Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
LE FORUM VA BIENTOT FERMER SES PORTES (cf annonces).
because a girl like you is impossible to find - brianna ♥.
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison huit -> Habitations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 21:58 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Les cours étant terminés, Brianna et moi étions rentrés ensembles à la villa, après s'être baladés un petit peu en ville. Nous étions d'ailleurs passés au centre commercial afin de s'acheter quelques petites friandises que nous pourrions grignoter ce soir, lorsque nous serions au lit à se regarder la télé, oui, nous étions très gourmands. En parlant de gourmandise, notre soirée promettait d'être riche en calorie. Ma petite amie avait une folle envie de manger une pizza. Une soirée loin d'être équilibrée. Mais bon, on pouvait se le permettre, nous n'étions pas bien enflés.
Par chance, lors de notre arrivée à la villa, nos colocataires nous apprenaient qu'ils étaient de sortie ce soir. Niall, Selena et Kayleigh étaient en effet, invités chez des amis à eux pour fêter l'anniversaire de l'un de leurs amis. Cela tomber bien, nous avions la villa pour nous tout seul. Rien de tel pour passer une excellente petite soirée en amoureux. En y repensant, depuis que j'habitais chez eux, cette soirée allait réellement être la première que nous passerions dans la villa, rien que tous les deux. Et parfois, ça ne faisait de mal à personne de se retrouver en amoureux, bien au contraire. Nous avions passé une longue semaine de cours, riche en révisions et en examens blancs, autant vous dire que cette petite soirée était la bienvenue. En attendant que ces derniers ne prennent la porte, nous étions montés dans la chambre afin d'aller poser nos affaires dans cette dernière. Il y avait un petit mois de cela, tous les quatre m'avaient proposé de vivre avec eux. Je n'avais pu qu'accepter cette demande, c'était toujours mieux de vivre avec eux, que de vivre seul. Et puis entre nous, ça ne nous changeait pas grand chose car lorsque j'avais mon appartement, je passais les trois quarts de mon temps et surtout de mes nuits chez eux, dans la chambre de Brianna précisément. N'ayant que trois chambres dans la villa, Brianna avait accepté de partager sa chambre avec moi. Désormais, nous vivions ensembles h-24, mais en plus de cela, nous dormions ensembles. Autant vous dire que je ne pouvais que passer d'excellentes nuits avec ma merveilleuse petite amie dans les bras. Je m'étais énormément attaché à elle, et vivre à ses côtés ne pouvaient que me rendre plus heureux. Cette fille était devenue ma propre drogue, elle était mon addiction. Je ne sais pas ce qu'elle avait bien pu me faire, mais j'étais devenu accroc à elle. Je ne saurais m'expliquer, et trouver les mots pour définir ce que je pouvais ressentir pour elle. Certains devaient jaser sur notre compte du genre "c'est récent, et ils vivent déjà ensembles" très sincèrement, ce que peuvent penser les autres, je m'en fiche royalement. Rien n'avait changé entre nous. Nous étions toujours les mêmes. Et aussi étrange que cela puisse être, nous ne nous étions jamais disputés. Lorsque nous étions amis cela ne nous était jamais arrivé, et encore moins depuis que nous étions ensembles. On aurait pu penser à quelques petits accrochages de couple, ce qui pourrait sembler normal, mais même pas. Nous étions vraiment sur la même longueur d'onde. De plus, j'étais quelqu'un de très taquin, je l'avoue parfois je pouvais en être même très lourd, et pourtant, Brianna n'avait jamais mal prit quoi que ce soit de travers. Bien au contraire, la jeune fille avait pour habitude d'entrer dans mon jeu, et de se foutre de moi, comme elle l'avait fait toute à l'heure à la fac, à propos des mecs, et de mon petit délire de skyzophrénie. J'avais l'impression que cette fille était réellement faite pour moi, que le destin avait souhaité notre rencontre, souhaité notre relation. C'était assez étrange comme sensation, tout en sachant que nous n'étions ensembles que depuis quelques mois seulement, j'avais la sensation que c'était fait pour durer nous deux.
Toujours est-il que nous étions allongés sur le lit, l'un à côté de l'autre, à se faire des bisous, à se raconter notre journée, quand l'un de nos colocataires entrait dans la chambre afin de nous prévenir qu'ils s'en allaient, de ne pas s'inquiéter qu'ils ne rentreraient que le lendemain matin. Ils préféraient dormir sur place pour éviter de prendre le volant à moitié ivre. Ce qui était plutôt raisonnable de leur part. D'autre part, c'était parfait pour nous, nous aurions véritablement la villa pour nous seul toute la soirée, personne ne pourrait alors nous déranger, bien qu'en temps normal, nos amis n'étaient pas du genre à nous déranger, mais là, nous pourrions faire tout ce que nous voulions. « Et si on allait commander nos pizzas ? » demandais-je en lui embrassant le bout du nez. « En attendant l'arrivée des pizzas, je te propose même de faire ton fameux fondant au chocolat, il me semble que nous avons tous les ingrédients dans les placards, qu'en penses-tu ? » Le sourire aux lèvres, je lui faisais les yeux doux, espérant que cette dernière accepte de me faire son fameux fondant au chocolat. Depuis qu'elle m'en avait fait un une fois, j'étais littéralement tombé sous le charme, c'est qu'elle était douée en cuisine ma petite amie (a).
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Publicité


MessagePosté le: Mer 3 Oct - 21:58 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Mar 9 Oct - 19:17 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


cause a boy like you is impossible to find,
    Cela faisait maintenant quelques temps que Lorenzo et moi habitions ensemble. Enfin, nous n’étions pas seuls. En réalité, nous partagions une villa à cinq, à savoir Kayleigh, Niall, Selena, Lorenzo et moi. Jusqu’à maintenant, cela se passait parfaitement bien, et j’adorais vivre avec mes colocs, Lorenzo y compris. Il est vrai que cela pouvait paraître plutôt bizarre que nous vivions déjà ensemble alors que nous n’étions en couple que depuis trois mois maximum. Cela dit, c’était en premier lieu une colocation entre potes. Parce que oui, en plus d’être mon chéri, Lorenzo était aussi mon ami depuis plus longtemps déjà, et c’était probablement pour ça que tout s’était passé naturellement. Par ailleurs, Lorenzo avait pour habitude de squatter chez nous autant qu’il le pouvait lorsqu’il vivait encore dans son appartement, et il allait sans dire que cela me plaisait plutôt bien. J’étais vraiment bien avec lui, et notre relation était parfaite. Du moins, à mes yeux, elle l’était. Jusque-là, je n’avais jamais eu le temps de m’ennuyer avec lui, tant grâce à notre relation amoureuse que grâce à notre relation amicale. En fait, c’était un tout. Ça ne s’explique pas ce genre de choses, n’est-ce pas ? Je suis parfaitement bien avec lui. Quoi qu’il en soit, son emménagement à la villa n’avait pas vraiment changé notre mode de vie, en fin de compte. A part que nous vivions désormais à cinq au lieu de quatre -enfin, quatre et demi en fait, puisqu’il passait le plus clair de son temps avec nous (a)-. Cependant, il nous était difficile, à Lorenzo et à moi, de nous retrouver rien que tous les deux lorsque nous en avions envie. Il y avait toujours quelqu’un à chaque coin de la villa ! (a). Aujourd’hui, nous nous étions donc retrouvés après les cours afin de se balader en ville tous les deux. Dès notre retour, nos amis nous apprirent qu’ils désertaient la villa en vue de l’anniversaire de l’un de leurs amis communs. Ça tombait plutôt bien à vrai dire. Nous allions enfin disposer de la villa pour nous tous seuls. J’étais ravie à l’idée de passer une soirée tranquille avec mon chéri. A notre arrivée, nous étions monté dans notre chambre afin d’y déposer nos sacs, et nous nous étions machinalement posé sur le lit par la suite, attendant le départ de nos amis. Alors que nous papotions, un troupeau d’éléphant pénétra soudainement dans notre chambre… ah non, ce n’était que nos colocs (a). Ces derniers nous informèrent alors de leur départ et repartirent de la pièce avec autant de délicatesse qu’à leur arrivée. D’ailleurs, je ne pus réprimer un rire suite à cette scène. Je m’apprêtai par ailleurs à faire une remarque à ce sujet à Lorenzo, mais je fus interrompue par une voix qui retentit -tel un cri venant d’outre-tombe (a)-, nous déclarant qu’ils ne rentreraient probablement pas ce soir. Puis, un claquement de porte s’en suivit. Quelques secondes de silences plus tard, je faisais de nouveau pivoter mon visage vers celui de Lorenzo. Un court instant, je restai immobile, mes yeux plongés dans les siens, ce qui eut le don de me faire esquisser un sourire. Bon, nous voilà tous les deux, fis-je alors sans que mon sourire ne se détache de mes lèvres. Lorenzo prit alors la suite de la discussion en me proposant de commander les pizzas après m’avoir déposé un léger baiser sur le bout du nez. Je lâchai un léger rire avant de lui répondre. Une préférence pour les pizzas ? m’enquis-je alors avant de commander quoi que ce soit. Tout en réfléchissant, Lorenzo me proposa de nous faire un bon fondant au chocolat le temps que les pizzas ne soient livrées. Je rêve ou t’en profite ? m’exclamai-je aussitôt, sourire en coin. Tu crois que tu le mérites ? lui demandai-je ensuite en riant tandis qu’il me faisait les yeux doux tel un petit garçon qui voudrait des friandises. Et tu crois que ça va marcher comme ça ? le questionnai-je en faisant référence à la méthode qu’il avait décidé d’employer pour m’amadouer. Je vais réfléchir, finis-je par lâcher pour toute conclusion, avec un air taquin.


Dernière édition par Brianna Williams le Ven 12 Oct - 19:32 (2012); édité 3 fois
Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Mar 9 Oct - 21:49 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Passer la soirée en tête à tête avec ma petite amie était la meilleure chose qui puisse m'arriver. J'avais très sincèrement passé une semaine de merde, dominance examens blancs. Je n'en pouvais plus, on vivait ensembles depuis quelques temps maintenant, mais cette semaine nous n'avions pas pu forcément profiter l'un de l'autre comme nous l'aurions voulu. Nous étions tout deux têtes baissées dans nos livres, dans nos fiches, dans nos cours, et je peux vous dire que mine de rien, ce n'était pas de tout repos. Et ça, ce n'était qu'un avant goût de ce qui nous attendrait à la fin de l'année, autant se dire tout de suite qu'à la fin de l'année, pendant quelque temps, nous n'aurions plus de vie, si nous voulions vraiment obtenir notre diplôme.
Je remerciais très sincèrement, l'ami de nos colocataires qui fêtait son anniversaire, car grâce à lui, nous avions la maison pour nous tout seul, nous pourrions alors être tranquille. Non pas que nos amis étaient dérangeant ou autre, mais il fallait bien avouer, que de temps en temps, se retrouver en tête à tête, chez soit, avec la personne que l'on aime ne fait de mal à personne. Je me réjouissais d'avance rien qu'à l'idée de passer ma soirée aux côtés de ma charmante petite amie. Ce soir, je n'avais que pour optique de profiter de ma petite amie au maximum. Nous nous devions de profiter de cette soirée. D'ailleurs, allongés sur le lit, à se raconter nos petites vies respectives, nos amis vinrent nous avertir de leur départ. Leur départ qui signifiait pour nous le début de notre soirée. Un autre reprit en nous prévenant de ne pas s'inquiéter, qu'ils dormiraient surement sur place, pour éviter tout accident, parce que ces derniers comptaient boire un peu, et il était préférable de minimisé les dégâts. Donc pour éviter tout éventuel accident ou garde à vue, rester sur place était fortement conseillé. C'est qu'ils étaient raisonnables nos amis (a). Quant à nous, cela signifiait que nous aurions également la maison pour toute la nuit, autant vous dire que nous allions fêter ça dignement. Je me faisais déjà quelques petits films, et donc quelques petites idées de ce qui nous attendrait ce soir. Pourquoi pas prendre un petit bain mousseux, coupe de champagne en main, ou alors, petite soirée massage (a). Enfin bref, tout ce qui pourrait nous faire décompresser de cette longue semaine chargée de boulot.
Les copains partis, Brianna et moi nous regardons un instant, pensif, avant que cette dernière ne m'annonce que nous nous retrouvions enfin seul. Un sourire se glissait subitement sur mes lèvres. Je me retrouvais ensuite face à deux choix : rester au lit à profiter de ma petite amie, ou aller commander les pizzas, pour manger, et une fois chose faites profiter de ma petite amie ? Je réalisais que finalement, nous avions toute la soirée, ainsi que toute la soirée pour nous, alors autant aller commander les pizzas pour manger, et ensuite passer le reste de la soirée, à profiter de cette dernière ? Ce programme me semblait être envisageable (a). Je lui proposais alors d'aller commander les pizzas, et lui proposais même de faire son fameux fondant au chocolat en attendant l'arrivée des pizzas. Oui, j'étais en grand gourmand, et son fondant au chocolat était mon péché mignon. Pourtant, je n'étais pas un grand fan de chocolat, ça avait tendance à vite m'ecoeurer, mais comment dire... Son fondant était vraiment excellent (a). « Pour la pizza, je prendrais bien, une tartiflette, et toi ? » Je souriais. Cette dernière, par la suite, me taquinait à propos de son fondant. Dans un premier temps, elle me demandait si elle rêvait ou si je profitais du temps d'attente de l'arrivée des pizzas pour faire son gâteau. Je souriais amusé. « C'est pas ma faute si j'adore ton fondant ! » m'exclamais-je en employant une voix enfantine. Pour accentuer mes propos, et ainsi faire craquer ma petite amie, je la regardais d'un regard attendrissant, clignant de temps à autres des yeux pour qu'elle accepte de me faire sa spécialité. « Mais... je t'aime tu sais » lâchais-je tout naturellement, avant de me rapprocher d'elle, pour lui déposer des petits baisers dans le cou, histoire de l'attendrir, et de la faire dire oui. « Tu m'aimes n'est-ce pas ? Alors dis oui... » repris-je entre deux baisers dans son cou (a). Tous les moyens étaient bons pour la faire craquer (a). Au passage, j'en profitais aussi hein, d'ailleurs, j'en profitais tellement, que je vins capturer ses lèvres pour un baiser passionné.
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Mer 10 Oct - 18:22 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant

cause a boy like you is impossible to find,
    Enfin, pour la première fois depuis que nous étions ensemble, Lorenzo et moi allions profiter d’une soirée ainsi que d’une nuit rien que tous les deux. De quoi mettre une croix sur le calendrier (a). Bon, je devais bien avouer que j’adorais vivre avec mes colocs et qu’ils ne me dérangeaient absolument pas, mais j’appréciais de pouvoir passer un moment seul à seul avec mon chéri. J’étais plus que ravie. C’était assez rare pour que j’apprécie cette soirée au maximum. D’ailleurs, j’avais déjà hâte de la débuter. J’adorais passer du temps aux côtés de mon petit ami, mais comme nous étions rarement seuls, cette soirée était la bienvenue. Allongés côte à côte sur notre lit, Lorenzo et moi attentions le départ de nos amis en discutant de tout et de rien, mais ceux-ci ne semblaient pas pressés pour un sou. Enfin, je mettrais bien ma main à couper que c'était mademoiselle Ford qui se faisait attendre, comme la plupart du temps. Ce qu’elle pouvait être lambine celle-là lorsqu’il s’agissait de se préparer pour sortir ! Pire que moi. Parce que oui, ça existe. Pourtant, je suis longue, Lorenzo avait dû m’attendre plus d’une fois, et je crois que la fois la plus mémorable fut celle à Tahiti (a). Enfin bref. Avec bien du mal, nos colocataires finirent enfin par prendre la porte. Ce ne fut pas une mince affaire, mais nous étions enfin seuls, en amoureux. Afin d’être sûr qu’ils n’allaient pas revenir par surprise -on ne sait jamais avec eux-, je restai silencieuse le temps de quelques secondes puis déclarai à Lorenzo que cette fois-ci, la villa était à nous pour de bon. D’ailleurs, il n’y avait plus un seul bruit, et c’était tellement peu habituel que ça en devenait presque inquiétant (a). Quelques heures auparavant, lorsque Lorenzo et moi nous étions retrouvés devant l’université, nous avions convenu de nous faire livrer des pizzas. Enfin, pour être plus précise, mon petit ami m’avait demandé mon avis, et moi, j’avais voté pour les pizzas, quitte à passer pour une grosse bouffe. Mais après tout, les pizzas, tout le monde aime ça, et puis je trouvais ça plus cool pour une première petite soirée tranquille. Lorsque nos amis eurent enfin quittés les lieux, je demandais donc à Lorenzo s’il avait une préférence quant à la saveur de la pizza en question. Tartiflette fut son choix, et cela me convenait parfaitement. ça me va, c’est parti pour tartiflette alors, lui fis-je donc savoir en me redressant légèrement sur le lit. On va commander ?, lâchai-je alors afin d’inciter Lorenzo à se lever plutôt que de rester avachi sur le lit (a). Mais monsieur était bien trop occupé à essayer de m’amadouer pour que je lui fasse un fondant au chocolat. La mou enfantine qu’il m’adressait était craquante, certes mais… je n’allais pas céder comme ça si facilement quand même ! Mais visiblement, il était bien décidé à ce que je cède, puisqu’il commença à me prendre par les sentiments, et sous-entendit que j’étais en quelque sorte obligée parce qu’il m’aimait. En plus de ça, il déposa ses lèvres au creux de mon cou. Arrête ça, toi ! lâchai-je en riant légèrement. Oui, je t’aime ! D’accord, d’aaaccooord !, m’exclamai-je par la suite afin de répondre à sa précédente question. Alors arrête maintenant ! Je ris à nouveau, et répondis naturellement à son baiser malgré tout. Je n’allais tout de même pas me priver d’un bisou de mon chéri (a). Dis-moi, il faudrait peut-être que tu me laisses partir si tu veux que je fasse mon gâteau, lâchai-je enfin après quelques baisers échangés, sourire aux lèvres.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Dim 14 Oct - 16:40 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



« Bon les amoureux, c'est pas le tout mais nous on y va, pas de bêtises ! » s'exclamait l'un de nos amis, un petit sourire amusé en coin de lèvres. Il fermait alors la porte. Je ne pus bien évidemment me retenir de rire face à ses propos. Alors que nous nous pensions à présent seul, se fut au tour de Kayleigh « Ah oui et ne nous attendait pas ce soir, on ne rentrera que demain matin » Ce qui signifiait que si Niall et Kayleigh partaient, et ne rentraient que demain, il ne restait plus que Brianna et moi à la villa. C'était parfait, nous avions la villa pour nous tout seul. J'avais déjà quelques petites idées de ce que nous pourrions alors faire ce soir. Des choses que nous ne pouvions pas faire en temps normal, au risque que nos colocataires ne nous embêtent, les connaissant, ils aimaient bien ça, nous taquiner, et ce avant- même que nous ne nous mettions ensembles. Mais pour dire vrai, cela me faisait plus rire qu'autre chose. Cela ne faisait pas énormément de temps que j'avais emménagé chez eux, mais j'adorais déjà vivre en colocation avec eux. Enfin.. Cela ne nous changeait pas grand chose car avant de me mettre avec Brianna, je squattais déjà souvent chez eux, mais d'autant plus lorsque nous nous étions mit ensembles. Résultat, au lieu que je vienne quasiment tous les jours chez eux, ils m'avaient proposé d'emménager chez eux, et je n'avais pu qu'accepter cette demande.
La soirée promettait d'être tout simplement parfaite, pour la simple et bonne raison que je me retrouvais en tête avec ma petite amie, tout ce dont j'avais besoin après une longue semaine de cours. Allongé sur le lit à ses côtés, je n'avais en toute sincérité, aucune envie de me lever de ce dernier. J'étais bien moi, aux côtés de ma petite amie, à l'embrasser quand bon me semblait, à la câliner. Mais bon, il fallait tout de même se restaurer, car mine de rien, j'ignorais ce qu'il en était pour elle, mais moi j'avais vraiment faim. Elle avait choisi pizza pour ce soir, et elle avait eu raison, surtout après le repas de la cafet, poisson épinards, je peux vous dire que la pizza, j'allais la déguster, et surtout l'apprécier ce soir. D'ailleurs, lorsqu'elle me demandait quelle pizza je comptais prendre, je n'hésitais pas et lui répondis que j'allais prendre une tartiflette. Je m'en léchais déjà les babines. Brianna semblait d'accord avec moi, et me proposait d'aller commander les pizzas. Seulement, je ne bougeais pas d'un poil. « J'ai comment dirais-je... la flemme de me lever » lâchais-je tout bonnement amusé, avant de l'attirer sur moi doucement (a). Plongeant mon regard dans le sien, le sourire aux lèvres. Sachant pertinemment que nous n'aurions pas les pizzas dans l'immédiat, je lui avais si gentiment demander de préparer un bon petit fondant au chocolat en guise de dessert. Il fallait dire que Brianna était très douée en cuisine, tout particulièrement quand il s'agissait de faire des petits dessert (a). Et son fondant au chocolat restait l'un de mes dessert favoris, bien que j'adorais tous ses autres petits desserts. Bon ok, je l'avoue, c'est ce dont j'avais le plus envie ce soir, de son fondant. Je lui faisais alors les yeux doux, et vins balader mes lèvres dans son cou afin de lui déposer de doux et légers baisers. Tous les moyens étaient bons pour la faire craquer (a). « pourquoi devrais-je arrêter ? » soufflais-je dans son cou, avant de reprendre mes doux baisers :p. Alors qu'elle me demandait une seconde fois d'arrêter. Je me stoppais, et la regardais un instant, d'un air malicieux avant de lui déposer un baiser sur les lèvres. Tandis qu'elle prolongeait ce baiser, je souriais contre ses lèvres, profitant de ce dernier, comme je profitais de chaque baisers que nous nous échangions (a). « Et si je ne veux pas, sa fait quoi ? » demandais-je amusé, avant de l'embrasser une dernière fois et de la libérer. Je me redressais ainsi à mon tour, pour m'asseoir au bord du lit. Nous quittions ensuite notre chambre pour regagner le salon. Je me saisissais du téléphone fixe, ainsi que de la feuille de la pizzeria pour composer le numéro. « Tartiflette, tu es sûre que ça te va ? » lui demandais-je pour m'assurer qu'elle ne voulait pas autre chose. Son hochement de tête positif, signifiait qu'elle était sûre. Je composais ensuite le numéro et appelais la pizzeria pour commander notre pizza. Il fallait attendre une petite heure, car ils étaient surchargés, s'était parfait, ça nous laissait le temps de faire le fondant (a). Je raccrochais et reposais le téléphone. « Bon, la pizza arrive d'ici une petite heure, du coup, on peut aller faire ton gâteau » lâchais-je tout enjoué, regagnant la cuisine. « Tu as soif ? » lui demandais-je gentiment.
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Mar 16 Oct - 20:19 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant

cause a boy like you is impossible to find,
    Mettre nos colocataires dehors, ce n’était pas une mince affaire. Toutefois, nous nous en étions sortis, et ils s’étaient enfin eclipsés pour toute la soirée ainsi que pour toute la nuit. Ce soir, personne n’allait m’embêter, c’est que cela me manquerait presque. Enfin, je pense que Lorenzo s’en chargera parfaitement bien, c’est un domaine dans lequel il excelle ! C’était dans sa nature profonde, il fallait croire qu’il avait besoin de m’embêter pour vivre (a). Je ne me faisais donc pas de souci, la relève était assurée. Quoi qu’il en soit, passer du temps en sa compagnie est une chose que j’apprécie énormément, et même si je fais souvent semblant de me plaindre, je l’aime aussi pour ça, il faut bien l’avouer. Lorsque nos colocataires eurent enfin claqué la porte, un court silence s’installa, comme si nous voulions vérifier qu’ils étaient bien partis. D’ailleurs, la situation me fis plutôt rire, et apparemment, Lorenzo aussi. Je restai allongée sur le lit quelques minutes, à ses côtés. Pour être tout à fait honnête, à cet instant précis, j’avais tout sauf envie de bouger d’ici - et je pense que les câlins de Lorenzo y étaient pour beaucoup (a). Et il était clair que s’affaler sur le lit n’était pas le meilleur moyen pour se motiver à bouger par la suite. Pourtant, les pizzas étaient une bonne source de motivation. Enfin, j’aurais cru. Mais pourtant, aussi morfale soit-il, Lorenzo n’avait visiblement aucune envie de bouger ses fesses du lit, pas même pour aller commander la pizza tartiflette que nous avions choisie quelques minutes auparavant. Monsieur avait la flemme, si j’en croyais ses propos. Evidemment, j’aurais dû m’en douter (a). Moi qui comptais sur lui, je n’avais plus qu’à trouver le courage de me lever et d’y aller moi-même. Est-ce que je dois comprendre que c’est moi qui dois y aller ? le questionnai-je alors. Avec un peu de chance, il changerait d’avis (a). Parce que se lever là, maintenant, tout de suite, c’était plus facile à dire qu’à faire, et, tout comme Lorenzo, mes fesses ne voulaient définitivement pas se décoller du matelas. Je tentai donc une nouvelle approche afin de le faire céder. Avec un peu de chance, il allait se décider. Je voulus donc prendre une mine boudeuse mais ma grimace laissa rapidement place à un léger sourire lorsque Lorenzo me rapprocha doucement et me fis glisser sur lui. Par ailleurs, il en profita pour me suggérer de faire un fondant au chocolat pour notre soirée en amoureux. J’aurais pu refuser. Oui, mais non. Avec Lorenzo, c’était mission impossible. Accompagner ses demandes de bisous et de petits sourires aussi craquants les uns que les autres, ça aide à faire capituler l’adversaire, c’est clair. Et moi, je suis une adversaire facilement persuasive face à des attaques de bisous, il faut bien l’avouer. J’essayai toutefois de me dépêtrer de la situation tant bien que mal afin de ne pas me laisser avoir pour cette fois. L’air de rien, je lui demandai donc d’arrêter, mais Lorenzo ne semblait pas vraiment d’accord. En effet, tandis que ses lèvres parcouraient mon cou, il me demanda pourquoi, et, en premier lieu, je ne sus que répondre. Je restai silencieuse quelques secondes, une légère mou accrochée à mes lèvres. Parce que… parce que c’est de la triche ton truc ! finis-je par lâcher en riant. Par ailleurs, la pizza n’allait pas se commander toute seule, il nous fallait donc nous lever, c’était inévitable (a). Mais avant de se décider, Lorenzo me demanda ce que ça faisait s’il ne voulait pas me libérer de son étreinte. Bon, pour être honnête, ça ne me faisais absolument rien. Rester dans ses bras, c’était un programme qui me convenait plutôt bien. Cela dit, s’il voulait absolument son fondant au chocolat, il allait devoir me laisser partir. ça fait que tu n’auras pas de gâteau, répondis-je en lui adressant un petit sourire satisfait. Lorsque mon petit ami me libera enfin, nous prenions notre courage à deux mains et descendions au salon. Lorenzo ne perdit pas une seconde et commanda la pizza après m’avoir demandé confirmation quant au choix de celle-ci. J’acquiesçai pour toute réponse. Tandis qu’il était au bout du fil, je me dirigeai vers la cuisine, sortis un saladier ainsi que tous les ingrédients dont j’avais besoin. Quelques secondes plus tard, Lorenzo me rejoignis, m’annonçant dans le même temps que nous avions une heure devant nous avant que la pizza ne soit livrée ici. Par la suite, il me demanda si j’avais soif, ce à quoi je répondis, tout en cassant les œufs dans le saladier. Oui, je veux bien boire un petit quelque chose. Je me mis soudain à rire intérieurement en écoutant le silence qui nous entourait. C’est presque stressant de ne pas les entendre, finalement, plaisantai-je en souriant.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Ven 19 Oct - 23:03 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Nos colocataires enfin partis, nous pouvions clamer haut et fort que nous avions la maison pour nous tout seul. Cependant, bien que nous ayons cette dernière pour nous tout seul, je n'avais aucunement envie de me lever du lit. J'étais allongé, là, aux côtés de ma petite amie, à lui faire des câlins, et des bisous, tout en discutant avec elle de tout et de rien, alors, autant vous dire que cela me satisfaisait pleinement. Bien qu'au plus profond de moi, je savais qu'il fallait que nous bougions de la chambre afin d'aller commander les pizzas, seulement, je faisais durer ce petit plaisir au lit. Il n'y avait, selon moi, rien de mieux que de se retrouver au lit, au calme, avec la personne que nous aimions plus que tout. Car oui, Brianna avait prit une immense place dans ma vie en si peu de temps. Enfin, je mentirais en disant qu'avant elle n'était pas si importante pour moi. Parce qu'elle a toujours eu une grande place dans ma vie depuis que je la connais. Aller savoir pourquoi, mais avec cette fille, c'est depuis le début que nous nous connaissons. Il y a toujours eu ce petit lien si fort qui nous unissait, qui jusque là nous semblait comment dirais-je... Inconnu peut être ? Nous ignorions pourquoi nous étions si proche. Ou peut être nous niions l'évidence. Je ne sais pas trop comment l'on pourrait qualifier cela. Toujours est-il que nous avions fini par ouvrir les yeux, ce soir là, à Tahiti. Je me souviens encore comment tout ceci s'était passé comme si s'était hier. Et rien que d'y penser, un sourire venait se hisser sur mes lèvres. Je crois que je n'oublierais jamais chaque moments passés avec cette jeune fille qui était à présent mienne.
Cette dernière me suggérait d'aller commander les pizzas, cependant, au lieu d'approuver, et de me lever du lit, pour regagner la pièce principale, je faisais de ma petite amie, ma prisonnière, l'empêchant ainsi de s'échapper. En effet, je n'avais pas envie de rompre ce petit moment qui nous unissait, bien que je savais pertinemment que je devrais m'y résoudre d'un moment à l'autre, il fallait tout de même que nous mangions, même si cela ne me dérangeais pas de manger plus tard, et de profiter encore longuement de ma chérie (a). Je pense d'ailleurs qu'elle avait pu remarquer que je me montrais particulièrement flemmard (a). C'est ça les risques quand on se sent bien, on a plus envie de faire autre chose. « tu es pressée d'aller manger, c'est ça ? » demandais-je de façon rhétorique, et amusé. La connaissant, je me doutais qu'elle avait faim, et pour dire vrai, mon ventre commençait à lui aussi crier famine. Connaissant le temps d'attente d'une livraison de pizza, surtout un vendredi soir, je demandais tout gentiment à la meilleure de toutes les petites amies de me préparer un bon petit fondant au chocolat. C'était sa spécialité, et j'aimais tout particulièrement ce gâteau, qu'elle savait parfaitement bien préparer. Afin qu'elle accepte plus facilement ma demande, je me mettais à parsemer sa cou de doux baisers fait avec amour. Bon, c'était aussi un prétexte pour embrasser cette dernière. Je passais d'ailleurs mon temps à l'embrasser depuis toute à l'heure, elle allait finir par en avoir marre, mais pour ma part, je ne m'en lassais pas, j'adorais l'embrasser, et j'adorais également qu'à l'inverse elle m'embrasse à son tour. Ses lèvres, son corps, elle, étaient mon addiction. Je ne pouvais tout simplement plus me passer d'elle. Et là, en l'occurrence, le but de la faire craquer était aussi pour moi un prétexte pour profiter d'elle (a). « non, ce n'est pas de la triche du tout, j'avais seulement envie » lâchais-je tout contre son cou, le sourire perché aux lèvres, seulement après cela, j'avais capturé ses lèvres pour l'embrasser tendrement, et cette dernière ne restait pas indifférente à mon baiser, car elle y répondait tout aussi tendrement que moi. Néanmoins, comme on dit, toutes les bonnes choses avaient une fin, et je devais me résoudre à stopper ce petit moment propre à nous, pour aller commander les pizzas et préparer le fondant au chocolat de Brianna. « vilaine, je capitule.. pour cette fois » rétorquais-je amusé, avant de la laisser filer. J'aurais tout le temps de faire ce que nous étions entrain de faire, après que nous ayons mangé, et durant toute la nuit (a). Aussitôt libéré, aussitôt nous quittions tout deux la chambre, regagnant le salon. Là, je partis, pour commencer, commander notre pizza. Cette dernière commandait, je rejoignais Brianna dans la cuisine qui elle, commençait à préparer les ingrédients dont elle aurait besoin pour faire son gâteau. Sourire aux lèvres, je lui demandais gentiment si elle voulait boire quelque chose. Comme sa réponse était positive, je sortais deux verres du placard, ainsi que la brique de jus de fruit, et nous servait un verre à chacun. D'ailleurs, alors que je venais tout juste de terminer de nous servir, cette dernière fit une remarque qui me fit bien entendu rire. « J'avoue ! » approuvais-je en riant légèrement, avant de lui tendre son verre de jus de fruits. « Voilà pour toi » Je souriais et reposais le jus de fruits à sa place initiale, ensuite, je buvais une gorgée de ce dernier, dans mon verre. « C'est pas le tout, mais moi, il me tarde que la pizza arrive et que le fondant soit prêt pour pouvoir m'en mettre plein la panse » fis-je remarquer en riant légèrement. Bon, ok, je l'avoue, j'étais un grand gourmand, et actuellement, à voir les ingrédients de déposer sur la table, je commençais à vraiment avoir faim (a). « On commence ? » demandais-je d'un air enfantin. Je parlais bien entendu de commencer la préparation de son fondant, non je n'étais pas du tout impatient, faut pas croire (a).
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Sam 20 Oct - 15:53 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant

    A BOY LIKE YOU IS IMPOSSIBLE TO FIND,
    Lorenzo me connaissait assez bien pour savoir que les bisous, les câlins et tout ce qui s’en suit, c’était un peu comme l’arme fatale (a). C’était sa façon à lui de me faire céder, et le pire dans tout ça, c’était que la plupart du temps, ça marchait. Disons que j’étais très facile à convaincre dans ce genre de situation. Cela dit, c’était d’autant plus facile cette fois-ci car si cela ne tenait qu’à moi, je n’aurais rompu ce petit moment pour rien au monde. Or, cela tenait aussi à notre ventre, et là, c’était une toute autre histoire (a). Sans même tenir compte de ce que mon ventre pouvait bien penser, j’imaginais bien que Lorenzo, lui, devait déjà rêver de la pizza tartiflette qu’il avalerait en moins de deux à coup sûr. Comme pour venir contredire mes pensées, celui-ci retourna la situation, comme si de rien n’était. Moi ? C’est l’hôpital qui se fout de la charité, rétorquai-je dans un léger rire. Non mais c’est vrai quoi ! Bon, d’accord, sur ce coup-là, je ne l’avais pas joué fine, et j’avais fait ma grosse bouffe. Mais quand même, j’étais loin de le surpasser en la matière, il fallait bien l’avouer (a). Quoi qu’aujourd’hui, la faim ne semblait pas l’empêcher de vivre -pour une fois (a)- puisqu’il restait cloîtré dans la chambre, affalé sur le lit. Pourtant, un vendredi soir, nous risquions de devoir attendre relativement longtemps avant que notre pizza ne soit livrée. Enfin, il était probablement trop occupé à essayer de me faire capituler pour cette histoire de fondant au chocolat, à coups de baisers. Mais malgré tout, j’en profitais bien. Ce qui était plutôt amusant, c’était que finalement, notre relation n’avait pas énormément changé. Lorsque nous n’étions encore que de simples amis, nous étions toujours scotchés l’un à l’autre, toujours aussi tactiles et aussi proches en fin de compte, comme c’était encore le cas aujourd’hui. J’étais incapable d’expliquer pourquoi, mais avec lui, j’avais cet inlassable besoin de contact. Mais quoi qu’il en soit, cette fois-ci, il était hors de question qu’il joue de ça pour me faire céder. Je m’étais donc plainte, comme je savais si bien le faire, en geignant à qui voulait bien l’entendre que c’était de la triche, purement et simplement. Bon, c’est vrai que ma crédibilité en prenait un coup parce que j’avais beau dire, je ne pouvais pas m’empêcher de répondre à ses baisers. Hm, qu’est-ce qui me prouve que ce n’est pas une tactique de guerre ? répondis-je en grimaçant lorsque mon petit ami m’affirma que ce n’était pas de la triche, mais que c’était tout simplement parce qu’il en avait envie. Par la suite, allez savoir comment, au bout de quelques longues minutes, Lorenzo se décida à me laisser partir et à décoller ses fesses du matelas, par la même occasion. Toutefois, il ne put s’empêcher de se plaindre à son tour, m’affirmant que j’étais vilaine, puis sous-entendant que c’était la première et la dernière fois qu’il capitulait face à moi. Bon bah, après tout, c’était déjà ça, hein (a). Comme dit la chanson du livre de la jungle, il faut se satisfaire du nécessaire. Alors l’essentiel, c’était que Lorenzo était mon petit ami à moi. Le fait qu’il soit chiant, ce n’était qu’un détail (a). Quoi qu’il en soit, je profitai d’être libérée pour redescendre au rez-de-chaussée. Je saurais me défendre ! m’exclamai-je des escaliers, laissant échapper un rire dans le même temps. Une fois en bas, je me dirigeai automatiquement vers la cuisine. Lorenzo m’avait tellement bassiné avec son fondant au chocolat que je n’avais pas d’autre choix que de le faire (a). Alors que je débutais la préparation de notre dessert de ce soir, Lorenzo me servit un verre de jus de fruit, après quoi je le remerciai, naturellement. Par la suite, en gros morfale qui se respecte, Lorenzo ne put s’empêcher de faire une nouvelle remarque concernant la pizza ainsi que le fondant, et, avec une impatience non dissimulée, me demanda si on commençait. Amusée, je déposai mon regard sur lui. Dis-donc toi, arrête de t’impatienter comme ça, sinon, le pot de farine pourrait malencontreusement se déverser dans ta direction, ce serait dommage, non ? Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres alors que j’ouvrais le pot de farine en question et versai de son contenu dans le verre doseur qui se trouvait sur le plan de travail.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 16:46 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Bon d'accord, je l'avouais, je prenais ma petite amie par les sentiments en l'embrassant dans le cou, mais bon... Comment dire... Certes d'une part, je parsemais son cou de légers baisers afin de la faire capituler, et qu'elle accepte de me faire son fondant au chocolat, mais d'autre part, je devais avouer que... Je ne me cachais pas pour en profiter. Disons que, j'aimais avoir un certain contact physique avec elle. Je m'étais toujours montré très tactile avec elle, et je l'étais d'autant plus depuis que nous nous étions mit ensembles. M'enfin, cela ne devait surement pas la déranger étant donné qu'elle n'essayait même pas de se débattre, je parierais même que cette petite coquine était entrain de profiter de chacun de mes baisers déposés dans sa nuque. Elle me coupait dans mon élan, en supposant que ce serait à elle d'aller commander les pizzas, j'en concluais alors que ma petite amie avait faim, néanmoins, elle eut la bonne réplique, qui me fit rigoler. « Bon ok, j'assume, j'ai faim, mais je suis tiraillé entre rester avec ma petite amie au lit, ou alors aller me restaurer, enfin.. Tu comprendras que le choix est vite fait » Je lui lançais un petit sourire. La connaissant, je savais qu'elle saurait où je voulais en venir. Entre une pizza, et ma petite amie, le choix était vite fait, je préférais profiter de ma petite amie (a). Cependant, si nous voulions vraiment se faire livrer une pizza, il serait préférable de se bouger le derrière afin d'aller commander ces dernières, parce qu'il était bien connu que tous les vendredis et samedis soirs, les pizzerias étaient blindées de commande, et il y avait des risques pour que nous attendions une bonne petite heure afin que le livreur ne nous l'apporte. C'était d'ailleurs pour cette raison que j'avais suggéré à ma petite amie de préparer soigneusement son bon petit fondant au chocolat, afin de s'occuper le temps que la pizza n'arrive. Disons que... C'était stratégique tout ça. Et puis entre nous, c'était aussi une excuse pour savourer son gâteau. Alors que le temps tournait, moi, j'étais toujours allongé sur le lit, à embrasser Brianna, qui malgré ce qu'elle pouvait dire, ne semblait pas vouloir bouger non plus. Elle essayait de se montrer persuasif, mais en réalité, elle était loin d'être crédible, j'étais sûr que dans le fond, elle préférait elle aussi rester au lit, à me faire des bisous (a). D'ailleurs, en parlant de bisous, elle prétextait que mes bisous n'étaient qu'une simple arme de guerre.. Ok, un petit peu, mais juste un petit peu (a). « Une tactique de guerre ? Mais pas du tout ! » m'exclamais-je outré. Ok, faut avouer, j'imitais bien le mec totalement innocent.. Non ? Bon.. Ok (a). « Ceci dit, je suis sûr que ma tactique de guerre, bah tu l'aimes bien » Il fallait bien que je sauve ma peau en prétextant que même si s'était une arme de guerre, cette dernière l'aimait tout particulièrement (a). Après m'être longuement préparé psychologiquement, je me décidais enfin à bouger mon popotin du lit, avec grande difficulté, mais il le fallait.. Nous aurions tout le temps de venir s'y reposer quand nous aurions fini de manger.
Arrivé dans la pièce principale, la première chose que je fis été de téléphoner à la pizzeria, et pas manqué, nous devions bel et bien attendre une petite heure avant d'être livré. C'était parfait, timing parfait pour préparer le gâteau de ma petite amie, non je n'avais pas oublié, j'étais pire qu'un gamin, je l'avoue (a). « Bon, la pizza arrive d'ici une petite heure » déclarais-je lorsque je pénétrais dans la cuisine, pièce où Brianna se trouvait déjà. Avant de commencer à faire quoi que ce soit, je nous servais un petit verre de jus de fruits, puis verre en main, je venais me placer aux côtés de ma petite amie et me montrais alors impatient, tant pour l'arriver de la pizza, que pour le gâteau en question. « Fais pas ta maligne parce que tu sais que si tu oses, ça ne sera pas sans conséquences, alors fais bien attention à toi » la menaçais-je de façon amusé, lorsque cette dernière m'avertissais que si je continuais de me montrer si impatient, la farine se déverserait malencontreusement sur moi. Je l'attendais, si elle essayait, elle serait foutue la petite (a). Cependant, étant joueur, alors qu'elle tournait le dos un instant je plantais mon doigt dans la farine, et lorsqu'elle se retournait verre moi, je lui mettais un peu de farine sur le bout du nez, et lui adressais un sourire amusé.
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Dim 28 Oct - 14:31 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant

    A BOY LIKE YOU IS IMPOSSIBLE TO FIND,
    Evidemment, moi, je n’avais pas prévu d’être la victime surprise d’une attaque de bisous comme celle-ci. Certes, c’était loin d’être désagréable, mais je n’avais pas l’intention de capituler. Mais entre ce que j’avais l’intention de faire, et ce que je faisais réellement, il y avait un gouffre. Et finalement, je me résignai à céder, sous les arguments plutôt persuasifs de mon petit ami. Cela dit, il s’agissait, maintenant, de trouver le courage de quitter le lit, si nous voulions manger un jour. Mais ça, c’était une autre affaire, et c’était encore une fois la faute des baisers de Lorenzo. Décidément, il n’était vraiment pas décidé à me faciliter la tâche aujourd’hui (a). Mais il se justifia en m’expliquant qu’entre rester avec moi ici, ou descendre en bas pour aller manger, il optait pour la première solution. Mouais, d’accord. Ça, c’est mignon, tu marques un point, admis-je en lui adressant une légère mou. Toutefois, il était clair qu’il essayait de gagner du temps et ne cessait d’user de ses baisers, ce qui me confortait dans mon idée de rester flemmarder dans la chambre, aux côtés de mon chéri. Partis comme nous étions partis, nous allions manger à la saint glinglin. Or, j’imaginais bien que Lorenzo aurait beaucoup de mal à survivre à ça, en grand morfale qu’il était (a). De mon côté, je commençais à avoir un peu faim aussi, mais ça, j’évitais de le dire. C’est le genre de détail qu’il avait l’habitude d’utiliser contre moi lorsqu’il avait envie de se moquer (c’est-à-dire, approximativement tout le temps). J’avais appris à me méfier (a). Quoi qu’il en soit, ce n’était pas en restant cloîtrés dans la chambre que nous allions manger, bien que je pouvais imaginer les pizzas arriver jusqu’à nous avec leurs petites jambes (on se moque pas d’abord, l’image mentale est très drôle). Bref. Les baisers et les câlins pleuvaient, m’empêchant ainsi de bouger ne serait-ce que le petit doigt, et je pensais d’ailleurs que la prochaine fois, je saurais comment m’y prendre si j’avais envie de bisous (a). Je soupçonnais mon petit ami d’avoir une attitude purement stratégique et d’utiliser ces petits gestes d’affection comme des tactiques de guerre. Je lui fis d’ailleurs part de cette supposition qu’il démentit aussitôt à l’aide d’une petite bouille innocente qu’il savait arborer à la perfection. C’était d’ailleurs plutôt mignon, et j’avais particulièrement du mal à rester sur ma position après ça. Cependant, j’essayai de le faire, tant bien que mal, il n’allait pas tout le temps gagner quand même (a). Le problème, c’était que Lorenzo me connaissait très bien et qu’il avait bien deviné que la tactique de guerre dont je me plaignais me plaisait plutôt bien, en réalité. Bon, sur ce point, ça ne servait à rien de nier. Après être restée silencieuse quelques secondes en regardant mon petit ami d’un air à la fois déçu et contrit, je finis par capituler. ça vaaa, peut-être bien que t’as raison. Je levai les yeux au ciel avant de lui adresser une mou enfantine. Mais quand même ! ne puis-je m’empêcher d’ajouter pour toute défense. C’était pas bien original comme réplique, et puis au final, ça ne changeait rien à la situation. Mais bon, c’était ma manière à moi d’objecter quand même, histoire d’avoir le dernier mot (a). C’est d’ailleurs sur cette conclusion grâce à laquelle je sortais plus ou moins vainqueur -ouais ouais, Brianna la conquérante a la gagne dans la peau (a)- que nous prenions enfin notre courage à deux mains pour décoller nos fesses du matelas et rejoindre le rez-de-chaussée. Cela n’avait pas été une mince affaire, mais j’étais enfin arrivée dans la cuisine, et commençai sans tarder à sortir les ingrédients dont j’avais besoin afin de les déposer sur le plan de travail. Cela dit, Lorenzo s’impatientait déjà et commença à réclamer comme un petit garçon de cinq ans. C’était mignon, certes, mais j’étais plutôt d’humeur à l’embêter, ce pourquoi je lui affirmai que s’il continuait à se montrer impatient, le pot de farine pourrait malencontreusement se rependre en sa direction. D’une aimable gentillesse, mon petit ami me prévint tout de même des risques que j’encourais si cet accident se produisait. Oui mais moi, je ne contrôle pas la farine, alors si cette dernière se décidait à être taquine, j’étais tout à fait innocente (a). Un accident est si vite arrivé, répondis-je tout de même avant de verser la farine en question dans le verre doseur, puis de la mélanger avec les œufs battus. Tandis que j’avais le dos tourné, j’avais comme un mauvais pressentiment. La réaction de Lorenzo se faisait attendre, et ça, c’était plutôt mauvais signe. Lorsque je me retournai alors vers mon petit ami, j’eus à peine le temps de réagir que celui-ci me colla son doigt plein de farine sur le bout du nez. Je restai silencieuse quelques secondes, essayant de réprimer un rire, qui au final, finit par sortir quand même. Je plantai mon regard dans le sien, lui adressant une grimace significative de mon mécontentement – enfin, pour être exacte, j’étais plutôt vexée qui ne m’ait eue en premier (a). C’était mignon, commençai-je en riant. Mais… D’un revers de main, j’essuyai la farine qui se trouvait sur mon nez tandis que mon autre main libre prenait une petite poignée de farine. Sans attendre, je vins alors déposer celle-ci contre la joue que Lorenzo que je frottais frénétiquement afin de bien étaler la poudre. Bon, je savais que c’était un risque de ma part, pour ne pas dire une erreur fatale. Je ne sortirai probablement pas indemne de cette histoire, mais ça valait le coup de tenter (a). J’aurais au moins eu la chance de rire quelques secondes avant de mettre ma vie en péril. Comme pour le distraire et lui faire oublier la grosse bêtise que je venais de commettre, je tirai la langue à Lorenzo d’un air taquin, tandis que mon regard rieur tentait de l’attendrir (on ne sait jamais). Un partout, balle au centre.


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Ven 2 Nov - 12:41 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Autant vous dire que mon attaque de bisous avait eu raison de ma petite amie. Cette dernière semblait capituler et déclarer forfait. En même temps, elle avait énormément de mal à me résister et je savais pertinemment que mes baisers ne la laisserait pas indifférente, loin de là. La preuve, elle avait accepté de me faire son gâteau, je m'en léchais par ailleurs déjà les babines. Ceci dit, tout ceci m'encourageait à rester au lit, bien que la faim commençait par se faire ressentir, mais comme je venais de le dire à Brianna, entre rester au lit, avec elle et aller commander les pizzas, le choix était vite fait. A son tour, elle m'accordait un point, jugeant que ce que je venais de dir était mignon. Je souriais d'un air amusé, c'est que je savais comment m'y prendre avec cette belle demoiselle. Par ailleurs, elle s'en prit ensuite, à mes baisers, les jugeant d'« armes de guerre ». Bien entendu, face à cette qualification, je ne pus que rigoler, parce que quelque part, elle n'avait pas tord du tout, cependant, je me défendais en lui rappelant qu'elle ne semblait pas indifférente à ces derniers, puisque depuis toute à l'heure, elle n'avait pas l'air de se bouger le petit doigt pour se débattre, j'étais pratiquement sûr qu'au contraire, elle se laissait faire, appréciant chacun de ces baisers la coquine (a). Une nouvelle fois, je marquais bien sûr un point. « Il n'y a pas de "mais" qui tienne, 2-0 pour Lolo hein, assumes ta défaite ma chérie, m'enfin, je dis ça, je dis rien moi hein » m'empressais-je de lui faire remarquer de façon amusé, optant tout de même un air plutôt fier. Ah la la, ce que je suis fort quand je m'y mets (a). Néanmoins, plus les minutes passaient, et plus l'envie de déguster une bonne pizza s'intensifiait. Suite à un dernier baiser, je me résignais à enfin libérer ma petite amie, et ainsi me lever du lit, malgré la flemme qui tentait de me retenir. Seulement, j'étais bien plus fort qu'elle et j'avais réussi à me lever, me convaincant que nous aurions tout le temps de faire tout ça ce soir, ainsi que cette nuit étant donnet que nos colocataires découchaient.
Arrivés en bas, nos chemins se séparèrent. Brianna se dirigeait vers la cuisine afin de sortir les ingrédients nécessaires à sa recette tandis que moi, je regagnais le salon, composant le numéro de la pizzeria sur le fixe, afin de commander les pizzas. Etant blindé de commande, le pizzaïolo me prévenait d'un temps d'attente d'environ une heure, avant l'arrivée de nos pizzas. Après avoir raccroché, je rejoignais ma chérie dans la cuisine, cette dernière était entrain de verser la farine dans le verre doseur, lui apprenant le temps d'attente pour nos pizzas. Je lui proposais ensuite un verre de jus de fruit, puis une fois servi, j'en concluais rapidement que le temps d'attente des pizzas était en parfait accord avec le temps dont nous avions besoin pour la préparation, ainsi que la cuisson du gâteau de cette dernière. Mon adorable petite amie, ayant remarqué mon impatience, s'empressait me menacer avec la farine. Je la prévenais alors gentiment que si elle essayait, elle s'attirerait les foudres du Grand Lolo, mais celle-ci me répondit d'un air innocent et tout naturellement qu'un accident était si vite arrivé. « Maintenant que tu le dis, ce ne sera plus un accident, te connaissant ça sera volontaire ! » m'exclamais-je en riant légèrement. Ne voulant pas me faire avoir le premier, et étant une personne très joueuse, une fois le dos tourné de la demoiselle, je plongeais uniquement mon index dans la farine versée dans le saladier et lorsque mademoiselle Williams se retournait, mon index vint malencontreusement se poser sur le bout de son nez, lui mettant ainsi de la farine sur le bout de ce dernier. Alors que je souriais pour faire passer mieux mon geste, la réaction de cette dernière ne restait pas sans conséquence, son silence, ne m'inspirais pas confiance. « Mais ?! » l'interrogeais-je. Seulement, je n'eus le temps de dire ouf que Brianna, avait plaqué sa main sur ma joue rosée avec une telle rapidité. Cependant, elle ne s'arrêtait pas là, et frottait sa main tout contre ma joue de façon à étaler cette dernière partout sur ma peau. Je la regardais d'un air amusé, elle avait fait fort. Alors que pour une fois, j'y avais été doucement, c'était elle qui s'étant jouée de moi, j'avais comme l'impression que les rôles avaient été inversés. Cette pensée me fit d'ailleurs rire. « Lorenzo sort de ce corps ! » m'exclamais-je, en rigolant, à ma petite amie. A cet instant même, j'avais eu l'impression d'avoir à faire à moi-même, c'était assez perturbant xD. C'est que je commençais à sérieusement déteindre sur elle, et ce n'était pas bon du tout, surtout pas pour moi (a). Je passais ma main sur ma joue pour enlever la farine. « Un partout ? Je crois pas moi ! Tu penses peut être t'en sortir aussi facilement ? Avec trois grains de farine sur le bout du nez, alors que moi je m'en retrouve avec un nombre incalculable sur ma joue ? » demandais-je de façon amusé avant de poser mon regard sur le plan de travail. Aussitôt, ce dernier se posait sur la boite d'oeufs frais. Mon regard jonglait ensuite, en l'espace d'une fraction de seconde, entre Brianna et la boite d'oeufs. « Non, non Lorenzo, ne fait pas ça. Ce n'est pas bien du tout, tu sais que si tu empreintes ce chemin là, Brianna risquerait de se venger, et vous risqueriez ainsi de salir toute la maison » me disait ma bonne conscience. « Au diable ta bonne conscience Lorenzo, amuses toi voyons ! Et puis si Brianna se venge, qu'est-ce que ça fait après tout ? vous vous serez amusés, et vous en garderez un bon souvenir, alors attrapes cet oeuf, vas-y ! » Tandis que ma mauvaise conscience elle, m'encourageais à attraper cet oeuf. Ni une, ni deux, je décidais de choisir ma mauvaise conscience, et de me saisir d'un oeuf qui se trouvait dans la boite, je regardais ensuite ma petite amie, qui elle semblait veiller à chacun de mes faits et gestes s'attendant à quelque chose (a). « A ce qu'il paraît les shampoings aux oeufs sont très bons pour les cheveux et si on essayait pour voir ? » lui demandais-je de façon amusé, tout en m'approchant d'elle, pas à pas pour l'effrayer (a).
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Sam 3 Nov - 00:59 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant

    A BOY LIKE YOU IS IMPOSSBLE TO FIND,
    Cette fois, je n’avais pas d’autre choix que de capituler. Enfin, c’était à charge de revanche, comme on dit. M’avoir à coups de bisous, ce n’était pas dans mes règles du jeu à moi. Cela dit, je me laissais faire pour cette fois, d’une part parce que nous devions descendre pour aller commander notre pizza, et d’autre part parce que… bah parce que ça m’avait fait craquer en fait (a). Seulement, cette version-là, je la gardais pour moi, sinon, j’étais certaine d’en entendre parler pendant des années (a). Je me contentai donc de baisser les bras face à mon petit ami, ce qui, selon moi, était déjà bien. Cela dit, même si je n’étais pas mauvaise perdante, je m’étais tout de même permise de me plaindre à Lorenzo, à propos de la technique qu’il avait employé pour me faire céder. Tout était bon pour avoir le dernier mot pour moi… mais pas pour Lorenzo. Ce dernier ne put s’empêcher de répliquer, et fis par ailleurs un récapitulatif des points qui venaient confirmer ses dires. C’est normal, je te laisse quelques points d’avance histoire que tu ne te sentes pas trop ridicule par la suite quand je t’aurais laminé, rétorquai-je en fronçant légèrement le nez. Alors fais pas ton fier ajoutai-je en riant. De toute façon, j’avais beau essayer de me défendre, pour le coup, il avait raison – mais je ne perdais rien à insister (a). Cependant, il s’agissait désormais de trouver le courage de se lever du lit, et non de polémiquer sur qui avait raison ou tort – ce qui m’arrangeait plutôt bien puisque j’étais la grande perdante de ce petit jeu. Bien que sur le moment nous n’étions pas très courageux, nous réussissions tout de même à quitter la pièce. Et ouais, avec un peu de volonté et beaucoup de force d’esprit, c’est possible ! Tandis que Lorenzo commandait notre pizza, de mon côté, je commençais la préparation du fondant au chocolat que mon petit ami réclamait depuis tout à l’heure. D’ailleurs, une fois qu’il m’eut rejoint, il se montrait davantage impatient. J’en profitai donc pour le taquiner en le prévenant des risques qu’il encourait s’il continuait sur cette voie. Un accident était si vite arrivé… D’ailleurs, c’est ce que je lui fis remarquer. A son tour, Lorenzo me mis en garde en me précisant que maintenant que je l’avais avoué, c’était un acte volontaire, et que je devrais donc en payer les conséquences. C’est totalement faux ! La farine a son petit caractère, je ne suis pas responsable de ses actes, objectai-je en m’efforçant de ne pas rire. Cependant, je n’avais pas l’intention de faire quoi que ce soit… du moins, pour l’instant. Or, ce n’était visiblement pas le cas de mon petit ami qui n’hésita pas à me déposer de la farine sur le bout du nez. J’aurais pu ne pas lui en tenir rigueur, mais ayant été ridiculisée quelques minutes auparavant avec cette histoire de bisous, j’avais plutôt dans l’idée de répliquer. Après un court instant, je plongeai donc ma main dans le pot de farine et vint étaler le tout sur la joue de mon petit ami. Immédiatement, ce dernier fit une remarque, sous-entendant que je réagissais comme lui. Il est vrai que d’habitude, c’était moi qui lançais doucement la bataille tandis que Lorenzo surenchérissait en triple. Toutefois, cela ne pouvait pas lui faire de mal que de voir les rôles s’inverser, pour une fois. Pour tout réponse, je me contentais de lui tirer la langue – on fait comme on peut (a). Pendant ce temps, il essayait d’enlever la farine qu’il avait sur sa joue à m’aide de sa main . Un sourire en coin se dessina sur mes lèvres. Tu l’enlèves ? Tu veux que je recommence, c’est ça ? le questionnai-je d’un air taquin. Tu sais, il suffisait de demander, poursuivis-je en m’emparant du pot de farine qui attendait bien sagement sur le plan de travail. Ouais, un partout, confirmai-je en reprenant ses propos. Certes, j’y avais été un peu plus fort, et j’aurais probablement dû me contenter de lui mettre de la farine sur le bout du nez, comme il l’avait fait pour moi. Disons que cela arait été préférable pour moi si je ne souhaitais pas que Lorenzo réponde à cette attaque. Enfin, ce n’était pas trois grains de farine en plus qui allaient tout changer quand même (a). Et bien apparemment, je me trompais. Cela faisait quelques secondes déjà que les yeux Lorenzo ne cessaient de passer des œufs posés sur le plan de travail à moi. Et ça, c’était tout, sauf bon signe. Ce mauvais pressentiment vint d’ailleurs se confirmer lorsque mon vilain petit ami empoigna l’un des œufs qu’il regardait depuis tout à l’heure. A croire qu’il lui faisait de l’œil (a). Machinalement, j’arquai les sourcils, lui adressant par la même occasion un regard à la fois méfiant et interrogateur. Mais ce que je craignais devait bien arriver. Avec Lorenzo, je devais m’attendre à tout, j’en avais encore une fois la preuve. Un air satisfait sur le visage, il m’affirma que les shampoings aux œufs étaient très bons pour les cheveux. Et ça, c’était typiquement le genre de phrase qui ne e mettait pas en confiance du tout. Très peu rassurée, et sachant Lorenzo capable d’à peu près toutes les conneries possibles et imaginables, je reculais doucement, pointant mon index vers lui. Tu vas pas oser ? le questionnai-je avant de lâcher un léger rire. Je te préviens, j’ai encore le pot de farine dans les mains ! le mis-je en garde en brandissant le pot en question comme pour affirmer mes propos. S’il osait, moi aussi j’allais répliquer ! (a).


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Dim 4 Nov - 14:44 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Cela devait faire une bonne heure et demie que nous étions allongés sur le lit, à flemmarder. Il était à présent temps de se lever, avec grande difficulté, étant donner que j'avais une flemme monstreuse de me bouger le derrière, j'étais bien mieux allongé sur ce dernier, à embrasser ma petite amie quand bon me semblait. Seulement, il fallait se rendre à l'évidence, les pizzas n'allaient pas se commander toutes seules. C'est pourquoi, après avoir adressé un sourire amusé à ma petite amie à propos de sa dernière réplique, je me levais à mon tour pour quitter notre chambre. Avant de regagner la cuisine pour préparer le gâteau avec ma petite amie, ou du moins, la regarder, un petit passage dans le salon s'imposait. Téléphone fixe en main, et numéro de la pizzeria composé, j'appuyais sur le bouton vert pour appeler cette dernière. Il fallait attendre environ une petite heure avant d'avoir les pizzas. Cela ne m'étonnais pas pour un vendredi soir. Afin de passer le temps, je rejoignais ma petite amie dans la cuisine, qui était déjà entrain de commencer à verser la farine dans le verre doseur. A la vue des ingrédients, l'envie de faire une connerie me traversait l'esprit. Ma petite amie, en vue de mon impatience, me devançait en prétextant qu'un accident était si vite arrivé. Tout ceci, dit avec la farine en main. La connaissant, et sachant qu'elle était bien capable de me verser la farine sur la tête, je lui rétorquais que maintenant qu'elle le disait, sa ne serait plus un accident, mais bel et bien quelque chose de volontaire. Elle tentait alors au mieux de se défendre, mais en vain. « Mais oui, bien sûr, c'est bien connu, la farine est un ingrédient vivant, elle possède des caractéristiques humaines, suis-je bête » Oui, vous l'aurez compris, j'étais littéralement entrain de me moquer d'elle, ce n'est pas comme si elle n'avait pas l'habitude. En même temps, elle l'avait bien cherché. M'enfin, ceci étant dit, le dos tourné, mon index vint se jeter dans la farine, à présent tout blanc, lorsqu'elle se retournait, il vint -involontairement- se poser sur le bout du nez de ma petite amie. Tel est prit qui croyait prendre comme on dit (a). Je crois qu'en réalité, ce proverbe valait autant pour elle que pour moi, car rapidement, le sort s'était retourné contre moi. Brianna s'était vengée, de façon nettement plus exagérée que moi. Pour une fois, j'avais été gentil, cependant, il n'en n'était pas de même pour tout le monde. En temps normal, s'aurait été l'inverse, Brianna aurait été gentil, et moi, j'aurais fais les choses, en plus grosses, et là, je m'étais fais prendre à mon propre jeu. Tandis que le bout de son nez était légèrement blanchit, ma joue ne pouvait pas en dire de même. Toute sa surface était recouverte de farine, autant vous dire que la surface de ma joue était nettement plus grande que le petit bout de nez de ma chère et tendre petite amie. Instinctivement, j'avais passé ma main sur ma joue, pour enlever cette dernière, qui n'enlevait que le surplus de cette dernière, laissant malgré tout quelques grains. « Si tu veux mon avis, pour ta survie, évites de t'approcher de moi avec ce pot de farine, il risquerait de t'arriver quelques petites bricoles » lâchais-je tandis que mon regard s'était posé sur le plan de travail. Sur les oeufs plus précisément. Elle annonçait fièrement qu'il y avait un partout, quant à moi, je n'étais pas de son avis, une petite vengeance s'imposait. Une vengeance de taille. Je m'emparais d'un oeuf, et lui présentais comme ingrédients utilisés en soin capillaire. Il paraissait que ces derniers étaient bons pour le cuir chevelu, et quelque chose me dit qu'on allait pas tarder à le savoir (a). « Pourquoi tu recules comme ça ? » lui demandais-je d'une voix malicieuse, tout en m'approchant d'elle. Pourquoi j'avais ignoré sa question ? Tout simplement parce que j'allais oser le faire tiens (a). « Je pense qu'une fois que tu te seras pris un oeuf sur la tête, tu seras plutôt préoccupée par le blanc et le jaune d'oeuf qui se disperseront sur ta tête, que par ton adorable petit ami qui aurait déjà prit la fuite » rétorquais-je en rigolant, ayant déjà le film en tête de l'oeuf cassé sur sa tête, et de moi qui prend la fuite (a). Cependant, son pot de farine ne m'inspirais pas confiance. Une fois proche d'elle, j'attrapais l'un de ses poignets, mais le mauvais, et me contentais de lui casser gentiment l'oeuf sur la tête. D'un air amusé je la regardais et dis « oops ! » Je plaçais la main devant mes lèvres comme pour montrer que j'étais confus, et là, je la lâchais pour prendre la fuite, car je savais qu'elle ne me laisserait pas m'en tirer de la sorte. Au loin, je criais « Tu sais, tu n'es pas si mal avec un oeuf sur la tête, sa te tombe un certain charme.. GRAOUUUU ! » Je ne pouvais me retenir de rire. Heureusement que nos colocataires n'étaient pas là pour voir l'ampleur des dégâts que nous allions causer dans la maison incessamment sous peu... (a).
CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Invité
Brianna Williams


MessagePosté le: Dim 4 Nov - 23:35 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant

    A BOY LIKE YOU IS IMPOSSBLE TO FIND,
    Faut pas croire, au bout d’un moment, nous avions quand même réussi à décoller nos fesses du lit. Ce ne fut pas une mince affaire, certes, mais l’essentiel était que nous étions désormais au rez-de-chaussée. D’après Lorenzo qui avait appelé pour commander notre pizza, cette dernière ne nous serait pas livrée avant une bonne heure. Evidemment, nous aurions dû nous en douter et s’y prendre à l’avance, mais ça, ce n’était pas vraiment notre fort (a). Comme d’habitude, nous nous y étions donc pris au dernier moment. Cependant, ce n’était pas bien grave au final, puisque cela nous permettait de faire notre fondant pendant le temps libre que nous avions. Lorenzo m’avait tellement tannée pour que je fasse ce fichu gâteau que j’avais bien été obligée d’accepter. Et puis de mon côté, je n’avais absolument rien contre les gâteaux au chocolat, au contraire (a). Je m’étais donc rapidement mise aux fourneaux, histoire de ne pas perdre de temps. Et puis comme ça, il serait prêt juste au bon moment. Du moins, c’est ce que j’avais prévu avant de me faire attaquer par Lorenzo. Bon, il est vrai qu’au départ, c’est moi qui avait lancé une petite menace de rien du tout en lui faisant part des pulsions qu’avait parfois la farine - ouais, du grand n’importe quoi, mais bon, tout était bon pour me disculper (a). Evidemment, face à une défense aussi bancale, Lorenzo n’hésita pas à se moquer de moi. C’est vrai que je lui avais un peu -beaucoup- tendu la perche mais bon, il avait le droit d’être gentil avec moi et de laisser tout ça passer crème… mais non. Ce n’était vraiment pas son genre (a). C’est ça, rigole ! m’exclamai-je pour toute réponse à ses sarcasmes. Tu feras moins le malin quand tu seras recouvert de farine, poursuivis-je en le regardant d’un air taquin. Toutefois, de mon côté, je ne fis pas non plus ma maligne puisque c’est moi qui fut la première victime d’une attaque de farine, lancée par Lorenzo (a). C’est ainsi que je me retrouvai avec quelques grains de farine sur le bout du nez. J’aurais pû ignorer son geste, mais j’étais plutôt d’humeur joueuse ce soir. Ça ne faisait pas de mal de s’amuser un peu. Enfin, pour Lorenzo, j’avais clairement déclaré la guerre au moment même où ma main pleine de farine vint se déposer contre sa joue. D’une extrême bonté, mon petit ami me prévint tout de même que si je tenais encore à ma vie, il valait mieux pour moi que je maintienne le pot de farine que je tenais dans les mains le plus loin possible. De toute façon, je n’avais pas l’intention d’aller plus loin, mais c’était sans compter sur Lorenzo qui lui, avait un autre plan derrière la tête, et ce dernier n’était pas spécialement à mon goût. En effet, lorsqu’il m’affirma l’air de rien que les œufs étaient très bons pour les cheveux, je compris vite son petit manège. Incessamment sous peu, j’allais sûrement connaître le contact d’un œuf dégoulinant sur ma tête, que je le veuille ou non. Et pour être honnête, je n’étais pas spécialement pour. Tandis que Lorenzo s’avançait vers moi, œuf en main, je reculais aussi discrètement que possible, espérant au fond de moi-même qu’il n’oserait pas faire ça. J’espérais, certes, mais je savais que c’était peine perdue. Je ne recule absolument pas… je m’assure que cet œuf reste à sa place… hors de ma tête, lui répondis-je tout en gardant une main en avant, afin d’éviter toute attaque éventuelle de sa part. Je pense que tu penses très mal, parce que si tu tentes quoi que ce soit, tu ne t’en sortira pas comme ça , le menaçai-je, essayant de le dissuader. M’enfin, c’était comme parler à un mur, cela ne servait strictement à rien. J’en eus d’ailleurs la preuve lorsqu’il arriva ce qu’il devait arriver : Lorenzo m’immobilisa en m’agrippant le poignet et, de sa main libre, vint écraser l’œuf sur ma tête. Quelque peu sous le choc, je restai immobile un instant, le temps pour Lorenzo de prendre la fuite vers le salon. Je pouvais sentir le contenu de l’œuf dégouliner sur mes cheveux, et je devais avouer que c’était tout sauf une sensation agréable. Après avoir repris mes esprits, je suivis donc le chemin qu’avait emprunté Lorenzo afin de le retrouver et de le faire payer comme il se doit (a). Je le retrouvai quelques mètres plus loin, derrière le canapé, un sourire satisfait sur le visage. Sans attendre, je me précipitai vers le canapé et, dans mon élan, jetai le pot de farine plus ou moins vers Lorenzo. Tandis que je voyais la poudre se répandre un peu partout sur le sol, le canapé et les alentours, j’espérai que Lorenzo en avait eu sa dose, lui aussi (a). Mais le fait était que je l’avais perdu de vue. J’ignorais s’il s’était baissé derrière le canapé ou s’il avait pris la fuite je ne sais où. Après avoir jeté un coup d’œil furtif aux alentours, sans résultat, je me contentai de crier au loin : Tu sais, je suis sûre que tu n’es pas si mal avec de la farine sur la tête, ça te donne un certain charme !


Revenir en haut

Inscrit le: 31 Jan 2011
Luka Grimm

Messages: 12 838

MessagePosté le: Sam 10 Nov - 16:08 (2012)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥. Répondre en citant


BRIANNA & LORENZO



Finalement et avec un peu de bonne volonté, nous avions quitté notre chambre pour regagner le rez de chaussé, où se trouvait les pièces principales telle que le salon et la cuisine. Les pizzas enfin commandées, je vins prévenir ma petite amie du temps d'attente, et par la même occasion, je lui tenais compagnie tandis qu'elle commençait à préparer le gâteau. Si en apparence nous avions l'air calme, très rapidement, les choses prirent une tournure autre que celle que nous avions prévu. En effet, ma petite amie m'avait menacé de me balancer de la farine dessus, amusé, et quand elle eut le dos tourné, je pris un peu de farine sur le doigt, pour lui poser ensuite sur le bout du nez. Seulement, je ne m'attendais pas aux représailles. Elle s'était vengée en rendant ma joue rosée, toute blanche, là, la guerre était déclenchée. J'étais de nature très joueur. J'adorais faire l'imbécile, et je savais que sur ce sujet là, ma petite amie était comme moi. D'ailleurs, elle me l'avait une nouvelle fois prouvé en m'étalant de la farine partout sur la joue. Honnêtement, son acte m'avait beaucoup fait rire et amuser, car pour dire vrai, je ne m'attendais pas à ça, je ne croyais pas qu'elle m'aurait fait ça, comme quoi elle était surprenante. Ceci dit, j'adorais son petit côté surprenant, joueuse. Elle est tout ce que j'aimais. Une autre fille aurait très bien pu mal réagir, ou faire la tête pour quelques grains de farine sur le bout du nez, mais elle s'était tout l'inverse, elle était entrée dans mon jeu, et m'avait attaqué à son tour et c'est ce que j'aimais chez elle. C'est qu'elle ne prenait pas mes blagues au premier degré, parce qu'il faut avouer que des fois, je lui faisais des blagues auxquelles elle pourrait mal réagir, mais à chaque fois, elle rigolait et entrait dans mon jeu.
La guerre étant déclarée, mon regard s'était posé sur les oeufs. Brianna avait bien entendu suivi mon regard et semblait veiller chacun de mes faits et gestes. Dans un premier temps, et sans rien faire, je lui fis un petit clin d'oeil sur ce qui l'attendait en lui parlant du fameux shampoing aux oeufs. Je pense qu'elle avait comprit où je voulais en venir. Sourire en coin, je m'emparais d'un oeuf et regardais ma petite amie qui reculait pas à pas, seulement, je savais que quoi qu'il arrivait, elle ne pourrait pas prendre la fuite, car non loin derrière elle se trouvait un mur qui l'empêcherait de reculer plus. Chaque pas qu'elle faisait en arrière, était un pas en avant que je faisais, m'avançant vers elle, sourire malicieux en coin. Ce sourire qui voulait dire qu'elle était prise au piège, et qu'incessamment sous peu elle se retrouverait avec un oeuf sur la tête (a). Moi vilain ? Un tant soit peu, mais bon, quoi que je fasse, elle ne pouvait jamais réellement m'en vouloir (a). Toujours est-il que lorsque je lui demandais pourquoi elle reculait, cette dernière niait les faits, prétextant qu'elle surveillait de prêt l'oeuf qui se trouvait dans ma main. Je me mis à légèrement rire. « Ah oui, alors les pas que tu fais en arrière, c'est pour faire joli c'est ça ? » lui demandais-je amusé. La jeune fille reprit ensuite que si je m'avisais à lui casser cet oeuf sur la tête, alors je ne m'en sortirais pas comme ça. Ces paroles m'avaient tout l'air d'être une menace. « Des menaces mademoiselle ? » la questionnais-je de nouveau, tandis que je m'approchais d'avantage. Afin qu'elle se laisse faire, j'attrapais rapidement l'un de ses poignets, et paf ... l'oeuf vint accidentellement se casser sur le sommet de sa tête. D'un ton faussement choqué je m'exclamais d'un simple "oups", avant de prendre immédiatement la fuite. Je pense que je venais quelque part de la surprendre car elle était loin de s'imaginer que je serai capable de le faire, et pourtant, il ne fallait pas douter du Grand Lolo (a). Tout en prenant la fuite, je ne pouvais me retenir de rire. Alors que je courrais jusque dans le salon, Brianna en fit de même, et quand elle me trouva, ellle balança toute la farine qui se trouvait dans le pot, dans ma direction, autant vous dire qu'elle avait bien visé, car j'étais tout blanc. Le salon était tout blanc, la poudre tombait doucement, on aurait dit un amas de poussière. Je m'étais d'ailleurs jeté à terre pour ne pas qu'elle me voit (a). Heureusement que je ne m'étais pas fais mal (a). Je me redressais doucement essayant de la chercher, mais avec la poudre blanche, s'était pas la gloire xD. Je pus entendre sa voix, d'ailleurs ce qu'elle dit me fit rire, cependant je plaquais ma main sur mes lèvres pour retenir mes éclats de rire, et ainsi éviter qu'elle ne m'entende. Quand je la vis, je la contournais discrètement et vint la surprendre par derrière en posant mes mains sur ses hanches « Bouh ! » m'exclamais-je en riant légèrement, tandis que nous étions tout deux blanc, ainsi que le salon, à présent. Je n'ose imaginer la réaction de nos colocataires s'ils avaient été là. Nous venions d'avoir eu notre petit quart d'heure de folie. On aurait dit deux gamins, mais autant vous dire que je m'étais bien amusé, et que j'avais surtout bien rigolé. « je crois que tu n'as plus besoin de faire ton fondant au chocolat, j'ai trouvé mon dessert pour ce soir » dis-je en l'embrassant dans le cou. Evidemment, je parlais d'elle, sur le ton de la plaisanterie bien entendu. En y repensant, heureusement que je l'avais attaqué après qu'elle ai versé la dose nécessaire de farine dans le verre doseur, parce que si je l'avais fais avant je crois que le fondant au chocolat j'aurais pu le manger dans mes rêves xD. « Même avec de la farine, et un oeuf sur la tête, tu n'es pas mal du tout » la taquinais-je (a). Moi remuer le couteau dans la plaie ? Un petit peu (a). N'empêche quand je regardais notre état, et celui du salon, je me rendais compte qu'une bonne douche, et un bon petit coup dans le salon ne serait pas de tout refus (a). « Franchement avec tes bêtises, regardes nous, et regardes l'état du salon ! » m'exclamais-je choqué, alors qu'en réalité, tout ceci était de ma faute, car j'avais été le premier à chercher la bagarre (a).

CODE BY .MAPYDEW

_________________
      Tu étais formidable.

      J'étais fort minable.


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:42 (2016)    Sujet du message: because a girl like you is impossible to find - brianna ♥.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison huit -> Habitations
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky