Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
LE FORUM VA BIENTOT FERMER SES PORTES (cf annonces).
Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison huit -> L.A
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message

Invité
Adam Gage


MessagePosté le: Jeu 18 Oct - 05:32 (2012)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can Répondre en citant

 
 Nathan Scott Ϟ Catch Me If You Can 

 
Il y avait un phénomène auquel j'avais beaucoup de mal à m'adapter à Los Angeles et c'était celui de la température. Certes j'avais vécu à Los Angeles toute ma vie, mais pour être aller faire des échanges étudiants un peu partout dans le monde, je savais que LA était unique pour sa chaleur monstrueuse même lorsque le soleil était couché. Ce phénomène m'avait encore frappé à mon réveil ce matin alors que le soleil n'était même pas encore complètement levé, mais que la chaleur ressenti aurait eut tendance à nous faire croire le contraire. Heureusement pour moi, il ne faisait pas encore trop chaud pour un bon petit jogging. J'enleva ma camisole ainsi que mon boxer, qui servait de pyjama et enfila ma tenue habituelle pour mon jogging matinale c'est à dire un vieux t-shirt sur lequel il était inscrit When life gets complicated... Have a Margarita! et un mini short de sport gris. J'attrapa un élastique avant d'attacher vite fait mes cheveux, enfila rapidement mes baskets et pris mon Iphone et mes écouteurs avant de quitter mon loft et me dirigea vers le sentier de Jogging en marchant. Arrivé près du sentier, je m'assura de mettre une playlist contenant des chansons qui me ferait garder le rythme. Il était rendu environ 6h05 et le sentier était vide... enfin c'était ce que je croyais car j'avais à peine couru 5 minutes que je rattrapais un coureur dans la piste. Vu l'heure et la carrure de l'homme j'avais une petite de qui ça pouvait bien être. Même s'il était de dos, Nathan Scott était reconnaissable. Bien évidemment j'avais su le reconnaître par son trait le plus distinctif, c'est à dire son joli postérieur! & puisque je n'étais pas anti-sociable et que courir avec Nathan était toujours un défi et une motivation, je décida d'accélérer le pas pour lui faire part de ma présence et lui proposer qu'on poursuivre la course ensemble. Je commença donc à augmenter la cadence et lorsque je fus assez proche, je lui donna une petite tape amicale sur les fesses et me mis à sa hauteur en essayant de prendre son rythme, qui ralentis lorsqu'il prit conscience de ma présence. Je le gratifia d'un grand sourire et m'exclama, lorsqu'on fus presque arrêter complètement.:_ Bon Matin Scott!! 


Revenir en haut

Publicité


MessagePosté le: Jeu 18 Oct - 05:32 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut

Invité
Nathan Scott


MessagePosté le: Sam 27 Oct - 18:42 (2012)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can Répondre en citant


    Il était seulement 5h20, lorsque mon réveil se mit à sonner. Avec une chambre pour moi tout seul, je ne dérangerais pas grand monde surtout que la moitié des membres avaient aussi des logements à l’extérieur de la fraternité. Je tourna la tête en direction de ma table de nuit en pensant à la nuit que je venais de passer. J’avais eu beaucoup de mal à dormir et j’étais éveillé une bonne partie de la nuit. J’étais même descendu vers deux heures du matin pour manger des céréales en revoyant un cours. Lorsque j’avais beaucoup de choses à faire le lendemain ou que j’avais simplement beaucoup trop de choses en tête, mon sommeil en était toujours affecté comme si je risquais d’oublier quelque chose. Je posa ma main sur mon réveil d’un mouvement brusque pour qu’il arrête de sonner avant de sortir de mon lit. J’avais l’habitude d’être une personne qui se lève tôt pour pouvoir courir avant que la chaleur ne soit trop étouffante et m’empêche de faire de très longues distances. J’attrapa un short et un long tee-shirt avant de prendre mon ipod puis de sortir de l’enceinte de la fraternité. Je resta devant la porte pour m’étirer et brancher mes écouteurs à l’ipod avant de le démarrer. C’était peut-être idiot mais c’était comme un rituel de commencer mon jogging par la même chanson. Une vieille chanson de NERD qui s’appelait She want to move et qui représentait beaucoup pour moi. J’avais même créé une playlist juste pour pouvoir courir. Par contre, je changeais toujours de chemin histoire de voir de nouvelles choses et nouveaux paysages. Alors que je parcourais un sentier réservé aux joggeurs, à une vingtaine de minutes de la faculté, je sentis une petite tape sur mes fesses. Je poursuivis ma course tout en tournant la tête pour voir de qui il s’agissait lorsque je vis Tara à mes côtés. Je dois dire que je n’étais pas vraiment étonné venant d’elle et ça me faisait plus sourire qu’autre chose. Je ralentis donc la cadence en retirant mes écouteurs de mes oreilles pour l’entendre plus facilement. « Comment est-ce que tu vas Pieres ? » demandais-je en lui souriant.


Revenir en haut

Invité
Adam Gage


MessagePosté le: Sam 3 Nov - 23:23 (2012)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can Répondre en citant

Pour moi la course avait toujours été un moyen de défoulage. Lorsque je vivais une grande période de stress ou que j'avais des problèmes un long parcours de jogging m'aidait à évacuer le tout. On m'avait déjà dit que je retenais cette manie de ma mère. Quand j'étais plus jeune mon père m'avait montré des photos d'elle. Sur la grande majorité ma mère était vêtue de vêtements de sports, ses longs cheveux blonds attachés rapidement & l'œil pétillant. Elle avait l'air de ses femmes toujours souriantes et qui riaient de bon cœur à chaque fois qu'elles en avaient la chance. Les albums que mon père m'avait montrés contenaient plusieurs photos de ma mère avant, pendant et même après des marathons ou de ses sessions de jogging matinale. Bien sûr, les albums ne contenaient pas seulement des photos d'elle prête à faire du sport. Il y avait des photos d'elle enfant, durant son adolescente, des photos de Noël, et aussi des photos alors qu'elle était enceinte. Il y avait une photo en particulier qui m'avait marqué. J'avais remarqué que les yeux de mon père c'était embués lorsqu'il me l'avait montré. Sur la photo ma mère portait un de ses chandail de course habituel puisqu'elle avait le portait sur de nombreuse photos, c'était exactement le même que je portais pour faire mon jogging, et ses yeux était encore plus pétillants que sur les autres photos. Son sourire était communicateur d'une joie immense et surtout agrémenté d'une touche de fierté. Elle avait les mains posées sur son ventre et regardait la caméra avec un regard moqueur. Mon père m'expliqua que ce matin-là alors qu'elle revenait de courir, elle avait reçu un appel de son médecin lui annonçant qu'elle était enceinte de moi! Selon mon père, cette journée avait été l'une des plus belles de sa vie, si ce n'est pas la plus belle... J'avais 10 ans quand mon père m'avait apporté pour la première fois à l'entrepôt où se trouvaient les choses de ma mère. Après avoir vu les photos, je lui avais demandé si c'était possible que je puisse avoir le chandail qu'elle portait sur ses photos. Il sembla être hésitant, mais il se leva & alla chercher dans un des tiroirs de la commode et me rapporta le chandail. Je l’avais pris dans mes mains comme si on m'avait confié l'objet le plus fragile sur terre. Je l'avais longtemps regardé puis je l'avais blotti contre mon cœur et j'avais commencé à pleurer en silence. Mon père, n'étant pas capable de supporter la scène, était sorti à l'extérieur de l'entrepôt. Au bout d’une heure j’avais fini par ravaler mes larmes. J’avais glissé la photo de ma mère dans son chandail, encore plié, et j’étais sortie rejoindre mon père dans son auto. Je m’étais forcé à peindre un sourire à mes lèvres pour ne pas laisser transparaître l’immensité de ma peine. Et depuis cette journée je n’avais jamais enlevé se masque de fille heureuse. Oui il m’arrivait de pleurer quelques fois tandis que je courais, quand mes pensées restaient trop longtemps plongées sur elle. Mais je ne pleurais jamais en publique. En fait, je ne m’étais jamais confié à personne à ce sujet; c’était trop douloureux pour que j’en parle. Généralement je m’arrangeais pour détourner la question, mais il était difficile de ne pas entendre les commentaires des gens qui l’avait connue et qui me comparait sans cesse à elle. Ces gens qui ne cessaient pas de me répéter que je ressemblais à ma mère comme deux gouttes d’eau et que l’on avait les mêmes habitudes, les mêmes mimiques. Ce n’était pas facile d’être comparé à quelqu’un décédé depuis déjà 21 ans, encore quand cette personne était ta mère et que depuis toute jeune tu te sens responsable de sa mort. Alors je m’étais mise à la course pour expulser un peu. & c’était aussi une façon de partager un moment avec ma mère, en portant son chandail. J’avais accroché sa photo sur mon miroir et j’y jetais toujours un œil avant de partir courir. Ça avait été la routine ce matin aussi! & tandis que je commençais à courir dans le sentier tout près de chez moi, j’aperçus Nathan, le président de ma confrérie. Arriver à sa hauteur je lui fis une petite tape sur les fesses et comme toujours le gratifia d’un grand sourire avant de le saluer. On ralentit la cadence et tandis qu’on était maintenant à une lente, on enleva tous les deux nos écouteurs tandis que Nathan me demandait comment j’allais. Bien entendu je n’enleva pas ce masque de fille pour qui tout vas bien, pourquoi avouerais-je à Nathan que je me sentais aujourd’hui encore coupable de la mort de ma mère? Je ne l’avais pas fait avec un psychologue alors pourquoi le ferais-je ce matin ? Je répondis donc. :_ Très bien comme toujours monsieur le Président! & toi? Demandais-je en souriant tandis qu’on marchait. _ Tu viens de commencer où t’es près de finir ton parcour?  
 
  


Revenir en haut

Invité
Nathan Scott


MessagePosté le: Dim 2 Déc - 19:29 (2012)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can Répondre en citant

    Désolé, je suis mort donc je peux pas faire mieux ce soir.

    C’était dingue a quel point la course me faisait un bien fou. Chaque fois que la pointe d’un de mes pieds touchait le sol, j’avais l’impression de m’apprêter à voler dans les airs. Pour beaucoup de personnes, la course était un moyen d’oublier et de s’évader et même si ça semblait un peu cliché, je n’échappais pas à la règle. Mais c’était aussi beaucoup plus que ça. Quand je courrais dans la rue et que je rencontrais d’autres coureurs, j’avais l’impression d’être comme eux. De faire partie de cette ville. D’être comme tout le monde ici. Pourtant, malgré que je sois un américain pur et dur, à mes yeux ce n’était pas ma ville. J’étais originaire de Las Vegas. Enfin mon père était originaire de Las Vegas. J’y avais vécu une vie simple et surtout palpitante. La fac de Los Angeles n’avait pas été un hasard vu que j’y avais été pour suivre les pas de ma mère. C’était comme un peu retrouver ces racines dans cette ville. Des racines qui m’étaient pour le moment encore inconnu. Ce dont j’étais persuadé c’était qu’ici tout était différent et que même si j’y étais depuis ma première année, je me sentait toujours un peu perdu et déboussolé comme un invité dans cette immense ville. Maintenant que j’entamais ma quatrième année de droit et que j’étais le président des SAK, ça me faisait toujours plaisir d’entendre les bizuts parler de l’endroit de leurs enfances et de leurs villes d’origines. Je comprenais très bien que certaines personnes pouvaient avoir du mal à trouver sa place ici car ça restait toujours un souci pour moi de temps en temps. Mais d’un autre côté, j’aimais cette ville et ce qu’elle offrait. Las Vegas était la ville du péché et des actes les plus fous les uns que les autres. Vivre dans cette ville pendant mon enfance avait été vraiment un truc de dingue. Los Angeles c'était différent. C'était à la fois plus calme et plus attractif. Il y avait la plage que je n'avais jamais eu l'occasion de voir durant mon enfance mais aussi les paysages magnifiques et ces longues routes. Les gens étaient aussi différents. Je les trouvais plus calme et respectueux. Alors même si je ne me sentais pas à ma place, je m’y sentais bien et je ne regrettais pas d’être venu étudier dans la ville d’origine de ma mère. Alors que je courrais depuis quelques temps en musique, je sentis une main sur message. Lorsque vit Tara je m’étais légèrement détendu et j’avais ralentit le rythme. C’était une des premières fois que je la voyais courir même si je savais qu’elle courrait, nous n’avions pas eu l’occasion de se croiser ou de faire du sport ensemble. On retira nos écouteurs pour pouvoir se parler et je lui demanda naturellement comme elle allait. Elle me répondit qu’elle allait bien avant de me retourner la question. « Et si tu arrêtais de m’appeler monsieur le président ? » demandais-je en lui souriant. « Je vais bien aussi mademoiselle la responsable de bizuts » rajoutais-je par la suite. Tara était une des filles dont j’étais le plus proche dans la vie mais surtout dans la fraternité. Avec ces longs cheveux blonds et ces yeux bleus, elle faisait craquer un bon nombre de garçon. Mais ce que j’adorais avec elle c’était l’embêter et je savais pertinemment qu’elle était douée dans ce domaine aussi pour me taquiner. Elle me demanda si je vais simplement de commencer mon parcours ou si j’avais terminé. « Et bien pour être honnête, je dois courir depuis seulement vingt minutes et toi ? » Demandais-je en la regardant tout en continuant de marcher. J’avais encore beaucoup d’énergie a dépensé mais ça ne me posait pas non plus un problème de continuer à parler avec Tara.


Revenir en haut

Invité
Adam Gage


MessagePosté le: Mar 4 Déc - 07:02 (2012)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can Répondre en citant

HAHAHA C'est correct car franchement j'ai soudainement la flemme ! Mais bon allez... voyons ce que ça donnera


La course ce n'était pas une passion pour moi. Non, pour moi c'était beaucoup plus que ça! La course avait une place importante dans ma vie puisqu'elle me permettait d'évacuer le stress et de réfléchir comme je le voulais sans être dérangée. La plupart du temps je courais en me remémorant des souvenirs d'enfances comme les sorties à la plage avec la famille d'Enzo, ou bien mes promenades à vélo avec mon père. Du plus loin que je me souvienne, j'avais toujours aimé faire du sport. J'étais le genre de fille que les garçons invitais à faire des courses contre eux. À l'école primaire, les garçons me défiaient souvent à la course dans la cours de récréation, et très souvent je gagnais. J'étais vraiment du genre garçon manqué, et ce comportement m'avait valu l'amitié de plusieurs garçons. J'étais vraiment du type ''One of the guys'' et ça me plaisait plutôt bien. Mais en grandissant, les choses changèrent. Vous savez ce certains moments lorsque les mecs restent entre mecs, et que les filles doivent être en elles? Et bien pour moi, ce fut le moment où je compris que j'allais devoir apprendre à être une femme. N'ayant jamais vraiment eut de modèle féminin stable, et ayant toujours vécut avec mon père, je n'avais jamais vu où était le problème à ce que je rentre couverte de boue ou encore dans le fait que je ne portais jamais de robe. Ce fut donc un choc terrible lorsque tout mes ''amis'' me mirent de côté parce que je n'avais pas le matériel requis pour faire pipi debout et que je commençais à prendre des formes plus féminines. Avec un peu d'aide de ma demie-soeur Elle, je réussis à me faire qu'elle copine et à être plus féminine. Mais jamais je n'abandonna mes bonnes habitudes, et je n'arrêta pas de faire du sports. Au lycée j'intégra la moitié des groupes sportifs et fut nommer capitaine de l'équipe de Soccer et d'Athlétisme. Puis quand je fus vraiment au creux de mon adolescence, voyant qu'il ne pouvait pas répondre à mes questions et à mes besoins, mon père décida de m'envoyer vivre chez ma grand-mère maternel, en Floride. Ma grand-mère était tout un petit bout de femme. Aussi énergique que moi, elle adorait prendre des marches ou faire des randonnées en vélos. Ce fut elle qui m'acheta ma première de talons haut ainsi qu'une petite robe noire. Elle m'avait dit qu'avec le corps que j'avais c'était un crime de ne pas l'exposer. Ma grand-mère fut celle qui m'appris à être une vraie femme, sans jamais perdre se petit côté garçon manquée qui faisait mon charme. C'était grâce à elle si j'avais commencé à poser comme mannequin. Malgré son âge, ma grand-mère était une femme très à la mode et distingué. Avec elle, on ne pouvait pas quitter la maison sans rouge à lèvres et encore, même si ce n'était qu'une queue de cheval, celle ci devait être parfaite pour pouvoir être vu à l'extérieur. J'adorais vraiment ma grand-mère et son petit quartier de Coconut Grove à Miami. Le matin j'avais l'habitude de faire mon jogging le long du «sidewalk» et de finir sur la plage à regarder le soleil se lever. J'avais vécu 4 année chez elle, avant de revenir à Los Angeles. C'est 4 années furent exceptionnelles dans ma vie. Elles me rapprochèrent d'une certaine manière de ma mère et sa vie, et elle me poussèrent à devenir la femme que je suis. J'étais venue faire mes études à la First light Academy afin de continuer à suivre les traces de ma mère. Tout comme elle je reçue une bourse d'étude afin d'y faire médecine. J'avais décidé d'intégrer la confrérie des SAK comme elle l'avait fait 28 ans au par-avant. Revenir à Los Angeles c'était pour moi un nouveau départ. Bien entendu je connaissais quelques personnes, mais je n'étais plus là même qu'à mon départ. J'avais de nombreuses connaissances lors de mes années de Bizuts. Je m'étais très facilement liée d'amitié avec les membres de la confrérie que je considérais maintenant comme ma famille. J'avais fais toutes les conneries habituelles qu'un bizut pouvait faire, et même plus... Même si je vivais toujours, ou presque à la confrérie, je m'étais pris un petit loft à Pacific Palisades, afin d'avoir un pied à terre pour recevoir ma grand-mère quand elle venait me rendre visite, ainsi que pour les moments où j'avais besoin d'être seul un moment. C'était le cas hier soir. J'avais eut un coup de déprime et j'avais préféré être seul au loft. C'était pour cette raison que j'avais changer mon parcours habituel. Ce changement de parcours m'avais permis de croiser Nathan Scott, le président des SAK. Nathan et moi avions rejoins les SAK 4 ans plus tôt, et il était l'une de ses personnes avec qui le courant passait bien. Il était sans aucun doute l'une des personnes avec qui je m'entendais le mieux ici, et on c'était tissé une belle amitié au cours des 4 dernières années. Je connaissais assez Nathan pour savoir que c'était dans ses habitudes de courir aussi tôt le matin. Ce mec était aussi fou que moi de la course, mais on avait jamais eut l'occasion de le faire ensemble. Je lui tapa donc les fesses en arrivant à sa hauteur en souriant. Contrairement à la veille, j'avais maintenant envie de voir des gens, et ce même si je devais tirer un trait sur mon moment de réflexion de la journée! Je salua Nathan et il me salua en retour en me demandant comment j'allais. Je lui répondis que ça allait bien, en le taquinant déjà, puis je lui retourna la question. Il n'aimait pas quand je l'appelais Monsieur le Président, et je faisais toujours exprès de le glisser lorsqu'on discutait, car j'étais gentille comme ça (a). J'enleva donc mes écouteurs tandis que l'on ralentissais le pas. Nathan me demanda en souriant d'arrêter de l'appeler Monsieur le Président. Je souria à mon tour tandis qu'il poursuivait en me disant que lui aussi allait bien, et en m'appelant mademoiselle la responsable des bizuts. Puis je répondis à sa question avec un sourire narquois.:_ « Oh j'y ai déjà réfléchis, mais je ne serais pas moi même si je ne te taquinais pas un peu n'est-ce pas? & en plus je suis sure que tu kiff grave quand on t'appelle Monsieur le Président, mais que tu ne veux pas l'avouer de peur que les gens ne veuille plus t'appeler comme ça par après!» Je regarda alors Nathan très sérieusement, comme si je venais de réaliser quelques choses de très important.:_ «Mais oui c'est ça, tu fais semblant de ne pas aimer ça pour que je n'arrête pas de le faire! Rusé Monsieur le Président, Rusé!», puis j'éclata de rire, car il était peu probable que tout ce que je venais de dire soit vrai. J'étais dingue et tout le monde le savait, c'était ce qui faisait mon charme, il n'en avait pas 2 comme moi sur la planète... Puis je me renseigna à savoir depuis combien de temps il courrait. Il me répondit que ça ne faisait que 20 minutes... Déjà 15 minutes de plus que moi. Puis il me retourna la question.:_ «Je viens tout juste de commencer 5-10 minutes maximum.», je voyais qu'il restait beaucoup d'énergie à Nathan et même si ça ne m'aurait pas déplu de continuer à parler en marchant, j'avais envie de courir moi! _« Ça te dis une course jusqu'à la plage? C'est environ à 20 minutes d'ici par le sentier et vu l'heure on risque d'arriver juste à temps pour la fin du lever du soleil!», proposais-je 
 


Revenir en haut

Invité
Adam Gage


MessagePosté le: Sam 5 Jan - 20:38 (2013)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can Répondre en citant

SCÈNE CLOSE! 


Revenir en haut

Contenu Sponsorisé


MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:20 (2016)    Sujet du message: Nathan&Tara Ϟ Catch Me If You Can

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ϟ REDECOUVREZ L.A. Index du Forum ->
LA BASE DU FORUM.
-> les archives -> saison huit -> L.A
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky