Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
LE FORUM VA BIENTOT FERMER SES PORTES (cf annonces).
Comme on se retrouve...

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison dix -> los angeles
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message

You live your life.
Inscrit le: 29 Mar 2013
Gabriel Weazer

Messages: 1 721
» feat: Josh Hutcherson
» age: 21 ans
» ville/ pays d'origine: L.A
» métier : Pompier... ouais,ouais, ça vous fait fantasmer les filles! (a)
» meilleur(e)s ami(e)s: Sasha, Zayn, Harry e
» familles : Lucas, Louane, Nolan et Shanna
» trait de caractères : impulsif - drôle -obstiné
» situation amoureuse : Célibataire
» son favori: Strong - One Direction
» citation : Tu sautes, moi je sautes, pas vrai?

MessagePosté le: Sam 19 Oct - 07:22 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

En ce vendredi ensoleillé, je ne travaillais pas. Cependant je m'étais levé aux alentours de 7h30 pour m'occuper de mon fils. Le problème quand on a un enfant c'est qu'on peut définitivement rayé les grasses matinées de notre emploi du temps. Je l'avais levée et l'avais fait déjeuné avant de l'accompagner à la douche. Je l'avais ensuite amené à l'école avant d'aller faire les courses. Habituellement, c'était Larrie, ma sœur qui s'occupait de ça mais pour une fois, je lui évitait ça. Il faut dire que j'essayais d'être un peu plus distant avec elle. Nous étions vraiment trop proche et s'en était presque flippant. Elle avait besoin de ma présence H24 et croyez moi, ça fait un peu beaucoup ! Lorsque le cadi fut plein, je passai à la caisse et rentrait chez moi. A midi, j'étais seul. Lucas mangeait à la cantine et Larrie avait cours. Je me fis donc cuire des pâtes, le seul plat que je savait à peu près faire sans le rater et me mis devant la télé. Comme d'habitude, il n'y avait rien. En début d'après midi, je fis un sieste avant d'aller récupérer mon fils. Lorsqu'il sortit de l'école, je dû encore le réprimander. C'était une habitude en ce moment, mais c'était pour son bien. Sur le chemin du retour, il me raconta sa journée qui se résumait à s'amuser et à dessiner. Il m'en avait d'ailleurs fait un pour moi. « Oh, il est super jolie. Ça, je parie que c'est toi et ça moi. Et là, c'est maman ? » demandais-je.  « Non, c'est Tata Larrie. » voilà ce qu'il se passait. Il oubliait complètement sa mère... « Et à maman, tu lu as pas fait un dessin ? On aurait pu lui envoyer. » Il ne répondit pas et continua son explication avant de me tendre son cartable. Etant plus jeune, je m'étais toujours moqué de ces parents qui portaient le cartable de leur enfant et me voilà aujourd'hui avec Batman sur l'épaule ! Sur le chemin, on s'arrêta dans un parc comme nous en avions l'habitude lorsque c'était moi qui venait le chercher. Au loin, je vis une silhouette familière. Je me rapprocha et découvrit la jeune femme que j'avais quelque peu soigné quelques jours plus tôt, Victoria si mes souvenirs sont bons. Elle était assise sur un banc et avait le regard dans le vide. Je me tâtais à aller lui parler. Après tout, elle m'avait bien envoyé balader la dernière fois ! Finalement je me postai face à elle. « Bonjour... » elle releva le visage et fut apparemment surprise de me voir. Je m'assis alors sur le même banc, à côté d'elle, prenant Lucas sur mes genoux qui était en train de goûter. « Vous allez bien ...depuis la dernière fois ?... » demandais-je quelque peu hésitant. 


Revenir en haut

Publicité


MessagePosté le: Sam 19 Oct - 07:22 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Invité
Victoria Davis


MessagePosté le: Sam 19 Oct - 19:52 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Il devait être près de 14 heures lorsque je m'éveillais ce vendredi. Je me frottais les yeux avant de me diriger vers la fenêtre, que j'ouvris avant de faire de même avec les volets, et le laisser les rideaux retomber au sol. Il fessait beau et je restais quelques secondes à m'émerveiller devant ce paysage que j'avais pourtant l'habitude de voir. J'étais rentrée de l'hôpital il y avait deux jours de cela, et je n'avais pratiquement fait que dormir. Je me dirigeais dans la salle de bain et filais sous la douche. L'eau froide aidrait parfaitement à me réveiller. Je me savonnais et me lavais les cheveux avant de m'enrouler dans une serviette. Je déméllais mes cheveux et me rendis de nouveau dans ma chambre. Ca sentait l'alcool dès que j'y mettais les pieds mais avec l'habitude, cela ne me fessait plus rien. J'enfilais des dessous blancs, une chemise trois uarts à carreaux dans les tons rouge et bleu, un jean slim brut, et des soquettes blanches. Je retournais dans ma salle de bain et me séchais les cheveux avant de me mettre de la crème sur le visage, de me brosser les dents et de me maquiller. Trevis n'était pas là, alors je me maquillais pas de manière provocatrice, le soir viendrait assez vite comme ça. Je me fis un chignin en laissant s'échapper quelques mèches encadrant mon visage, et enfilais des boots noires et une veste en cuir de la même couleur. Je n'avais aps de portable et pris par conséquent simplement mes clés. J'attrappais une pomme en signe de déjeuner, et claquais la porte derrière moi. J'avais pris le soin de mettre un bracelet large en argent sur mon poignet gauche afin de cacher au maximum mes cicatrices. Une montre et quelques bracelet à droite, et j'étais parée. Je croquais dans ma pomme après avoir descendu les escaliers en sautillant, et sortis dans la rue quelques secondes plus tard. Je plissais les yeux, aveuglée par la lumière, et avançais en direction du parc. Je n'avais pas fermé la fenêtre de la chambre... Tant pis. Je marchais lentement et y arrivais peu après. Déjà 16 heures passées... Je rentrais dans le parc par le portillon vert et jettais mon trognon de pomme aux pigeons. Je fourrais mes mains dans mes poches et suivis le chemin ombragé. J'étais encore assez fatiguée de mon séjour à l'hôpital, et je m'assis sur le banc le plus proche. Je tendis mes jambes, posant l'une de mes chevilles sur l'autre, et gardais le regard fixe devant moi. Qu'est-ce que j'allais devenir... Je ne pouvais pas laisser tomber mon copain, ce m'était impossible. Il me retrouverait et Dieu seul savait ce qu'il serait capable de me faire! L'envie ne m'en manquait pas cependant, mais je ne pouvais tout bonnement pas. Une ombre apparu soudain devant moi, me cachant des rayons du soleil, et je relevais les yeux vers cette personne qui me saluait en sursautant. Vers ces personnes plutôt, car le jeune homme n'était pas seul. Salut... je lui répondis en esquissant un sourire alors que le jeune pompier s'asseyait à mes côtés. Il repris la parole en me demandant de mes nouvelles. Je baissais la tête en grattant dans le sol du bout d'une de mes boots. On peut dire ça comme ça, et vous? je lui demandais en redressant ma tête dans sa direction. Je souris à sa réponse avant de regarder tendrement le petit jeune garçon qui lui tenait compagnie. C'est votre fils? je lui demandais, un brun curieuse de nature bien que réservée. Vous êtes jeune pour avoir un fils, je laissais échapper avant de me reprendre. Enfin non, ce n'est pas ce que je voulais dire, ne le prenez pas mal surtout! je dis, consciente de mon faux pas. Il est très mignon en tous cas, et il a les mêmes yeux que vous, j'ajoutais en souriant avant de me renfrogner. Il allait croire que je le reluquais! Je me raclais la gorge avant de reprendre la parole. Désolée pour la dernière fois au fait. Je voulais pas être méchante dans mes paroles, loin de là, mais je ne savais pas trop ce que je disais, vous savez, les efets post-traumatiques, on apprend ça en cours de médecine en deucième année, je dis avant de réfléchir à mes paroles. Il ne savait pas que j'avais fait des études de médecine, qu'est-ce qui me prenait de lui déballer indirectement ma vie comme tel?!

Revenir en haut

You live your life.
Inscrit le: 29 Mar 2013
Gabriel Weazer

Messages: 1 721
» feat: Josh Hutcherson
» age: 21 ans
» ville/ pays d'origine: L.A
» métier : Pompier... ouais,ouais, ça vous fait fantasmer les filles! (a)
» meilleur(e)s ami(e)s: Sasha, Zayn, Harry e
» familles : Lucas, Louane, Nolan et Shanna
» trait de caractères : impulsif - drôle -obstiné
» situation amoureuse : Célibataire
» son favori: Strong - One Direction
» citation : Tu sautes, moi je sautes, pas vrai?

MessagePosté le: Sam 19 Oct - 20:57 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Je ne travaillais pas aujourd'hui ce qui me laissait du temps pour moi et pour mon fils. Depuis l'annonce de sa maladie que je lui avais malheureusement refilé. Son état se dégradait trop rapidement et l'opération était de plus envisageait malgré son jeune âge. C'est donc pour ça que je passait le maximum de temps avec lui sachant pertinemment que tout pouvait s'arrêter du jour au lendemain. En ce vendredi, j'étais donc allait le récupérait à l'école. Vif, le petit garçon me raconta sa journée bien remplie apparemment. Il omis cependant de me parler de sa punition dont son institutrice m'avait informé quelques minutes avant. Monsieur aurait poussé un garçon de son âge car soit disant il l'embêtait. Je ne dis rien à ce sujet, sachant très bien que s'il avait fait ça, c'est qu'il l'avait jugé nécessaire et puis à son âge, ça passait par une oreille et ça ressortait par l'autre. Puis...sans mentir, son état de santé y était pour beaucoup. Quoi qu'il en soit voulant profiter de l'instant, je l'emmenai au parc comme j'avais l'habitude de le faire. J'avais bien entendu penser à prendre son goûté. Sans m'y attendre vraiment, je rencontrai une personne bien précise. La fameuse victoria. Je me postai face à elle tout en la saluant avant de m'installer à ses côtés. Hésitant, je lui demandai de ses nouvelles. Ce n'était peut-être pas la meilleure façon de le faire... « ...Je vais bien merci... » dis-je simplement. Je la vis alors regarder mon fils. « Oui, c'est le mien. » souriais-je. Et avant que je puisses dire quoi que ce soit, elle prit la parole pour dire tout haut ce qu'elle pensait. Elle essaya alors de se rattraper et cela me fit légèrement rire. «  Y'a pas de mal. Mais c'est vrai que je suis plutôt jeune pour l'avoir. J'avais à peine 17 ans quand ma copine est tombé enceinte. Elle a pas voulu avorté alors Lucas est arrivé. »Avouais-je en ébouriffant les cheveux de mon fils. Ce dernier râla repoussant ma main et se concentrant à nouveau sur son gâteau. Elle continua en précisant qu'il était mignon et qu'il avait les même yeux que moi. C'était la première chose qu'on me disait à son sujet. Apparemment elle s'en voulu d'avoir dit ça, ce qui une fois de plus me fis rire. « Ouais, enfin par chance, il a aussi pris des choses de sa mère ! » rigolais-je. Elle s'excusa alors pour la dernière fois. C'est vrai qu'en y repensant ses paroles avaient été déplacées mais moi non plus je n'y étais pas allé de main morte. Puis comme elle le disait, les tranquillisants n'y étaient pas indifférent. A ces paroles, je compris qu'elle faisait des études de médecines. « Ah, vous êtes étudiantes en médecine . Vous en avez du courage ! Moi et les études ça à jamais fait bon ménage ! » rigolais-je. Oui, il faut dire que durant mon adolescence je n'avais pas vraiment travaillait. Je me fichais totalement des cours et préférait m'amuser. C'est seulement après mon accident que j'avais réalisé l'importance de la vie. « Au fait, Moi c'est Liaam. » dis-je en réalisant que nous n'avions pas vraiment eut de présentation. Je tendis alors ma main, qu'elle serra, en guise de véritable rencontre. J'hésitai à rentrer directement dans le fond du sujet. J'étais de nature franc et même si je n'étais pas dans le cadre de mes fonctions, je pris la parole. « Hum...Vous...vous avez l'avez quitté ?... » Elle allait sûrement m'envoyer balader et elle aurait probablement raison mais je me voyais mal lui parler sans aborder ce sujet. Elle avait peut-être encore subit des violences et même si j'étais un parfait inconnu, je m'en voudrait de la laisser repartir vers un tel monstre. 


Revenir en haut

Invité
Victoria Davis


MessagePosté le: Dim 20 Oct - 11:33 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Alors que j'étais sortie, pensant me retrouver seule un petit moment, je tombais sur le pompier qui m'avait conduit à l'hôpital une petite semaine plus tôt, au hasard dans le parc. Il se posta devant moi et, après avoir échangé les banalités de salutations et le comment allez-vous, il s'assit à mes côtés sur le banc, un petit garçon sur ses genoux. Je lui demandait si c'était son fils et, après sa réponse positive, lui fit remarquer qu'il me paraissait un peu jeune pour avoir un fils. Je m'excusait tout de suite à ce propos, ce n'était en aucun cas mes affaires. Il rétorqua qu'il n'y avait pas de mal à ça, et que sa copine était tombée enceinte envers et contre tout alors qu'elle n'avait que 17 ans. J'acquiéssait en esquissant un sourire, touchée qu'il me raconte une partie de sa vie sans que je ne le demande, sans le connaitre même. Je lui fis remarquer que son fils, donc, avait hérité de ses yeux, et il me dit qu'il avait beaucoup pris de sa mère aussi, et que c'était plutôt pas mal comme cela. Je souris en repensant à ce que je lui avait dit à l'hôpital, et je m'excusais de mes paroles déplacées. Il me fit remarquer qu'il n'avait jamais travaillé étant à l'école, et qu'il me trouvait courageuse de faire médecine. Je baissais les yeux et repris à mon tour la parole. Hum... Je fessais médecine, mais je ne fais plus... je murmlurais avant qu'il ne me dise son prénom. C'est vrai, je n'en avais aucune idée, et je n'avais même pas cherché à le savoir! Je serrais la main qu'il me présentait et lui souris. Et moi Vic, mais vous le savez déjà, je dis en rigolant succintement. Et voilà qu'il en vint au sujet facheux. Trevis. Je détournais de nouveau le regard. Non, je suis toujours avec, et contre toute attente, ça se passe très bien. Il est excessivement gentil avec moi, et c'est pourquoi je reste avec lui, je dis en soupirant légèrement avant de tourner de nouveau la tête vers lui, croisant son regard. Vous saviez que je n'étais pas tombée dans les escaliers, n'est-ce pas? Et depuis le début... je dis en remettant une petite mèche de cheveux derrière mon oreille. Je ne me suis jamais confiée à personne depuis que je suis avec lui, alors j'espère que vous comprendrez que je ne l'ai pas fait cette soirée là? je lui demandais doucement avant de me taire quelques instants. La raison pour laquelle j'étais dans mon appartement lorsque vous êtes venus me chercher, c'est parce que je n'en suis jamais sortie. Il joue à des jeux vidéos et lorsqu'il perd, c'est moi qui empatie, je dis avant de me taire de nouveau. Je ne voulais pas en parler, mais je savais qu'au fond de moi, il ne voulait que mon bien. Les côtes, la cheville, les poignets et le dos, ça vient de la. Les cicatrices sur mes poignets, mes épaules, et mes avants-bras, comme vous avez certainement du les voir, ça date de mon accident lorsque j'étais enfant. Mes parents et mes soeurs jumelles sont mortes dedans. Je suis la seule à y avoir survécu, et pourtant, malgré la chance que j'ai, j'aimerais, parfois, les rejoindre. Et je me dis que c'est ce que Trevis fait, un petit peu plus à chaque fois, il me puni de ne pas les avoir sauvé à temps cette nuit là, je sais qu'elles ont souffert avant de mourir et je ne peux pas lui en vouloir vous savez, ça ne dure jamais bien longtemps. Sur le coup, bien sur que je lui en veut, mais après ça s'estompe vous savez. Et lorsqu'on se drogue, ça me permet d'oublier. C'est pourquoi j'ai commencé des études de médecine. Mais lorsque je l'ai rencontré, en boite de nuit, il m'a fait prendre conscience que ce n'était pas pour moi, les études, et du coup il m'a trouvé un poste de serveuse dans cette boite, et lorsqu'ils n'ont pas besoin de moi, j'enfile une tenue et je danse autour de la barre, vous devez savoir de quoi je parle. Dans un an, j'ai 21 ans. J'hérite de la fortune de mes parents, et on s'envole pour New-York, Paris, toutes les grandes villes! je dis en souriant tristement. Mais il est vrai que parfois, je me demande ce que je fais avec lui, je failli rajouter, mais m'arrêtais juste à temps.

Revenir en haut

You live your life.
Inscrit le: 29 Mar 2013
Gabriel Weazer

Messages: 1 721
» feat: Josh Hutcherson
» age: 21 ans
» ville/ pays d'origine: L.A
» métier : Pompier... ouais,ouais, ça vous fait fantasmer les filles! (a)
» meilleur(e)s ami(e)s: Sasha, Zayn, Harry e
» familles : Lucas, Louane, Nolan et Shanna
» trait de caractères : impulsif - drôle -obstiné
» situation amoureuse : Célibataire
» son favori: Strong - One Direction
» citation : Tu sautes, moi je sautes, pas vrai?

MessagePosté le: Dim 20 Oct - 12:39 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Je venais de rentrer dans le parc pensant passer une après tranquille avec mon fils mais je fis une rencontre, celle de Victoria. La jeune femme que j'avais aidé une semaine plutôt. Compte tenu de la situation elle semblait physiquement mieux. Moralement, je dirais toujours aussi abattue et sans mentir, ça me peinait un peu. On discuta quelque instants de Lucas et j'avouais l'avoir eut plus jeune que je ne l'aurais voulu. Mais la vie était ainsi et ça ne servait à rien de ressasser le passé. Et puis même si en ce moment c'était un peu compliqué, Lucas était la plus belle chose qui me soit arrivée. Oui, je sais, ça fait cliché, mais c'est la vérité. Elle s'excusa alors de son comportement de la fois passé et je cru comprendre qu'elle faisait médecine. Mais apparemment non... « Ca peut se comprendre que vous ayez abandonné, c'est plutôt difficile. » dis-je en faisant une conclusion. Ne l'ayant pas fait plus tôt, je me présenta à la jeune femme et elle fit de même. Après quelques instants , je décidai de parler de son petit ami. J'espérai sincèrement pour elle qu'elle l'avait quitté. Elle m'expliqua que non, que depuis son séjour à l'hôpital, il n'avait pas réitérer son geste et qu'il était incroyablement doux avec elle. Elle restait donc avec lui. « Ouais, jusqu'à qu'il vous laisse pour morte! » répliquais-je avant qu'elle ne reprenne la parole. « Ca me paraissait évident...Pourquoi auriez vous remonter 3 étages si vous étiez vraiment tombé ? Puis toutes les bouteilles d'alcools vident au sol et le fait qu'il ne vous laissez pas en placer une...C'était logique quoi... » dis-je simplement. Elle continua alors dans sa lancée. « Ouais, je peux comprendre ça...Ca doit pas être facile... » Sans que je m'y attende, elle me déballa tout. Sans mentir, ça me surprenait. J'étais un parfait inconnu et elle se confiait à moi. « Et vous trouvez ça normal ? Ce mec est un parfait salop, il faudrait vous rentrer ça dans la tête. On frappe pas une personne parce qu'on à perdu à jeu et encore moins sa petite amie. Ouvrez un peu les yeux, ce mec est taré ! » m'insurgeais-je. Certaines cicatrices venaient bien de Trevis alors que d'autres étaient plus lointaine. Encore une fois, elle me racontai son histoire. Je crois qu'elle avait besoin de se confier et qu'elle n'avait trouver que moi pour le faire. Ca ne me dérangeait pas, j'étais à l'écoute des gens et au vu de mon boulot, c'était mieux que je possède cette qualité. Elle avait perdu vraiment toute sa famille et la douleur était toujours autant présente. Je crois qu'elle se sentait responsable d'être toujours en vie, alors qu'eux n'étaient plus de ce monde. La seule personne que j'avais perdu était mon grand père. Il était mort de la même maladie qui m'avait rongé et qui rongeait aujourd'hui mon fils. J'avais toujours été proche de lui puis vers mes 15 ans, il était partie pour ne plus revenir... Perdre une personne c'est déjà dur à vivre alors sa famille entière, je n'ose même pas imaginé. « Je suis désolé...Mais, je suis pas sûr que vos parents auraient voulu ça pour vous. Vous pouvez pas dire que vous aimeriez les rejoindre. La vie on en a qu'une, faut la vivre à fond. Et croyez moi, c'est pas juste des paroles en l'air, j'ai passé mon enfance dans les hôpitaux et si ça m'a bien appris une chose c'est que dans la vie , il faut se battre. » Ca sonnait comme une leçon de moral mais c'était loin dans être une. Je voulais juste essayais de lui faire comprendre que parfois même si c'est dur, même si tout est contre nous, il faut se battre. Au fond d'elle elle n'en voulait pas vraiment à son petit ami et ça, sans mentir ça m'était incompréhensible. La drogue lui permettait d'oublier et ça je pouvais comprendre. «La drogue n'est pas une solution....Si vous vous arrêtez pas maintenant, ça sera de pire en pire. Une overdose, c'est vite arrivée... » affirmais-je. Combien de fois, j'avais été face à un cas dans ce genre ?! Combien de gamin mort d'une overdose, on avait dû récupérer ? Elle bien arrêté ses études de médecines mais pas pour la raison à laquelle je pensais. La raison ? Encore Trevis.... Elle travaillait alors comme serveuse et strip-teaseuse quand on le lui demandait. « Et ça vous plaît ça ? Sérieusement ? Soyons réaliste, c'est pas une vie... Vous vous voyez dans 5/10 ans toujours faire ça ?! » Elle termina alors en répliquant dans peu de temps elle serait à la tête d'une immense fortune et qu'ils partiraient tous les deux faire le tour du monde. « Ouais, donc il est là juste pour le fric... » concluais-je. Oui, c'était cash, mais c'était vrai. « Dites moi franchement, vous arrivez à voir votre avenir avec un mec comme ça ? Imaginez une seconde que vous ayez des enfants ensemble. Ce qu'il vous fait subir, il est capable de le faire subir à un enfant et les conséquences pourraient être dramatique...Oui, je ne vous connais absolument pas et je me mêle probablement de ce qu'il ne me regarde pas mais...je pense sincèrement que vous méritez mieux.... Prenez vos affaires et allez vivre chez une amie avant que vous ne pouviez revenir en arrière ! » répliquais-je. 


Revenir en haut

Invité
Victoria Davis


MessagePosté le: Dim 20 Oct - 13:09 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Je n'avais vu Liaam qu'une seule fois, et c'était la raison pour laquelle je préférais le vouvoyer. On parla de choses et d'autres comme deux bons amis qui se retrouvent après quelques semaines de séparation, et je lui dis que oui, je fessais médecine, mais plus précisément, que je fessais médecine, au passé, avant de rencontrer Trevis. Même quand il n'était pas là celui là, on en parlait! Il me demanda subitement si j'étais encore en ménage avec Trevis, et je lui répondis le plus simplement du monde que tel en était le cas. Il s'insurgea, avant que je ne reparle de cette fameuse soirée, celle ou nous nous étions croisés pour la première fois. Il avait tout de suite su que ce que j'avançais était faux, bien que je lui ai prétendu le contraire du début à la fin. Il me fit remarquer que seul un simple d'esprit m'aurait cru, et je fis la moue. La part de vrai là dedans, c'est que ce n'est pas moi qui les avait bues, les bouteilles, je dis pour me rattraper avant de ne me mettre à lui exposer succinctement ma vie. Les cicatrices, la mort de ma famille, ce que Trevis me fessait, le fait que je ne pouvais pas lui en vouloir, tout, ou presque du moins. Je ne savais pas encore si je le regretterais, de tout lui avoir exposé ou presque, mais ça me fessait du bien sur le moment. Il démarra au quart de tour une fois que j'eu fini mes dires. Il trouvait ça inconcevable que je reste avec une personne ainsi, qu'il fallait que j'admette qu'il avait absolument raison sur tous ces points. Ma famille me manquait atrocement, et je lui fis part de ce que j'espérais, lorsque je n'allais pas bien: les rejoindre, tout simplement. Il me répondit que ce n'était pas humain de dire des choses pareilles, qu'ils n'auraient, s’ils n’étaient encore en vie, jamais voulus d'une telle vie pour moi. Il savait très bien de ce qu'il parlait, il avait lui-même passé une bonne partie de sa vie à arpenter les hôpitaux. J'ajoutais alors que lorsque je me droguais, tous les soucis quotidiens disparaissaient en moins de deux, et il me répondit que ce n'était pas, et de loin, la bonne solution. Il était très bien placé pour savoir que le pire était très vite arrivé, de part son métier. C'était vrai qu'il avait du en voir des vertes et des pas mûres, dans son camion... J'avais fait le choix, ou plutôt, comme mon arrière pensée me le soufflait, j'avais été poussée à arrêter mes études de médecine. Liaam me demanda derechef si, dans un epetite dizaine d'années, je me verrais toujours me déhancher sur les comptoirs des bars en échange de quelques billets de pouboires. Je haussais les épaules alors que ma raison me soufflait qu'il avait tout à fait raison, bien que je ne veuille l'admettre. J'étais bientôt riche, et les bars, ça serait fini pour moi. Du moins derrière les bars. Il était avec moi seulement pour mon argent. Je relevais la tête instinctivement vers lui, prête à contester cet aveux. Il me demanda ensuite si c'était vraiment ce que je voulais, vivre avec lui, le voir s'en prendre à nos enfants. Il pensait que je valais mieux que ça, et qu'il faudrait, pour une vie meilleure, que je parte. Mais je ne peux pas partir! je m'insurgeais en plongeant mon regard dans le sien. Mes amis ne sont pas au courant de ce qu'il me fait, vous être le seul Liaan, le seul! Et si je venais à partir, à le quitter, il me retrouverait, et vous n'imagineriez même pas ce qu'il me ferrait! Ce n'était pas la première fois qu'il me frappait, et vous avez du vous ne douter, et je sais qu'il est tout à fait capable de faire plus que de me frapper, et vous le savez aussi bien que moi! Alors oui, je nie tout ce que vous dites, mais j'entend tout! Je sais qu'il ne faut pas rester avec lui, je sais qu'il faudrait que j'aille porter plainte, mais c'est trop tars! Ils l'enverraient en prison et s'il venait à sortir, imaginez! Je suis seule contre lui, je ne peux rien faire, rien dire, je peux juste empatir, et croyez moi, ce n'est pas facile tous les jours! je dis avant de m'arrêter, sentant les larmes monter dans mes yeux. Vous pensez que je ne suis pas consciente du risque que j'encours à rester avec lui? J'y ait pensé, déjà à de multiples reprise, partir, tout quitter, rejoindre mes parents, mais à chaque fois, j'y ai renoncé. Je sais qu'il faut que je m'en aille si je ne veux pas finir comme lui, mais je ne peux pas, vous me comprenez? Il est bien plus fort que moi, et il n'hésiterait pas à me le faire payer, alors je reste, je n'ai pas d'autre choix, j'ajoutais avant de détourner le regard. Je ne m'étais jamais confiée à quelqu'un, mais c'était en train de m'aider, de me faire prendre confiance que je ne pouvais plus rester avec lui. Mais seule contre lui, je n'avais aucune sortie de secours.

Revenir en haut

You live your life.
Inscrit le: 29 Mar 2013
Gabriel Weazer

Messages: 1 721
» feat: Josh Hutcherson
» age: 21 ans
» ville/ pays d'origine: L.A
» métier : Pompier... ouais,ouais, ça vous fait fantasmer les filles! (a)
» meilleur(e)s ami(e)s: Sasha, Zayn, Harry e
» familles : Lucas, Louane, Nolan et Shanna
» trait de caractères : impulsif - drôle -obstiné
» situation amoureuse : Célibataire
» son favori: Strong - One Direction
» citation : Tu sautes, moi je sautes, pas vrai?

MessagePosté le: Dim 20 Oct - 13:39 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Sans vraiment me rendre compte de ce que je faisais, je m'étais assis là à l'écouter me raconter son histoire, à essayer de l'aider tant bien que mal. Pour parler à un inconnu de tout ça, il fallait vraiment qu'elle soit mal, du moins c'est ce que je me disais. Non, je n'étais pas à sa place alors non, je ne pouvais pas comprendre mais...je compatissais tout de même avec elle. Oui, il m'était déjà arriver de m'énerver vraiment avec une de mes ex petites amies, mais jamais au point de lever la main sur elle. C'était quelque chose qui me semblait inconcevable pour moi pourtant la réalité était bien là. Elle me raconta son histoire de A à Z, ce qu'elle faisait, et surtout pour qu'il elle le faisait. Je crois qu'elle faillit s'étouffer quand j'affirmai haut et fort que son trevis n'était là que pour fric. Même un aveugle aurait pu le voir ! Elle n'avait aucun avenir avec lui mais pourtant, elle s'obstinait à rester à ses côtés. La peur probablement, comme toutes ces femmes qui sont passés par là avant elle. A la fin de mes propos, elle reprit la parole. J'étais apparemment le seul à savoir ce qu'elle endurait. Aucun de ses amis n'étaient au courant. Encore faudrait-il que le monstre qui lui sert de petit ami ne l'empêche pas de les voir ! D'après les dires de Victoria, Trevis, serait près à lui rendre au centuple ce qu'elle lui aurait fait. Elle était complètement morte de peur et n'avait envie que d'une chose : mettre fin à sa vie pour enfin être au calme. « Je comprends bien que ça doit pas être facile mais...vous pouvez carrément pas rester avec lui. Il faut porter plainte et la police fera son devoir. Il pourra plus rien contre vous. Et quand il sortira de prison, vous aurez refait votre vie et vous serez tranquille. Oui, vous aurez sûrement peur à certains moments mais...pas autant qu'à chaque fois que vous rentrez chez vous. Allez voir la police  et partez vivre chez une personne en qui vous avez confiance. Si vous ne prenez pas une décision maintenant, c'est moi qui le ferrait... » dis-je en laissant supposer que j'irais moi même parler à la police. Et avec le nombre de policiers que je connaissais, je n'aurais pas de mal à mettre ce mec en prison. Elle allait s’insurger et je repris une nouvelle fois la parole. « Je sais très bien ce que vous ressentez et je le comprends, mais...je suis trop impliqué maintenant. Je ne m'en irez que quand je serait sûr que vous allez bien, vous comprenez ? » Oui c'était ça le problème, j'étais trop impliqué pour faire comme si de rien n'était. Je n'avais fait que mon boulot et pourtant je me sentais concerné. Puisque j'étais le seul au courant, j'étais aussi le seul à pouvoir lui faire prendre conscience de tout ce qu'elle risquait. «  Que ça vous plaise ou non, je ne vous laisserez pas tomber... » affirmais-je. 


Revenir en haut

Invité
Victoria Davis


MessagePosté le: Dim 20 Oct - 14:13 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

C'était la première fois depuis que j’étais avec Trevis que je me confiais à quelqu'un. Lui même ne savait pas que j'avais perdu ma famille, il savait simplement que dans une petite année, je serais riche. Et Liaam me fit durement remarquer que c'était pour cela qu'il était avec moi. Je savais qu'il avait raison, mais je ne voulais pas l'admettre, tout comme je ne pouvais pas le laisser, le quitter. Liaam comprenait mon désarroi, me fi remarquer, en ajoutant qu'il savait que ce n'était pas facile pour moi d'être avec lui, mais qu'il fallait que je le quitte. Il fallait que je me rende à la police afin de les avertir de ce que je subissais, et que même s'il venait à sortir, il ne pourrait pas s'en prendre à moi, je serais trop soutenue et entourée pour cela. Il fallait déjà que j'arrive à franchir le premier cap, qui consistait à aller voir la police, si je voulais seulement apercevoir le second qui était refaire ma vie avec quelqu'un d'autre. Il ajouta pour en conclure que si je ne m'y rendais pas moi même, voir la police pour porter plainte, il s'en chargerait lui-même. J'ouvris la bouche pour rétorquer, mais il fut plus rapide que moi, et me dit qu'il savait ce que je ressentais, et qu'il comprenait ce que je ne voulais pas faire, mais que, comme je lui avait tout avoué, il ne pourrait pas faire semblant dès lors. J'acquiesçais positivement de la tête lorsqu’il me demanda si je comprenais. Il reprit ensuite la parole, interrompant le silence qui s’était installé depuis quelques secondes, en disant simplement que, dans tous les cas de figure, il ne me laisserait pas seule, moi et mon pétrin. Je relevais la tête vers lui sans vraiment comprendre.
Pourquoi vous faites ça pour moi? Je veux dire, pourquoi moi? Vous avez du en croiser des dizaines dans votre vie des filles comme moi, des filles de tout âge battues, ou même pire, des prostituées, alors pourquoi moi? je dis, curieuse de sa future réponse. Il était vrai que j'avais du mal à saisir. Il devait avoir bien d'autres choses à faire dans sa vie que de s'occuper de moi, à commencer par s'occuper de son propre fils!


Revenir en haut

You live your life.
Inscrit le: 29 Mar 2013
Gabriel Weazer

Messages: 1 721
» feat: Josh Hutcherson
» age: 21 ans
» ville/ pays d'origine: L.A
» métier : Pompier... ouais,ouais, ça vous fait fantasmer les filles! (a)
» meilleur(e)s ami(e)s: Sasha, Zayn, Harry e
» familles : Lucas, Louane, Nolan et Shanna
» trait de caractères : impulsif - drôle -obstiné
» situation amoureuse : Célibataire
» son favori: Strong - One Direction
» citation : Tu sautes, moi je sautes, pas vrai?

MessagePosté le: Dim 20 Oct - 14:38 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

L'art de la parole, ce n'était pas vraiment mon truc ! Je disais les choses comme elles venaient sans vraiment faire attention. On me reprochait souvent ce manque de tact, mais on m'avait toujours dit qu'il valait mieux être franc. Je me sentais trop impliqué dans l'histoire pour me lever et repartir chez moi comme si de rien n'était. Je me connaissais et je savais pertinemment que s'il lui arrivait quelque chose, je me sentirais responsable. Elle avait peur de prendre ses affaires et de partir et c'était tout à fait normal. J'expliquai que de toute façon je ne lui laissais pas vraiment le choix. Si elle n'allait pas voir la police, je le ferais moi même ! Elle paru surprise de mon comportement. C'est vrai, après tout nous étions deux parfaits inconnus ! « En réalité, ça fait seulement un an que je suis pompier et des cas comme ça, j'en ai eu 2 dans l'année et à ce moment là, on ne me laissait pas vraiment diriger quoi que ce soit. Alors oui, je pourrais très bien passer mon chemin mais je pourrais pas me regarder dans la glace après...Donc en y pensant c'est probablement par pur égoïsme que je fais ça...Quoi qu'il en soit, je pense que vous valez mieux que ce que vous pensez, que ce que Trevis vous laisses penser....Prenez vos, affaires et barrez vous ! Reprenez vos études en médecine, trouver quelqu'un de bien et fondez une famille....C'est tout ce que j'ai à vous conseiller. » dis-je simplement. Je tournai alors mon regard vers mon fils qui avait à présent terminé son goûté. Il avait du chocolat sur tout le visage et je remarquai qu'il avait trouvé une serviette pour s'essuyer les mains : mon tee-shirt blanc... « Merci Lucas ... » soupirais-je avant de sortir de son cartable une serviette en papier et de l'essuyer. « Imaginez, une seule seconde qu'il n'y ai pas Trevis. Vous seriez en train de faire quoi là, maintenant, à cet instant précis ? » demandais-je.  


Revenir en haut

Invité
Victoria Davis


MessagePosté le: Dim 20 Oct - 15:09 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Je me livrais à lui comme je l'aurais fait à mes soeurs étant petite. Il voulait absolument que j'aille expliquer le cas de figure dans lequel je me trouvais à la police et si j'y renonçais, il irait lui-même. Et je me doutais bien qu'il connaissait beaucoup du monde dans ce milieu et que des différentes marques présentes sur mon corps m'empêcherais de nier ses dires. Il essayait de me mettre en confiance, et, lorsqu'il ajouta qu'il serait toujours là pour moi, je lui dit ne pas le comprendre. Nous ne nous connaissions pas, et je lui demandait pourquoi il venait de dire cela. Il répondit de suite et sans réfléchir que c'était surout pour pouvoir se sentir bien à l'avenir. Ah oui, d'accord, c'était surtout par égoisme qu'il fessait cela, pour lui, pour avoir bonne confiance. Il s'en fichait de ce que je deviendrais en fin de compte... je pensais alors qu'il ajoutait qu'il pensait vraiment que je valait mieux que ça, et qu'il me verrait bien quitter mon fiancé et partir, n'importe ou, mais partir. Et moi aui avait pensé qu'il avait été sincère, qu'il avait vraiment pensé tout ce qu'il avait dit, sincèrement. Mais non. Comme je m'en voulais de tout lui avoir révélé! Si je me serais tue, nous n'en serions pas là. Je détournais le regard en fixant le vide devant moi. Je l'entendis parler à son fils et fermais les yeux. Si je pouvais revenir en arrière, oui, je le ferrais, sans hésiter. Je resterais enfermée avec mes soucis et mes problèmes, et ce serait aussi simple que bonjour. Il reprit ensuite la parole en me demandant ce que je ferrais si je n'étais pas avec Trevis. Je n'avais qu'à lui répondre succintement et simplement, et je pourrais rentrer chez moi. Je suivrais toujours mes études de médecine pour devenir chirurgien, j'aurais un petit copain à l'opposé de celui que j'ai à présent, et je serais heureuse, je dis simplement, toujours sans le regarder. Je perdais mon temps à lui parler vu que lui, apparement, se servait de moi pour se mettre en confiance. Je me redressais subitement et tournais la tête dans sa direction. Je crois que je vais y aller, je dois vous embêter plus qu'autre chose, je dis simplement en me mettant debout, ne le quittant pas des yeux.

Revenir en haut

You live your life.
Inscrit le: 29 Mar 2013
Gabriel Weazer

Messages: 1 721
» feat: Josh Hutcherson
» age: 21 ans
» ville/ pays d'origine: L.A
» métier : Pompier... ouais,ouais, ça vous fait fantasmer les filles! (a)
» meilleur(e)s ami(e)s: Sasha, Zayn, Harry e
» familles : Lucas, Louane, Nolan et Shanna
» trait de caractères : impulsif - drôle -obstiné
» situation amoureuse : Célibataire
» son favori: Strong - One Direction
» citation : Tu sautes, moi je sautes, pas vrai?

MessagePosté le: Dim 20 Oct - 15:37 (2013)    Sujet du message: Comme on se retrouve... Répondre en citant

Oui, sans mentir, s'il devait lui arrivait quelque chose, je m'en voudrais énormément et puis sincèrement, aucune personne au monde ne méritait ça. A mes paroles, je sentis un froid s'installait. Aurais-je dit quelque chose de trop ? Quoi qu'il en soit, je ne comptais pas la laisser dans cette m*rde. Je lui posai alors une question plutôt bizarre. Comment verrait-elle sa vie sans Trevis. Sa réponse fut rapide, elle étudierait toujours la médecine et avec un peu de chance serait avec une personne qui la traiterait bien. Subitement, elle se leva pour partir. « Non, bien sûr que non. » dis-je en posant Lucas à côté avant de me lever subitement. « Vous ne m’embêtez pas du tout. J'aime bien aider les gens. » dis-je dans un léger sourire. Cependant elle n'avait pas franchement envie de rester et je ne pouvais pas lui obliger à le faire. De plus, je crois que notre petite conversation avait fait son bout de chemin. «Attendez. » dis-je alors qu'elle s'éloignait. Je pris alors une de mes cartes se trouvant dans mon porte feuille. Je la lui tendis. « Si vous avez besoin de quoi que ce soit n'hésitez pas. » Je lui adressai un petit sourire avant qu'elle ne parte. Quant à moi, je promenais avec Lucas une bonne heure avant de rentrer chez moi. 
SCENE CLOSE 


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:39 (2016)    Sujet du message: Comme on se retrouve...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison dix -> los angeles
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky