le temps de quelques instants et ça pouvait tout casser sans prévenir et c'est ce qui était en train d'arriver avec Eliott. Je crois bien que lorsque nous avions couché ensemble on ne savait pas qu'elles seraient les conséquences de nos actes, mais peut-être que je prenais les choses bien trop à cœur comme à mon habitude mais j'étais comme ça et ça n'allait certaine pas changer. Eliott avait donc fait son entrée chez moi et je n'avais pas résisté bien longtemps à l'envie de ne pas discuter ce soir face à son insistance c'était peine perdue à vouloir continuer. Et qu'est-ce que je n'aimais pas fuir comme je le faisais en ce moment ça ne me ressemblait tellement pas mais je ne savais pas du tout comment réagir face à tout ça, alors je n'avais rien trouvé de mieux que la fuite, comportement lâche et simpliste je vous l'accorde. Eliott m'avait dit son ressenti sur toute cette histoire, et bien évidemment on partageait pratiquement le même avis, à savoir qu'au final on ne voulait pas que cette coucherie change quelque chose entre nous, mais j'avais du mal à le croire car pour moi dans un sens ça avait déjà changé quelque chose entre nous. Je sais bien que ce n’est pas non plus ce que tu voulais Eliott, mais aujourd'hui je n'arrive plus à te voir de la même façon c'est peut-être bête je te l'accorde mais c'est comme ça alors excuse-moi. Moi non plus je ne veux pas que tout ça soit gâché pour ça. Tu crois toi que ça ne changera rien ? M’exclamais-je alors croisant le regard de mon meilleur ami. On avait fondé une amitié et solide et ça serait dommage de gâcher tout ça, mais il était certain que je ne souhaitais pas ne plus lui parler, c’était juste que c’était difficile pour moi de savoir comment réagir, et comment me comporter même si je suppose que je n’avais rien à changer dans mon comportement, je devais avoir toujours le même comportement si je souhaitais que tout redevienne comme avant, et qu’on retrouve nos moments à tous les deux. Mais en dehors de cette histoire avec Eliott ma semaine n’avait pas été facile j’avais fait la connaissance de mon demi-frère qui se trouvé être Liam, quelqu’un que je connaissais très bien, on se connaissait depuis quelques temps déjà sans se rendre compte qu’au final on était demi-frère et sœur et même si j’étais contente de savoir que soit Liam ça n’avait pas été facile d’apprendre que c’était lui et aujourd’hui on tâchait d’avoir une relation de frère et sœur et c’était plutôt bien partie et ça Eliott l’ignorait, il ignorait que je l’avais rencontré et ça avait été difficile de pas aller vers lui pour lui, mais peut-être que je ne l’avais pas fait par fierté. Lorsqu’Eliott était rentré dans mon studio j’avais pu remarquer que quelque chose n’allait pas chez lui, qu’il ressentait une douleur au niveau de sa jambe, et je n’avais pas pu faire comme si je n’avais rien dit c’est pourquoi je lui avais demandé ce qu’il avait fait et il me répondit alors qu’il s’était fait une déchirure en jouant au foot avec Chris, après tout finalement ça ne m’étonnais pas, il fallait toujours qu’ils fassent des mouvements brusques, mais je ne me doutais pas qu’il était en train de me mentir, je croyais ce qu’il me disait bien trop naïve. Ah beh tu as tout gagné tiens. M'exclamais-je alors simplement.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Mer 22 Mai - 12:43 (2013)    Sujet du message: i think we should to talk. Répondre en citant


    featuring Teresa Palmer.
    I THINK WE SHOULD TO TALK.

Note à moi-même : ne plus recoucher avec ma meilleure amie. Je m'en voulais dans le sens où même si je n'étais pas le principal fautif, et que nous étions deux dans cette histoire, il se trouve que tout ceci n'aurait jamais du se produire. Je n'aurais jamais dû l'embrasser dans cette ruelle. Quelle idée. S'il y avait bien une personne à qui je tenais énormément c'était à Teresa. Elle me supportait depuis tant d'année avec mes conneries, mes plans drague à deux balles, mais surtout, mes taquineries, que je ne pouvais pas me permettre de la perdre. C'est ce qui expliquait d'ailleurs ma venue de ce soir, il fallait percer l'abcès tôt ou tard. Je lui avais laissé une semaine tranquille, au cours de laquelle je ne lui avais envoyé ni sms, ni mot sur facebook, rien, puisqu'elle se tuait à m'ignorer, mais là, s'en était trop. Moi-même je ne supportais pas cette situation. Je voulais retrouver celle avec qui autrefois je passais des nuits entières à se lancer des défis stupides, ou encore à regarder des films en tout genre, à se goinfrer de pop-corn et j'en passe. Perdre ma meilleure amie serait comme perdre une partie de moi. J'avais traversé de sale moment cette semaine, je me sentais parfois même seul. Elle me manquait c'était indéniable, et savoir qu'elle refusait de me voir me mettais hors de moi. Je ne supportais pas l'idée qu'elle ne veuille plus me revoir. D'ailleurs, me retrouver là face à elle, me faisait quelque chose. Un pincement au coeur devrais-je dire. Elle était tellement distante, on allait pas se mentir, nos rapports avaient changé, malheureusement. Mais j'étais prêt à tout pour retrouver ma meilleure amie. Le point positif c'est que, même si je lui avais forcé la main, elle avait accepté de me faire rentrer, car malgré tout, si elle ne souhaitait vraiment pas me voir, elle m'aurait demandé de quitter les lieux sur le champs, hors là, elle m'avait laissé entrer.
    Teresa Je sais bien que ce n’est pas non plus ce que tu voulais Eliott, mais aujourd'hui je n'arrive plus à te voir de la même façon c'est peut-être bête je te l'accorde mais c'est comme ça alors excuse-moi. Moi non plus je ne veux pas que tout ça soit gâché pour ça. Tu crois toi que ça ne changera rien ?
    Eliott Pour que rien ne change, il faut que de chaque côté on fasse l'effort de passer dessous. Mince, on va pas gâcher nos longues années d'amitié pour ça. On a merdé, je te l'accorde, tout ceci n'aurait jamais dû arriver, mais il n'empêche que je refuse de te perdre Teresa.
Je voulais qu'elle voit combien j'étais sincère, et combien au final je regrettais cet acte qui faisait qu'aujourd'hui nous nous étions fortement éloignés. Quand je repensais à tout ce que nous avions vécu, nous ne pouvions pas tout perdre à cause de ça.
Sans même m'en rendre compte, en rentrant dans son appartement, je m'étais mis à boiter, chose que je ne voulais pas, ce n'est pas comme si je n'avais pas l'habitude puisque cela faisait maintenant quatre jours que j'étais comme ça. Ma meilleure amie au l'oeil de lynx le remarquait vite et me demandait alors quelque peu inquiète ce qu'il m'était arrivé. Ne pouvant pas lui expliquer la véritable raison de cette blessure, je lui mentis en lui expliquant que je m'étais fais une déchirure en jouant au foot avec mon meilleur ami. C'était possible, mais là c'était un peu gros. L'essentiel, c'est que grâce à mon jogging, elle ne voyait pas mon pansement. D'ailleurs, c'est ce que je portais le plus souvent en ce moment, les joggings. Au moins cela évitait de me sentir compresser avec le pansement car pansement + jean, sa ferait pas bon ménage, et de plus j'avais déjà tenté et je devais avouer que j'avais chanté la marseillaise comme on dit. Par chance, elle semblait me croire.
    Eliott C'est claire, mais bon d'ici quelque chose sa sera rétabli !
J'essayais de la convaincre que ce n'était vraiment rien, mais je doute vraiment être rapidement établi vu que la balle avait touché je ne sais quoi dans ma jambe, d'après le médecin, je devrais même par la suite subir des séances de kiné.
    Eliott Alors racontes moi ta semaine, qu'est-ce que j'ai raté ?
Nous n'allions pas nous éterniser longtemps sur tout cela, je comptais bien lui montrer qu'il fallait passer au dessus de tout ça, pour lui prouver que finalement rien n'avait changé entre nous.

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:50 (2016)    Sujet du message: i think we should to talk.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison neuf -> Université
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky