Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
LE FORUM VA BIENTOT FERMER SES PORTES (cf annonces).
Δ doesn't matter when, it's always a good time then.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison sept -> Université
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 21:49 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant


Δ it's always a good time then,
    La journée qui venait de s'écouler avait été rude. Certains des cours que nous avions manqué pour x raison avaient été rattrapés aujourd'hui et casés dans les quelques heures de pauses dont nous bénéficions habituellement le vendredi. Le rythme de la journée avait donc été relativement soutenu. Les nombreuses heures de cours qui s'étaient succédées avaient toutes été aussi ennuyeuses les unes que les autres, au même titre qu'elles avaient été interminables. Ce fut probablement l'une des raisons pour lesquelles je m'étais assoupie durant ma dernière heure de classe. Cette soudaine démonstration de fatigue n’avait pas échappé à mon professeur. « Mademoiselle Williams, allez immédiatement terminer votre étude sur le sommeil en salle de retenue ! ». Cette remarque me tira subitement des bras de Morphé. « Qu'est-ce que le sommeil ? Ce sujet me semble parfaitement approprié.» poursuivis l’homme qui me faisait face. Je restai immobile quelques secondes, le temps de reprendre mes esprits. Je fourrai ensuite mes affaires dans mon sac avec un agacement non dissimulé tandis que mon professeur me donnait toutes les indications, prenant soin de me préciser dans le même temps que ce devoir compterait dans la moyenne de mes examens. Mon sac dans la main droite et une feuille d'instruction dans l'autre, je me dirigeais vers la salle en trainant des pieds. En regardant par l'une des fenêtres, je pus apercevoir le grand soleil qui surplombait l'école, et j’étais définitivement dépitée de devoir rester enfermée par un temps pareil. Par chance, dans un peu moins d’une heure, j’étais enfin en week-end. Je n’avais qu’une seule hâte : que cette désagréable journée se termine. Lorsque j’eus traversé le couloir, je m’arrêtai un court instant devant la salle en question, et pris par la suite une grande inspiration avant de toquer et d'ouvrir la porte. Il n'y avait personne, hormis une surveillante relativement âgée dont les lunettes lui tombaient sur le nez. Elle me fixait un instant d'un air désobligeant tandis que je pénétrais à l’intérieur de la pièce. Rapidement, je détournai le regard avant d'aller m'installer au fond de la salle, près de la fenêtre. Une fois installée, je lâchai un lourd soupir suite auquel la surveillante revêche ne manqua pas de faire une remarque. L’idée de devoir réaliser une dissertation sur un sujet aussi ridicule que celui-ci m’avait tout bonnement désespéré par avance, et je n’avais pas pû dissimuler mon agacement. Je m’étais toutefois plongé dans mon travail aussi consciencieusement que possible jusqu’à ce que la surveillante s’éclipse de la salle un court moment, m’interdisant néanmoins de quitter la salle avant son retour. Toutefois, ce n’est que quelques minutes après sa sortie que la sonnerie annonçant la fin des cours retentit enfin, et je ne pus m’empêcher de déserter les lieux après avoir rapidement déposé ma dissertation sur le bureau. De retour dans le couloir, je ma hâtai hors de ce dernier afin d’aller prendre l’air dans la cour de l’établissement, où je devais retrouver Kayleigh. Attendant patiemment ma meilleure amie, je m’adossai contre l’un des poteaux du préau, et balayai l’horizon du regard, au cas où elle arriverait de ce côté. Je fus soudain interrompue par la sonnerie de mon téléphone portable que j’empoignais vivement après l’avoir retrouvé au fin fond de mon sac. Au bout du fil, Kayleigh ma baragouinait je ne sais quelle excuse afin de m’expliquer qu’elle ne pouvait plus passer cette fin d’après-midi avec moi, ni même la soirée. Je lui assurai que ce n’était pas grave, après tout, ce n’était que partie remise. Après avoir raccroché, je restai immobile quelques secondes, songeant à ce que j’allais bien pouvoir faire du reste de ma journée. Machinalement, je laissai échapper un soupir et réajustai mon sac sur mon épaule tandis que je me détachai du poteau. En pivotant sur moi-même, je percutai brusquement un étudiant malgré moi, sans m'apercevoir immédiatement que celui-ci n'était autre que Lorenzo.


Revenir en haut

Publicité


MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 21:49 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Sam 1 Sep - 16:35 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



La journée touchait enfin à sa fin pour moi, autant vous dire que lorsque la sonnerie retentit à 14h55, je ne perdais pas de temps pour quitter les locaux et regagner la cour de la fac, afin de prendre l'air, et de savourer mes premières heures du week-end. Cette journée avait été relativement longue, le seul point positif, le professeur que j'aimais le moins, et avec qui j'entrais souvent en conflit n'était pas là. J'avais eu donc une heure de libre ce matin pour m'avancer, afin d'être tranquille ce week-end. Comme je voulais voir Brianna, j'étais resté dans la cour, à jouer au foot avec des potes jusqu'à ce qu'il soit seize heures, là, j'étais sorti à l'extérieur, afin de fumer une petite cigarette avec eux. Enfin, je n'avais pas pour habitude de fumer, mais il m'arrivait de temps en temps, soit de tirer deux/trois taffes avec un pote soit de m'en fumer une à moi seul, mis c'était vraiment occasionnel. J'étais loin d'être accroc. La cigarette terminait, je mastiquais un chewing-gum afin de faire partir le goût de la cigarette. Comme mes amis avaient tous fini les cours, comme moi, certains avaient des trucs à faire, tandis que d'autres entraient chez eux. Je me retrouvais alors seul. Le soleil étant rayonnant, je décidais d'aller m'allonger sous un arbre à l'ombre, mon casque de musique sur les oreilles, je fermais les yeux pour apprécier d'autant plus ce petit moment de tranquillité. C'était histoire d'attendre dix sept heures pour trouver Brianna. Pour être honnête, je m'étais endormi durant une bonne petite demie-heure, en même temps, avec les horaires de cours que je me payais, y'avait de quoi être fatigué. Et encore, aujourd'hui était le seul jour où je terminais les cours à 14h55, parce qu'habituellement, c'est dix huit heures, et là, quand vous enchaînez un huit heure - dix huit heures, pendant quatre jours d'affilés, à la fin de la semaine, vous êtes lessivés. Ceci dit, je m'étais réveillé pile au bon moment, car je voyais les étudiants quittaient le bâtiment principal. Je me redressais un instant, puis me relevais par la suite, ôtant mon casque de ma tête, pour le faire tomber autour de mon cou. Par la suite, je balançais mon sac sur mon épaule, et regagnais le préau, espérant croisé Brianna sur son passage. Pas manqué. A quelques mètres de moi, je la voyais adossée contre un poteau, au téléphone, immédiatement, un sourire se hissait sur mes lèvres. Je m'approchais alors discrètement, mais au même moment, cette dernière se retournait et me rentrais dedans. A cet instant même, je ne pus me retenir de légèrement rire. « Tu te jettes souvent dans les bras des inconnus de cette manière ? » lâchais-je amusé, pour qu'elle réalise que c'était moi la personne en question, car elle semblait ne pas s'en être aperçue surement perdue dans ses pensées. En effet, en se retournant vers moi, elle s'était rentrée dans mon torse, et cela m'avais plutôt amusé. « Fais attention, je doute que ton petit ami soit d'accord avec ça » repris-je amusé, pour la taquiner. Et oui, depuis peu, Brianna et moi formions un couple. Depuis notre petit séjour à Tahiti. C'est pour cette raison que je lui avais dis de faire attention à son petit ami, je parlais bien entendu pour moi, et c'était pour rire, bien évidemment.
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Mar 4 Sep - 22:06 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant

Δ it's always a good time then,
    Je devais bien avouer que cette journée avait été loin de faire partie des meilleures. Le rythme avait été très soutenu et les cours qui s’enchainaient encore et encore m’avaient semblés interminables. La fatigue s’était d’ailleurs rapidement faite sentir -du moins, chez moi-, et je ne tardai pas à me laisser emporter par le sommeil… en plein cours. Mauvaise idée, et davantage lorsque l’on se trouve au premier rang. Evidemment, ma professeur ne manqua pas de me repérer, et ce fut le son de sa voix qui me tira de mon sommeil. Un son qui était toutefois loin d’être agréable puisqu’il montait dans les aigus d’une telle manière que j’en avais mal à la gorge pour elle. Elle enchaîna quelques remarques désobligeantes à mon intention, mais j’étais trop concentrée à fourrer mes affaire dans mon sac pour me préoccuper de ce qu’elle avait à me dire. Une fois prête, je redescendais vers le bureau tandis que la professeur poursuivais ses instructions, ponctuant celles-ci d’un sarcasme pile dans le contexte, ce qui me fit machinalement lever les yeux au ciel avant de quitter la salle en silence. Ainsi, je passais mes derniers trois-quarts d’heure de cours en salle de retenue, où je dus me creuser les méninges afin de pondre une dissertation un minimum convenable sur le sommeil. Une chose est sûr, c’est que le sommeil, je préfère l’analyser sur le terrain, à savoir dans mon lit. Mais ma très chère professeur en avait décidé autrement. Quoi qu’il en soit, après m’être penchée sur le sujet aussi consciencieusement que possible, je m’étais rapidement éclipsée de la salle au premier son de la sonnerie qui annonçait enfin la fin de la journée. Les plans de la soirée étaient beaucoup plus réjouissants puisque je devais retrouver Kayleigh afin que l’on se fasse une petite soirée entre filles. Je m’étais donc dirigée dans la cour avant de m’adosser contre un poteau, balayant le terrain du regard à la recherche de ma meilleure amie qui ne semblait pas encore être là. Néanmoins, à défaut d’être ici, elle était au bout du fil. Lorsque je décrochai mon téléphone, Kayleigh m’expliqua qu’elle ne pourrait pas être présente ce soir, s’excusant dans le même temps. Après avoir raccroché et fourré mon portable dans mon sac, je m’apprêtai à quitter la cour lorsque je percutai malencontreusement quelqu’un, ce qui me stoppa net dans mon élan. Désolée, m’excusai-je par politesse sans prendre la peine de relever le regard. Je pris toutefois rapidement connaissance de l’identité du jeune homme que j’avais bousculé lorsque ce dernier pris la parole. Je posai alors mes yeux sur Lorenzo qui semblait amusé par la situation. Désolée, répétai-je en riant légèrement. Lorenzo s’empressa par ailleurs de plaisanter sur le sujet en me demandant si c’était dans mes habitudes de me jeter dans les bras des inconnus de cette manière, ce qui me fit rire de plus belle. Si je réponds oui, qu’est-ce que je risque ? m’enquis-je dans un premier temps en arquant légèrement les sourcils. Pour être honnête, je fais ça seulement avec les beaux mecs, commençai-je ensuite par répondre en calmant mes rires petit à petit. C’est une technique vieille comme le monde mais qui a fait ses preuves, poursuivis-je en hochant la tête avant de rire à nouveau. Après tout, se jeter dans les bras de son petit ami sans s’en rendre compte était la preuve que cette technique était incontournable et marchait plutôt bien (a). Toutefois, Lorenzo rétorqua que je gagnerais à faire attention, car mon copain risquait de ne pas cautionner mon attitude. Je ne lui en parlerai pas, répondis-je alors avec un léger sourire en coin avant de me hisser légèrement sur la pointe des pieds pour l’embrasser du bout des lèvres. Qu’est-ce que tu fais là ? m’informai-je par la suite, consciente qu’habituellement, à cette heure-ci, Lorenzo avait déjà terminé sa journée.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 11:37 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Ma journée s'achevait enfin, j'étais désormais en week-end. Seulement, je ne quittais pas l'université, pour la simple et bonne raison que je voulais voir Brianna. Nous deux, c'était tout récent, du moins, officiellement, parce qu'officieusement, nous étions tout comme, sans même s'en rendre compte. Et ce soir, comme nous étions en week-end, je voulais lui proposer de passer la soirée ensemble. Après être resté un petit moment avec mes amis, ces derniers rentrèrent chez eux, quant à moi, je décidais d'aller dans la cour me poser sous un arbre, à écouter la musique. Sans même m'en rendre compte, je m'étais assoupi. En même temps, ça se comprend, se lever tous les jours à six heure et demi pour aller en cours, on finit par être crevé. Personnellement, je suis une grosse marmotte, j'aime dormir pendant des heures et des heures. Mais là, le matin, depuis la reprise des cours, c'est différent. Je ne peux plus dormir, je dois me lever tôt, et très sincèrement il y a des moments où j'ai vraiment envie de balancer mon réveil contre le mur, mais quand je réalise que mon réveil n'est autre que mon iphone, je m'abstiens. Parce que l'iphone cassé, j'ai déjà donné y'a un mois de ça lorsque j'étais au skate park.
Je me réveillais lorsque j'entendis la sonnerie de l'université retentir. Je me redressais légèrement constatant que les élèves sortaient peu à peu des locaux. Ma main droite vint baisser mon casque de façon à ce qu'il se retrouve autour de mon cou, puis je me levais, attrapant mon sac par la main occasion, direction le préau, qui se trouvait tout prêt d'une des portes de sortie du bâtiment. Tout en avançant, je voyais au loin une jeune fille, aux longs cheveux bruns, adossée contre un des poteaux du préau, au téléphone. Je reconnaissais rapidement ma petite amie. Sans même m'en rendre compte, un petit sourire vint se glisser sur mes lèvres. Je m'approchais doucement d'elle, lorsque cette dernière se retournait brusquement et me percutait. Je ne pus alors me retenir de rire. Elle devait sans doute être perdue dans ses pensées, et était loin de se douter que quelqu'un se trouverait derrière elle. Cette dernière s'excusait, mais ne semblait pas s'être rendu compte que la personne qu'elle venait de percuter n'était autre que moi. Je pris alors la parole, afin de la taquiner. Pour ne pas changer. C'était un besoin que j'avais de taquiner les gens que j'appréciais. Et Brianna en connaissait un rayon étant donné que je passais le plus clair de mon temps à la taquiner. Alors que je lui demandais si elle avait pour habitude de se jeter dans les bras des inconnus comme elle venait de le faire avec moi, la jeune fille entrait dans mon jeu. Ce qui m'amusais plutôt qu'autre chose. D'ailleurs, je ne manquais pas de jouer le garçon jaloux, en lui disant que son petit ami ne serait sûrement pas d'accord avec cette attitude. Je plaisantais, ça allait de soi. « Oula, tu risques gros, lâchais-je dans un premier temps amusé. N'essais pas de te rattraper en disant que tu te jettes seulement dans les bras des beaux garçons » ajoutais-je en riant légèrement. « Il vaut mieux » ajoutais-je amusé lorsqu'elle me répondit qu'elle ne dirait pas à son petit ami qu'elle s'était jetée dans les bras d'un inconnu. La jolie demoiselle se hissait ensuite sur la pointe des pieds pour m'embrasser du bout des lèvres. De nouveau, un sourire se glissait sur mes lèvres ainsi que sur les siennes durant le baiser que nous nous échangions. « Je voulais te voir justement, ça te dirais de passer la soirée ensembles ? si tu n'as rien à faire bien sûr » lui demandais-je alors, gentiment, en prenant ses mains pour entremêler nos doigts. De toute la semaine, nous ne nous étions vu qu'à l'université, parce que le soir nous avions tout deux des devoirs, ou encore des exam' à réviser, mais maintenant que nous étions en week-end, je comptais bien profiter de cette jolie demoiselle.
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Ven 14 Sep - 19:32 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant

Δ it's always a good time then,
    Après être enfin venue à bout de cette journée interminable qui s’était par ailleurs achevée par une heure de retenue, je m’étais précipitée hors du bâtiment, dans la cour. Adossée contre l’un des poteaux du préau, le balayai le terrain du regard à la recherche de ma meilleure amie avec qui je devais passer la soirée, jusqu’à ce que je sois interrompue par la sonnerie de mon téléphone portable. Au bout du fil, mon amie annulait notre rendez-vous pour je ne sais quelle raison -en fait, je n’avais pas tout compris étant donné qu’elle enchaînait ses phrases à la vitesse de la lumière-. Enfin bref, quoi qu’il en soit, après l’avoir rassurée en lui disant que ce n’était pas grave, je raccrochai, penaude, et restai immobile quelques secondes. Lorsqu’enfin je me décidai à m’éclipser de la cour, le percutai brusquement un jeune homme qui n’était autre que mon petit ami, Lorenzo. Amusée, je lâchai un léger rire, m’excusant par la même occasion de lui être rentré dedans. A vrai dire, je ne m’attendais pas à trouver quelqu’un derrière moi, et, un peu dans la lune, je n’avais pas vraiment fait attention. Néanmoins, cela semblait avoir amusé Lorenzo tout autant que moi, et ce dernier me demanda alors -non sans une once de taquinerie, comme à son habitude-, si me jeter dans les bras d’inconnus était habituel chez moi. Après avoir hésité quelque peu sur ma réponse -ou du moins, après avoir fait semblant-, je lui demandai, un sourire au coin des lèvres, quels étaient les risques pour moi si je répondais que oui. Je fis alors mine de me rétracter. Hm, bon, dans ce cas, on va dire que… tu es le premier, lâchai-je enfin en posant mon regard sur lui d’un air narquois. Par ailleurs, je m’étais plus ou moins excusée en lui assurant que, de toute façon, je ne faisais ça qu’avec les beaux garçons. Bon, très bien, fis-je dans un premier temps avec une moue enfantine lorsque Lorenzo répliqua que je perdais mon temps en essayant de me rattraper de cette manière. Il n’empêche que t’es pas mal du tout, ajoutai-je tout de même avec un léger sourire en coin. Par la suite, je me mis à rire lorsque Lorenzo me fis remarquer que mon petit ami ne serait probablement pas d’accord avec cette fausse habitude que j’avais de me jeter dans les bras de n’importe qui. Je le rassurai alors en lui disant que je n’en parlerais pas au principal concerné qui en réalité n’était autre que lui. Après quoi, il fit mine d’être soulagé. En guise de bonjour, je me hissai sur la pointe des pieds afin de l’embrasser, sourire aux lèvres, avant de reprendre. T’as peur que mon petit ami vienne te refaire le portrait ? le questionnai-je en riant. Mais trêve de plaisanterie, j’étais plutôt curieuse de savoir pourquoi Lorenzo était encore là à cette heure-ci. D’habitude, il avait déjà terminé les cours et était rentré chez lui, ou trainait avec des amis. Mais quoi qu’il en soit, j’étais très contente de le retrouver ici. Même si l’on s’arrangeait pour se voir régulièrement, nos emplois-du-temps respectifs ne nous le permettaient pas toujours. Mais l’essentiel, c’est que je le croisais au moins une fois par jour, sans quoi je serai toute tristounette (a). Je lui demandais donc ce qu’il faisait ici, et mon petit ami m’expliqua alors qu’il voulait m’inviter à passer la soirée avec lui. A cet instant précis, je remerciai ma meilleure amie intérieurement pour avoir annulé notre petite soirée (a). C’est avec plaisir, répondis-je tout naturellement avec un large sourire tandis que Lorenzo entremêlait ses doigts aux miens. Évidemment, cela me faisait toujours plaisir de passer du temps avec lui. Cela avait toujours été le cas avant que nous ne soyons en couple, et ça l'était davantage maintenant. Je suis à toi tout le week-end, même ! ajoutai-je en riant légèrement. Je te préviens, c'est à tes risques et périls, je risque d'être très chiante. On ne s'est pas beaucoup vus de la semaine quand même alors en fait... c'est pas négociable, lâchai-je enfin pour tout conclusion en riant de plus belle avant de lui sourire simplement.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 14:08 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



La semaine s'achevait pour laisser place au week-end. Je comptais bien profiter de ce week-end, pour le passer avec Brianna, du moins, je comptais passer la soirée avec elle ce soir, si elle était disponible, bien entendu. De la semaine, nous n'avions pas trop eu l'occasion de nous croiser car n'étant pas dans la même filière, nous n'avions pas le même emploi du temps, et nos heures libres n'étaient pas en coordination, à notre plus grand désespoir. Résultat, nous avions passé la semaine à parler par message, et par téléphone. Enfin, je mentirais, nous nous étions croisés à plusieurs reprises, seulement elles étaient plutôt courtes, nous n'avions pas vraiment le temps de profiter l'un de l'autre. Ce soir était l'occasion de rattraper le temps perdu. Bien que nous deux ce soit tout récent, je ne pouvais pas cacher que j'étais très attaché à elle. Et que je ressentais le besoin de vouloir la voir tout le temps. Avant de se mettre ensembles, je ressentais ce besoin de la voir, mais depuis que nous étions ensembles, je ressentais d'autant plus ce besoin. Ce qui je pense, était tout à fait normal. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'au lieu de rentrer chez moi lorsque j'avais terminé les cours, je restais à l'université, dans le parc, pour attendre avec impatience la sonnerie qui marquerait la fin de la journée de Brianna pour essayer de la croiser et de lui proposer de passer la soirée avec moi.
Nos retrouvailles furent plutôt amusante. Brianna s'était sans le vouloir jetée dans mes bras. Elle devait être perdue dans ses pensées, et ne s'était visiblement pas aperçue de ma présence, résultat, en se retournant pour quitter les lieux, elle m'était rentrée dedans. Immédiatement, j'en avais profité pour la taquiner, à croire que je suis un maître en la matière. Je m'étais alors fais passer à la fois pour un inconnu, mais aussi pour son petit ami. Elle prétendait être ce genre de fille qui se jetait dans les bras des inconnus, enfin, des inconnus plutôt mignon. Automatiquement, je jouais l'inconnu qui aurait préféré être le seul dans les bras de qui elle se jetterait. Elle se rattrapait alors, ajoutant que je n'étais pas mal du tout. Un sourire malicieux se glissait alors sur mes lèvres, à ces mots. « C'est un honneur pour moi, lâchais-je dans un premier temps, ajoutant : tu t'es bien rattrapée » J'avais également joué le petit ami jaloux, en lui expliquant que si son petit ami, donc moi, savait qu'elle s'était jetée dans les bras du premier inconnu qui passait et qu'en plus de cela, elle le trouvait pas mal du tout, alors il n'apprécierait pas. Cette petite cachotière déclarait qu'elle n'en parlerait pas à son petit ami, la vilaine (a). A ce moment même, j'avais l'impression d'être un skyzophrène et de jouer deux rôles. Le rôle de l'inconnu, mais aussi celui de moi-même. « mon dieu on dirait que je suis un skyzo ! » m'exclamais-je alors en rigolant lorsqu'elle me dit : t’as peur que mon petit ami vienne te refaire le portrait ? Je m'étais imaginé la scène où je me tapais moi-même, s'était assez... bizarre comme situation xD. « Non parce qu'imaginer mon autre moi me refaire le portrait, c'est assez étrange » ajoutais-je en riant de plus belles. La plaisanterie terminée, ma petite amie me demandait l'origine de ma venue. Je lui expliquais alors que je voulais tout simplement la voir pour savoir si elle était disponible le soir-même afin que nous passions la soirée ensembles. Oui, elle m'avait manqué, je ne pouvais pas le nier. Et lorsqu'elle acceptait de passer la soirée avec moi, je ne pouvais que sourire grandement. J'avais par ailleurs entremêlé nos doigts ensembles pour l'attirer tout contre moi. Je n'avais d'ailleurs pas eu le temps de répondre, que cette dernière reprit la parole pour me dire qu'elle était à moi tout le week-end, une nouvelle fois, je m'apprêtais à lui répondre quelque chose mais.. je n'eus pas le temps de le faire, que ce petit moulin à parole, enchaînait en me disant qu'elle risquait d'être très chiante, car elle ne m'avait pratiquement pas vu de la semaine, ce qui sous-entendait qu'elle ne comptait pas me lâcher du week-end. J'émis alors un petit rire amusé. « je peux parler ? » demandais-je amusé, tandis que cette dernière riait à son tour. « à moi tout le week-end... pas négociable... énumérais-je en levant les yeux au ciel un instant. adjugé vendu, j'accepte ! » m'exclamais-je en riant légèrement. En même temps, comment refuser une telle proposition. C'était tout bonnement impossible. Bien au contraire, je n'avais qu'une seule envie s'était de passer tout mon temps avec elle. Avant de reprendre la parole, je posais délicatement mes lèvres contre les siennes pour lui offrir un tendre baiser. « il est possible de t'avoir pour moi tout seul dès maintenant ? » lui demandais-je d'un ton purement innocent, lui faisant par ailleurs les yeux doux pour qu'elle accepte (a). Dans ces cas là, elle était obligée d'accepter, et puis.. entre nous.. son contrat du "je suis tout à toi tout le week-end" commençait maintenant pour moi, alors elle n'avait pas le droit de refuser (a).
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Ven 21 Sep - 16:07 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant

Δ it's always a good time then,
    Ce soir, ma meilleure amie m’avait fait faux-bond, et avait décommandé notre petite soirée entre filles à la dernière minute. Il était donc inutile que je m’attarde davantage à la fac. Brusquement, je fis donc un tour sur moi-même, me retrouvant par la même occasion dans les bras de mon petit ami. Comme à son habitude, Lorenzo profita de la situation pour me taquiner sur le sujet. D’ailleurs, afin de contourner ce dernier comme une gamine prise en faute, j’avais tenté de me rattraper tant bien que mal en lui avouant que j’étais relativement satisfaite de mon lieu d’arrivée -à savoir, les bras de mon petit ami-, qui par ailleurs n’était plutôt pas mal. Suite à ma remarque, un léger sourire malicieux -et craquant comme pas deux- se dessina sur les lèvres de Lorenzo, ce qui me fit esquisser un sourire à mon tour. Je fais de mon mieux, répondis-je avec un léger sourire en coin tandis qu’il m’affirmait que je m’étais plutôt bien rattrapée. Je suis également très douée pour mener une double vie, et mon petit ami ne se doute de rien, enchaînai-je en ponctuant ma phrase d’un sourire tout ce qu’il y a de plus innocent. Je lui avais d’ailleurs demandé s’il avait peur que mon petit ami vienne lui refaire le portrait, ce à quoi il me répondit en riant qu’il avait beaucoup de mal à s’imaginer se faire frapper par lui-même. A mon tour, je lâchai un léger rire. Bon, alors on oublie ça ! dis-je dans un premier temps. De toute façon, ça m’aurait embêté que tu sois abîmé, avouai-je enfin en riant de plus belle. Par la suite, je restai silencieuse le temps de quelques secondes, comme pour montrer à Lorenzo que j’étais plutôt d’accord avec ce qu’il venait de dire quant à sa pseudo-schizophrénie. Les yeux rivés vers le ciel, je fis mine de réfléchir un court instant. Ben… c’est un peu ça, oui, confirmai-je avec un sourire narquois avant de le bousculer légèrement à l’aide de mon épaule pour lui signifier que je le taquinais. J’eus d’ailleurs du mal à reprendre mon sérieux afin de lui demander ce qu’il faisait là, à cette heure-ci. Lorenzo m’expliqua qu’il aurait bien aimé que nous passions la soirée ensemble. Un large sourire se dessina sur mes lèvres alors que j’acceptais sa proposition. Il était clair que j’adorais passer du temps avec lui, et je dois bien avouer que nous avions passé un nombre incalculable de journées et/ou de soirées ensemble, à l’époque où nous n’étions que de simples amis -enfin, quand on le croyait encore, je dirais-. Mais depuis que nous étions ensemble -donc, depuis peu- les cours avaient repris et nous n’avions pas vraiment eu l’occasion de se voir, uniquement lui et moi, pour une soirée ou autre. Alors autant vous dire que oui, j’étais plus que ravie. Je me demande d’ailleurs si c’était à cause de ça ou d’autre chose, mais je ne cessai de parler depuis quelques bonnes minutes, et les mots sortaient de ma bouche comme d’un moulin à paroles. Toutefois, je me décidai enfin à me taire lorsque je vis que mon petit ami semblait se retenir de rire. Il profita ainsi de mon silence pour me demander s’il avait le droit de parler. Je lui adressai alors une moue enfantine. Je sais pas, tu me donne combien pour ça ?, lui demandai-je en essayant de garder mon sérieux tant que possible. Puis, après avoir fait mine de réfléchir, je laissai échapper un petit bruit qui se voulait être, en réalité, le mélange d’un soupir et d’un léger rire. Bon, ça va… je te donne le droit de parler, à toi, me ravisai-je par la suite. Lorenzo pris alors la parole pour me dire qu’il acceptait mes conditions, à savoir que j’étais à lui tout le week-end. Il me semble que j’avais quelques devoirs à faire, mais tant pis. Chacun ses priorités (a). Après avoir déposé un baiser sur mes lèvres auquel je répondis, il me demanda si par hasard il pouvait m’avoir à lui tout seul à partir de maintenant. J’esquissai un sourire. Et bien, je crois bien que je suis libre, dis-je tout d’abord avant de tourner les yeux vers la cour et de balayer cette dernière du regard. Et puis, il semblerait que mon petit ami ne soit pas là alors…, ajoutai-je en riant. C’est d’accord, acceptai-je en souriant avant de l’embrasser à mon tour.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 17:17 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Ma petite amie ne m'ayant pas vu, cette dernière me rentrer dedans. Elle semblait perdue dans ses pensées, et ne m'avais alors pas vu. Immédiatement, je taquinais cette dernière, pour ne pas changer. Elle devait être habituée à présent, étant donné que c'était fréquent ce genre de chose, mais bon, elle m'aime même lorsque je suis chiant, une chance pour moi (a). « A mon avis, le jour où ton petit ami se rendra compte que tu mènes une double vie, je pense que tu as intérêt de te planquer, et ton amant avec » rétorquais-je d'un ton amusé, tout en poursuivant notre petit jeu. Je pouvais constater que Brianna était tout aussi joueuse que moi, et j'adorais ça. Au moins, il n'y avait aucune raison pour que l'on puisse s'ennuyer. Je remarquais même que depuis que nous étions ensembles, rien n'avait grandement changé entre nous, enfin, si, certaines choses avaient changé, nous pouvions nous permettre de faire plus de choses ensembles qu'auparavant, mais ce que je veux dire, c'est que nous étions toujours aussi taquin l'un envers l'autre. Enfin, je ne saurais réellement m'expliquer, mais tout ce que je peux dire, c'est que ma relation avec Brianna, je l'aime énormément. Il m'est impossible de m'ennuyer avec cette fille, nous étions sur la même longueur d'onde. On ne dirait pas comme ça, mais elle était tout aussi dérangée que moi psychologiquement parlant (a).
Par la suite, je lui avouais que j'avais l'impression d'être un skyzophrène sorti tout droit d'un hôpital psychiatrique parce que j'étais entrain de faire à la fois son "futur amant" et son petit ami, donc moi-même, et c'était assez perturbant de parler à la fois en tant que l'amant, et de parler de mon moi réel (xD) à la troisième personne. D'autant plus que j'avais l'imagine de mon moi, et de mon autre moi se bagarrer et s'était assez... étrange vu comme ça, je ne pouvais donc pas me retenir de rire face à cette image. Aussitôt, la jeune fille commençait par me dire qu'on oubliait tout ça car elle ne voulait pas que je sois abîmé, pour ensuite approuver que j'avais le profil parfait d'un skyzophrène. Une nouvelle fois, je m'étais mis à rire avec elle. « continues de te moquer de moi toi, tu vas voir » la menaçais-je d'un ton plutôt amusé. La connaissant, curieuse comme elle était, elle me pousserait en me demandant ce que je comptais lui faire. Suite à ce petit moment d'égarement, nous nous calmions, et ma petite amie me demandait ce que je faisais là, rapidement, je lui répondais que je la cherchais, car je voulais passer la soirée avec elle. Naturellement, et le sourire aux lèvres, cette dernière acceptait ma proposition, ajoutant à son tour qu'il était possible pour moi, de l'avoir à mes côtés durant tout le week-end, une offre que je ne pouvais pas me permettre de refuser. Quoi de mieux que de passer un week-end tout entier aux côtés de la fille que l'on aime, et qui nous a énormément manqué durant cette longue semaine de cours. Pour moi, il n'y avait rien de mieux, si ce n'était aussi passé des journées et des soirées avec nos amis. Etant un véritable petit moulin à parole, quand elle eut terminée, je lui demandais si j'avais tout de même le droit moi aussi de m'exprimer. Elle prit quelques secondes pour réfléchir avant de me demander ce qu'elle aurait en échange. Je souriais alors malicieusement, et la rapprochais de moi. « tout ce que tu veux » lui murmurais-je au creux de l'oreille, d'un air amusé, avant de la regarder, ce sourire malicieux qui ne quittait plus mes lèvres. Après qu'elle m'ait autorisé à parler, j'en venais à sa proposition. En effet cette dernière n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd, j'avais bien entendu accepté, avant de lui demander s'il était possible de commencer notre week-end, dès maintenant. Pour l'attendrir, je lui déposais un doux baiser sur les lèvres, histoire de lui donner un petit avant goût de ce qui l'attendrait durant tout le week-end. Vous l'aurez compris, au programme bisous, câlins, et tout le tralala *-*. « Tsss, arrêtes un peu, c'est moi et moi seul ton petit ami, et il est hors de question que je te partage avec qui que ce soit » Moi possessif ? Non, c'est une illusion.. (a). Bon ok, mais juste un peu :p. Afin d'approuver son accord, elle m'embrassait à son tour, baiser auquel je répondis, avant de lui prendre la main. « Bon, qu'est-ce que tu veux manger ce soir ? soit on va faire quelques courses et on se prépare tous les deux soigneusement un petit plat, soit on commande, qu'est-ce que tu préfères ? » lui demandais-je le sourire aux lèvres. « En plus, tu peux rester à la maison tout le week-end, parce que ma soeur le passe avec sa meilleure amie, donc c'est parfait » précisais-je, gentiment.
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Mer 26 Sep - 21:14 (2012)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then. Répondre en citant

Δ it's always a good time then,
    De taquinerie en taquinerie, j’affirmai à Lorenzo que c’était une chance pour moi que mon petit ami n’ait pas découvert ma pseudo double vie. Toutefois, selon mon petit ami en question, une mise en garde s’imposait, et c’est un sourire rieur pendu aux lèvres que je l’écoutais donc m’avertir que si jamais il découvrait la supercherie, je gagnerais à planquer mes fesses -et celles de mon amant avec-. Après m’être retenue de rire pendant quelques secondes, je ne pus me contenir plus longtemps. Bon, la prochaine fois que tu viendras à la villa, je t’autorise à fouiller tous les placards. Comme ça, tu pourras constater par toi-même que mon seul et unique chéri, c’est toi, répliquai-je alors sans que mon petit sourire en coin ne se détache de mes lèvres. Mais bon, si tu insistes vraiment, je peux me trouver un tout de suite, plaisantai-je en balayant la cour du regard avant de lui désigner discrètement un jeune homme -plutôt boutonneux et qui, par ailleurs, avait dû forcer sur les cheeseburgers-. Il est plutôt pas mal lui, t’en penses quoi ? lui demandai-je en riant. Il allait de soi que je n’étais pas sérieuse pour un sou, mais j’aimais bien le taquiner de temps à autres. Et puis, il me le rendait bien. Ou plutôt, il me le rendait en triple. Et encore, je suis loin du compte. Alors après tout, j’avais bien le droit de l’embêter aussi, et il n’avait même pas le droit de se plaindre. Ne dit-on pas « qui aime bien châtie bien » ? Et oui, mon argument ultime, ça marche à chaque fois -enfin presque-. L’important, en fin de compte, c’était que je pouvais toujours dire ou faire n’importe quoi avec Lorenzo. Notre relation amicale n’avait aucunement été altéré par notre relation amoureuse, et pour tout dire, j’appréciais énormément ça. Bon, ce qui était beaucoup moins drôle, c’était qu’il avait récemment pris vingt ans, et que visiblement, ça le rendait complètement barjo (a). Ou schyzo, plus précisément. Mais l’essentiel, c’était que je l’aimais comme ça. D’ailleurs, il était très mignon lorsqu’il faisait son pauvre petit Lolo martyrisé. Quoi que pour le coup, c’était moi la pauvre petite Bribri martyrisée. En effet, Lorenzo m’avait plus ou moins menacé en me faisait comprendre qu’il risquait de m’arriver quelques bricoles si je continuais à me moquer de lui comme j’étais en train de le faire. Sinon quoi ? Tu oserais m’attaquer ? m’enquis-je en haussant légèrement le ton afin de lui signifier que j’étais choquée par ses propos. Cependant, je me calmais peu à peu alors que mon petit ami m’invitait à passer la soirée avec lui. Et évidemment, ma réponse était toute trouvée. C’était oui. A vrai dire, lorsqu’il s’agissait de passer du temps avec lui, j’étais toujours partante. D’ailleurs, je crois que mon enthousiasme était très facilement remarquable, notamment grâce à mon débit de parole qui augmentait considérablement. Lorsque je me tus enfin, Lorenzo me demanda alors si lui aussi avait le droit de parler. C’est vrai que sa requête me paraissait tout à fait légitime (a). Toutefois, je fis mine de réfléchir quelques secondes, lui demandant par ailleurs ce qu’il me donnerait en échange. Pour être honnête, sa réponse me convenait parfaitement (a). Sans que je ne m’en rende compte, un sourire se dessina d’ailleurs sur mes lèvres lorsque mon petit ami me rapprocha un peu plus de lui et me murmura à l’oreille. Tu sais bien qu’il ne faut pas me dire ça, répliquai-je alors en riant légèrement avant que je n’esquisse un sourire à la vue de mon petit ami et son petit sourire narquois qui était… indescriptible en fait (a). Je restai ainsi quelques secondes, jusqu’à ce que Lorenzo reprenne la parole, en me disant qu’il n’avait pas l’intention de me partager. Je pense que je devrais pouvoir me faire à cette condition, lui affirmai-je pour toute réponse. Un sourire se dessina sur mes lèvres lorsque Lorenzo me prit la main. Bon, je l’avoue, il me suffit de peu. En réalité, il me suffit que ce soit lui, tout simplement. Quoi qu’il en soit, il me demanda par la suite ce que je souhaitais que l’on mange ce soir : un petit plat fait par nos soins, ou alors un plat préparé. Hm, si je te dis que j’ai envie d’une bonne pizza, je vais passer pour une grosse bouffe ? le questionnai-je en riant. Par ailleurs, il me précisa qu’il était seul tout le week-end, sa sœur passant ce dernier en compagnie de sa meilleure amie. Alors je la remplace avec plaisir, m’empressai-je de répondre tout en lui prenant l’autre main.


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:27 (2016)    Sujet du message: Δ doesn't matter when, it's always a good time then.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison sept -> Université
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky